L’humanité sait pour les loups-garous. De partout, des voix s’élèvent pour créer des réserves où parquer ces êtres surnaturels qui terrifient la population.
 

Partagez|

Vampire ! (PV Aodren Koad)

avatar
Kathleen M. BellThe Order
Messages : 45
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Scientifique
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 31 ans
Compétence:
MessageSujet: Vampire ! (PV Aodren Koad)  Mar 21 Fév - 20:48


   
ft. Aodren Koad & Kathleen Bell

   
Vampire !

   [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
   

   

   L'air frais pénétrait les poumons de la blonde Kathleen alors qu'elle faisait un petit jogging dans central park. Il était rare qu'elle quitte le laboratoire de The Order, mais parfois il lui fallait reprendre un peu d'oxygène et de se rappeler qu'il y avait un monde en dehors de ses éprouvettes, ses centrifugeuses, ses prélèvements... Après tout, elle cherchait les failles d'une espèce très dangereuse pour les humains, les lycans. Il était donc intéressant qu'elle se rappelle à quoi, ou à qui plutôt, était destiné toutes ses longues heures de travail et ses nuits sans sommeil ou presque. Elle n'était plus rentrée chez elle depuis plusieurs jours, tout comme son mari, Rohan. Ce dernier était en mission pour William et comme toujours, elle ne savait pas où il pouvait se trouver. C'était le jeu. Elle ne savait pas quelles missions lui étaient confiées, tout comme il ignorait les recherches qu'elle menait. Elle savait qu'il faisait des missions, il savait qu'elle menait des recherches et c'était tout. Cela pouvait sembler étrange comme fonctionnement pour un couple, mais le duo s'en sortait très bien. Kath aimait son mari et ils ne manquaient jamais de sujets de conversation lorsqu'ils se retrouvaient et des sujets qui ne concernaient pas leur travail respectif.

Rohan lui manquait. Elle ne l'avait pas depuis une bonne dizaine de jours et lorsqu'il n'était pas là, elle oubliait de sortir de son bunker. C'était un de ses assistants qui lui avait fait remarquer que cela faisait presque deux semaines qu'elle n'avait pas fait un saut à son appartement. Habituellement, elle ne faisait pas cas de ce genre de remarque, mais là, il n'avait pas tort. Cela faisait vraiment un long moment qu'elle n'avait pas quitté le labo. Le fait d'avoir un petit appartement attenant, ne l'aidait pas à reprendre pied dans une certaine réalité. Parfois, elle se demandait si ça valait bien le coup d'avoir un appartement. S'il n'y avait qu'elle, elle l'aurait peut-être abandonnée, mais Rohan aimait leur lieu de vie même s'ils n'y passaient que très peu de temps. Et après tout, il n'avait pas tort. C'était agréable de décrocher.

La scientifique avait fini par quitter le building où se nichait le centre de recherches pour revenir à Manhattan et à son appartement qui donnait directement sur le central park. Une grande chance, elle en était bien consciente même si elle n'en profitait pas assez. A peine rentrée, elle se rendit compte que leurs plantes vertes souffraient du manque d'eau et étaient mourantes. Il faudrait qu'elle demande à la femme de ménage de passer plus d'une fois par semaine pour les arroser. Elle ne se rappelait même plus si elle lui avait demandé de le faire d'ailleurs. Abandonnant son tailleur, elle enfila un legging bleu nuit qui la moulait parfaitement, un débardeur blanc et un pull léger de la même couleur que le legging. Une paire de chaussettes et de baskets, ses cheveux réunis en queue de cheval, elle s'était motivée à aller courir un peu. Elle n'était pas très physique dans son genre. Le fait de rester scotchée à son labo n'aidait pas. C'était Rohan qui l'avait poussée à se mettre un peu au sport. Par chance, son physique ne souffrait pas vraiment de ce manque. Elle gardait un corps presque parfait et harmonieux. Son mari dirait qu'elle était carrément canon, voir plus. Cette idée la fit sourire et légèrement rougir. Cependant, comme elle courait, ses joues étaient déjà rouges. Personne n'y verrait rien.

Le parc était encore bien vivant malgré l'heure nocturne. De nombreux couples, groupes d'amis ou même joggeurs comme elle arpentaient les chemins multiples et profitaient de la douceur nocturne. Après quelques centaines de mètres encore, Kathleen finit par s'arrêter, à bout de souffle, et commença à marcher pour récupérer comme Rohan le lui avait appris. Elle jeta un œil à son montre. Il était presque 22h. Elle se demandait si elle devait faire demi-tour ou continuer un peu. Le temps de rentrer, elle en avait encore pour une bonne petite demi-heure alors autant faire demi-tour songea-t-elle. Elle se mit alors en route pour rentrer chez elle.

