L’humanité sait pour les loups-garous. De partout, des voix s’élèvent pour créer des réserves où parquer ces êtres surnaturels qui terrifient la population.
 

Partagez|

Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]

avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Dim 20 Nov - 21:44


Vers une nouvelle vie...
Et de multiples révélations...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Je faisais les cent pas devant les fenêtres de l'appartement d'Aleksandr, m'arrêtant toutes les deux minutes pour jeter quelques coups d’œil à l'extérieur. Rien, il n'y avait rien. Il ne rentrait toujours pas. Bien sûr, il pouvait ne pas rentrer avant plusieurs heures voir plusieurs jours, mais je ne pouvais pas m'empêcher de m'angoisser. Il était parti avant hier et j'avais été beaucoup moins anxieuse. Je n'étais pas calme, mais pas sur des charbons ardents non plus, ce que j'étais désormais depuis plusieurs heures. Je n'arrivais à me concentrer sur rien du tout hormis sur ces maudites fenêtres et leur ouverture sur l'extérieur qui restait désespérément vide de mon loup. Mon loup, c'était étrange à dire ou à penser. Aleks avait été mon ami et mon confident durant toute mon adolescence. On s'était perdu de vue durant mes cinq ans d'étude à New York. La mort de ma famille nous avait réuni. D'amis, nous étions devenus amants et désormais nous étions un couple. L'amour nous était tombé dessus comme la misère sur le monde, mais l'amour c'était quand même drôlement mieux. Même le loup d'Aleks, Ivan, m'avait adopté. Les deux m'ont réclamé comme compagne et j'avais accepté car c'était ce que je voulais aussi. Aux yeux de la meute, j'étais la compagne d'Aleks. Lui qui n'était pas fan des sorcières, comme tous les loups pour ce que j'en savais, et voilà qu'il se retrouvait en couple avec l'une d'elle. Je le plaindrais presque. Mais pour le moment, je m'inquiétais surtout. J'avais un mauvais pressentiment. Je sentais notre lien très ténu. Il l'avait fermé dans son sens afin de ne pas être distrait dans la mission périlleuse qui lui était confiée, mais je le ressentais quand même en moi.

Une énième fois, je m'arrêtais devant la fenêtre. Quelques personnes traînaient dans les rues, mais toujours pas d'Aleks. J'allais finir par devenir chèvre à force. Je repartais vers le canapé, histoire d'essayer de regarder la télé bien que je savais pertinemment ne pas y arriver. Les minutes s'écoulaient, horriblement lentes. Et soudain, le vide. Pendant quelques secondes, j'eu une sorte de choc violent. Quelque chose d’indescriptible mais qui me fit horriblement mal au cœur, pas vraiment physiquement, mais sentimentalement. Durant quelques secondes, mon regard se voilà et je ne vis plus rien avant de me reprendre, le cœur battant la chamade.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Aleks ! ALEKS ! »

C'était lui. C'était le lien. Il se passait quelque chose de grave. Mon loup n'allait pas bien, voir pire. Non, c'était hors de question ! J'avais perdu mes parents, on ne me prendrait pas l'homme que j'aimais. Je me levais d'un bond, sauf que je ne savais pas quoi faire. Le retrouver. Comment ? Il n'avait pas pris son portable et notre lien... Mon Dieu, je ne le sentais presque plus. Les larmes me venaient aux yeux sans que je ne puisse rien y faire. Je les essuyais rageusement. Non, ce n'était pas le moment, je devais le retrouver et vite.

Instinctivement mon regard se posa sur la malle de bois que j'avais ramené de la maison de mes parents. Ma mère l'avait entreposée à la cave, craignant que je ne tombe dessus. A ma grande surprise, elle y avait laissé un grimoire ancien et des objets pour pratiquer la magie. J'avais été voir Bran Cornick, le marrok, qui m'expliqua que ma mère était venue de la Nouvelle Orléans, au prise avec une cousine, sorcière noire, qui en voulait à sa vie. Elle espérait se protéger en venant à Aspen. Bran n'aimait pas trop les sorcières, même blanches, il accepta de la laisser rester. En échange, elle ne devait plus faire de magie, ce qu'elle fit. Elle avait quand même conserver son matériel, ce qu'elle avait pu prendre avec elle. En parcourant le grimoire, je compris qu'il n'y avait pas que ma mère qui avait été une sorcière. La famille Hunt semblait être une lignée de sorcières puissantes et j'en étais la dernière représentante. Mes aïeules et ma mère avaient rempli le grimoire avec de nombreux sorts et recettes de potions. C'était tout mon héritage. J'avais laissé tout ça de côté pour le moment, mais là...