   
- Adrenalean 2016 pour [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].
   
avatar
Aodren KoadVampire
Messages : 30
Localisation : le Brésil et sa chaleur, en particulier la région de São Paulo de Olivença
Emploi/loisirs : Chercheur en psychiatrie
Humeur : A investiguer les tréfonds de vos âmes

Feuille de personnage
Race: Vampire
Âge: 180 ans
Compétence: 4
MessageSujet: Re: Vampire ! (PV Aodren Koad)  Ven 24 Fév - 22:31


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Vampire !


Feat. Kathleen M. Bell


New-York, Central Park

Aodren Koad s’ennuie. Il va falloir qu’il se trouve un nouveau sujet d’études rapidement, sinon il va dépérir. Évidemment, il le sait, il est déjà mort, et alors ? L’un n’empêche pas l’autre tout de même ! Sans compter que ses obligations l’ont forcé à se déplacer jusqu’à la Grande Pomme. Il se serait volontiers passé de ce petit séjour, mais les affaires n’attendent pas. Les choses changent plus rapidement que prévu initialement. Et les rumeurs n’en sont plus, elles deviennent vérités. Chose particulièrement dérangeante pour ses affaires. En attendant, il va falloir que le vampire se trouve un peu d’occupation pour les jours à venir, son contact ayant malheureusement dû différer son arrivée pour des raisons de sécurité. La nuit étant tombée, l’immortel quitte son hôtel particulier, situé au cœur de Manhattan, dans le quartier de l’Upper East Side. Ne comptez pas sur lui pour vous en donner l’adresse précise, il n’est pas fou à ce point. Bien que cela reste encore à démontrer vu son comportement depuis sa venue au monde. En attendant, c’est sans un regard pour la vermine grouillant autour de lui que le vampire prend la direction du « poumon vert » de la ville, Central Park. Terrain de chasse nocturne par excellence pour un être assoiffé de sang tel que lui. Homme, femme, enfant, il ignore encore de quoi sera composé son repas nocturne. Il y a deux nuits de cela, il a saigné une mère et son nourrisson pour satisfaire sa soif. Contrairement à nombre de ses congénères, Koad ne s’embarrasse pas d’une poche de sang à domicile. Cela ne lui semble d’aucune utilité et bride l’instinct primaire des vampires qui veut que ces derniers traquent pour se sustenter. Dans la nuit, et malgré l’éclairage permanent de la ville, le vampire passe inaperçu, se fondant dans l’obscurité sans la moindre peine. Rien de bien intéressant à se mettre sous les crocs. La vermine qui grouille dans les villes laisse à désirer, ne suscitant pas le moindre intérêt au sein de l’esprit affûté du médecin-psychiatre. La nuit est encore jeune, ce qui lui laisse le temps de faire son choix. Une fois arrivé sur place, l’immortel se fond dans la végétation luxuriante de l’endroit, son regard d’acier se posant sur la vermine encore présente. Des fêtards, quelques employés rentrant chez eux et les accros au sport, du genre de ceux qui passent leur temps scotché derrière un bureau durant les longues heures de la journée.

Alors qu’il déambule, quelque peu contrarié de ne trouver aucun sujet intéressant, une forme finit par attirer l’attention du vampire. Presque agréable au regard bien que loin d’être parfaite, vêtue d’un bleu couleur nuit et surmontée d’une chevelure blonde. Koad dévoile ses canines brièvement. Ce sera cette mortelle. Il ne peut s’empêcher de se demander si sa blondeur est naturelle ou non. Qu’à cela ne tienne, il lui suffit de vérifier. Une rapide reconnaissance des lieux, et de la direction prise par l’humaine, suffit à lui indiquer l’endroit parfait pour mettre la main sur sa proie. Demeure la question de savoir s’il la saigne ici ou s’il en profite un peu plus longuement. Le vampire opte rapidement pour la seconde option, l’assurance se dégageant de la mortelle attisant ses envies les plus sombres. La ramener chez lui ne sera qu’une formalité. Une fois en place, Koad observe la femelle venir dans sa direction. Stupide créature qui ignore encore que les portes de l’enfer vont s’ouvrir sous ses pieds. Patient, méthodique, le vampire attend le dernier moment pour révéler sa présence, apparaissant face à l’humaine, comme sorti du néant. À la voir stopper net, il sait déjà que le meilleur reste à venir. La course du sang de l’inconnue dans ses veines commence à fluctuer. Ce ne sont que les prémices de ce qui va advenir d’elle.