Je me précipitais vers la malle pour en sortir le grimoire. Il y avait peut-être quelque chose de dedans qui pourrait m'aider. Après plusieurs minutes, je finis par trouver ce que je cherchais, un sort de localisation. Je n'étais pas certaine d'arriver à en user, je n'avais jamais lancé de sort avant, mais je devais essayer, pour Aleks. Je piochais les éléments notés dans le grimoire : une bougie blanche et un cristal suspendu à une chaîne. En fouillant dans les tiroirs d'Aleks, je trouvais une carte de la région et en filant dans la salle de bain, je trouvais un peigne avec des cheveux qui lui appartenaient. C'était tout ce que j'avais besoin. M'installant sur la table basse, je dépliais la carte, allumait la bougie et déposais les cheveux au centre de la carte. Il était temps. Je fermais les yeux, essayant de faire abstraction de mes peurs et de mes doutes, cherchant ce pouvoir qui était au fond de moi et que j'avais à peine effleurer au cours de ces vingt-trois années. Je la sentais, ma magie. Elle était là.

« Phasmatos tribum, Nas Ex Vera »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Rouvrant les yeux, je déplaçais doucement le pendule au-dessus de la carte, veillant à maintenir ma magie, en la canalisant autant que je pouvais. Finalement, après plusieurs dizaines de seconde, la pointe du cristal sembla attirée par un point précis sur la carte. Là, il était là ! Bondissant, je prenais un stylo pour faire une marque avant de souffler la bougie et de remettre le grimoire et le cristal dans la malle gravée. Prenant mon blouson et les clés de la jeep de mon père, je quittais l'appartement et l’armurie. Avant, je passais dans le bureau de mon compagnon pour prendre le sac qu'il avait toujours sous la main avec des vêtements et du matériel de secours, des rations protéinées aussi. Jetant le sac sur le siège passager, je filais rapidement vers le point indiqué. Je ne tenais pas spécialement compte des limitations de vitesse, mais, par chance, je ne rencontrais ni flics, ni problème. Il me fallut un bon quart d'heure pour rejoindre le point de la carte et encore, je n'y étais pas. Cependant, la voiture ne pouvait pas aller dans les bois. Je la garais près de la lisère avant de m'enfoncer dans les bois. Par chance, je m'étais équipée d'un bon jeans épais, d'un pull et de bonnes chaussures de randonnée. Une paire offerte par Aleks juste au cas où l'envie me prendrait de faire une nouvelle escapade dans la nuit, pieds nus. Même en ayant le plan et le point, il me fallut encore plusieurs minutes avant de sentir la présence d'Aleksandr. Finalement, je le découvrais allongé au sol, blessé.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Aleks ! Aleks ! Aleks répond-moi ! T'as pas intérêt à être mort parce que sinon je te jure que je vais jusqu'en Enfer pour te ramener par la peau des fesses tu m'entends ! Aleks ! Tu m'entends ? »

Pas très délicate. Je savais que les loups étaient sensibles aux cris car leur ouïe était bien plus développée que celle d'humain comme moi. Mais je ne réfléchissais pas trop. J'avais trop peur de le perdre pour ça. Je voulais juste qu'il me réponde même si c'était pour me dire d'arrêter de crier. Je ne me rendais même pas compte que je pleurais comme une madeleine.