– Bonsoir belle enfant, n’est-il pas imprudent de se promener de la sorte, seule, la nuit ?

L’air avenant du vampire est amplement contredit par la froideur de son regard. Il en profite pour jauger sa proie et son potentiel. Un vrai cliché d’un temps bien plus ancien que la principale concernée, ce qui n’est pas fait pour déplaire au vampire. Une parfaite petite poupée de chair et de sang prête à être utilisée. L’immortel ne se pose même pas la question de savoir si l’humaine est consentante ou non, c’est bien le cadet de ses soucis. Pour le moment, il y a plus urgent à régler, à savoir la ramener chez lui afin de l’étudier à sa guise. Il se moque bien de son babillage pour le moment, il saura la faire taire si besoin est. D’ailleurs, il ne s’en prive pas, dévoilant ses canines redoutables, tranchantes comme de l’acier. Cella-là, il ne va pas l’hypnotiser, le jeu serait moins divertissant. Koad préfère se délecter des changements physiologiques qu’il perçoit chez l’humaine, aussi infimes puissent-ils être. En une fraction de seconde, le vampire se trouve derrière sa proie, emprisonnant d’une main ses poignets et refermant la seconde autour du cou gracile avant de serrer. Il lui faut peu de temps pour la mener à l’inconscience.

{…}

Enfin, elle se réveille. De retour dans sa demeure, Koad a gagné la cave, soigneusement aménagée pour y recevoir ses sujets d’études. Un véritable laboratoire en somme dont les recherches particulières ne lui sont que destinées. Adossé au mur, l’immortel observe la femelle revenir à elle. Un large collier en acier se trouve désormais autour de son cou, relié au mur par une chaîne lui permettant simplement de se mettre debout et de s’éloigner d’à peine un mètre du mur. Les poignets de la captive sont attachés l’un à l’autre, dans son dos, par de solides menottes, en acier elles aussi, liées entre elles par une tige rigide de dix centimètres de long. Le tout ayant été forgée en un seul bloc, le vampire sait qu’elle ne pourra s’en défaire. Le gendre idéal a laissé place au chercheur sanguinaire. Le vampire apparaît désormais tel qu’il est réellement, une créature maléfique malgré son costume taillé sur mesure.

– Alors, quelle douce mélodie vas-tu me jouer, femelle 414 ?


Lui demander son nom, Koad n’en voit pas le moindre intérêt. Sa proie porte déjà un numéro, qu’elle ne se plaigne pas. Les mortels ont cela de commun qu’ils se montrent combatifs au départ, avant de comprendre que leur sort est scellé. En même temps, entre la table d’autopsie, les étagères où se trouvent soigneusement rangés des accessoires à faire hurler même le cœur le plus endurci et une chaise servant pour les examens gynécologiques, l’endroit ne prête guère à s’y sentir à l’aise, hormis si on s’appelle Koad et que l’on est le maître des lieux. Une cage est même prévue pour conserver les sujets d’études en journée. S’emparant d’une fine tige en bois dotée d’une poignée de cuir et équipée de deux minuscules pointes à son extrémité, l’immortel approche de la femelle sans hâte. La première décharge se disperse dans la cuisse gauche de la captive malgré son legging. Le vampire l’observe se tordre sous le passage du courant électrique dans son corps, notant mentalement le moindre de ses mouvements pour consigner le tout par la suite. Posant son matériel, l’immortel va chercher un scalpel et, se moquant bien des gesticulations de l’humaine, tranche le tissu sans peine, mettant la fesse gauche à nu sur une large zone. Les petites pointes ne tardent pas à s’y planter, plus longuement que dans la cuisse, Koad faisant varier l’intensité et la durée des décharges. Chose faite, il reste penché sur sa proie, canines découvertes, ne cherchant nullement à dissimuler le plaisir ressenti. Pour l’heure, il ne fait que la tester, les choses sérieuses arriveront bien assez tôt. Du moins pour la captive et cela, Koad le sait.




© Truth.

Vampire ! (PV Aodren Koad)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Joueur cherche groupe D&D ou Vampire ou Exalted ou SW
» Cherche bannière vampire counts (Fantasy)
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» Rosen Vampire
» The Vampire Diaries

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nova Komenco, un nouveau départ :: La Terre Promise :: Le reste du monde :: Le continent américain :: New-York-