« Aleks ! Je t'en pris ! Me laisse pas ! »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi


Dernière édition par Diamond H. Hunt le Mer 14 Déc - 17:11, édité 1 fois
avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Mer 23 Nov - 9:39



L’argent qui coule dans mon corps rend la douleur insupportable. Je vais mourir, je le sais. C’est la raison pour laquelle je confie le groupe à Qahtan, certainement le lycan le plus expérimenté après moi, le même à ramener tout le monde à la maison sain et sauf. Du moins, je l’espère. Je vois bien que m’abandonner sur place ne lui plaît guère, mais lui comme moi savons que c’est la meilleure des solutions. Il ne peut s’encombrer d’un mourant s’il veut sauver les autres. Je regarde donc le petit groupe s’éloigner avant de fermer les yeux et d’attendre la mort. J’ai une pensée pour ma compagne. Instinctivement, je coupe le lien qui m’unit à Diamond, m’isolant aussi du reste de la meute. Pour tous, je suis mort. C’est mieux ainsi. Cela évitera une opération de sauvetage inutile, surtout que la probabilité que d’autres hommes de The Order ramènent leurs fesses reste bien trop importante pour être négligée. Un long moment s’écoule avant que je n’entende des bruits de pas. Ils sont si furtifs que j’ai bien failli ne pas réaliser que quelqu’un approche. Trop faible pour réagir désormais, je reste immobile, faisant le mort. De toute façon, ma respiration ne tient plus qu’à un fil depuis un moment maintenant. La suite me fait ouvrir les yeux. On est en train de me charcuter pour retirer les trois balles qui se sont logées dans ma poitrine. Je découvre, non sans une certaine stupeur, la chasseresse occupée avec un couteau. Je ne comprends pas ce qu’elle est revenue faire ici. Et, bien qu’elle semble vouloir me donner une chance de vivre, j’ai tout de même du mal à lui faire confiance vu ce que j’ai vu d’elle cette nuit, vu le massacre qu’elle a réalisé ici. Je grogne sourdement quand elle m’enfonce une plante dans les plaies. Elle n’empeste pas la magie, où a-t-elle appris à se servir des plantes ? Je n’ai guère le temps de m’appesantir sur ma question que vient le moment où elle décide de me déplacer.

La ferme ! C’est ça où tu crèves ici !

Bon d’accord, je n’apprécie pas vraiment être traîné de la sorte, mais elle pourrait être plus polie tout de même. Reste à savoir où elle compte m’emmener. Dehors, c’est certain, car après de longues minutes, nous nous retrouvons à l’air libre. Je me demande comment elle est parvenue à me hisser hors du baraquement d’ailleurs vu son poids plume et ma stature. Je finis, je ne sais comment, à l’arrière d’un véhicule dont elle prend le volant sans traîner. Muette comme une carpe et, vu sa façon de conduire, si l’argent ne me tue pas, elle va bien y parvenir toute seule en provoquant un accident. Quand la voiture stoppe, me voilà de nouveau transporté de façon sommaire dans un taillis, à l’abri des regards. Je perds rapidement connaissance, ne revenant à moi qu’en humant l’odeur de viande fraîche. Aya est revenue avec un chevreuil qu’elle éventre à portée de mes mains.

Je ne peux pas faire plus. Adieu.

En clair, elle m’a débarrassé de l’argent, m’a mis à l’abri et m’a fourni de quoi me nourrir. Je n’ai pas le temps de tenter de prononcer un mot qu’elle disparaît dans la nuit. Honnêtement, je doute qu’elle retourne à Aspen Creek. Mais, si je survis, je sais que j’aurais une dette envers elle. Chasseresse ou non, elle vient de me prouver qu’elle est réellement du côté des lycans et qu’elle est prête à risquer sa vie pour un peuple qui la traque et la chasse pour la tuer. Voilà qui me fait revoir ma position sur cette curieuse demoiselle. Son comportement tient plus d’un animal appartenant à un groupe qu’à une humaine. Enfin, mon loup finit par me faire savoir qu’il faut manger. Chose dont je ne me prive pas, même si je mange lentement, ma mâchoire humaine n’étant pas prévue pour dévorer un chevreuil. Qu’importe, je me contente des parties les plus tendres dans un premier temps avant de sombrer de nouveau dans l’inconscience. J’ignore combien de temps je suis resté ainsi, mais des hurlements à me vriller les tympans me sortirent de ma léthargie. Je connaissais cette voix, mais il me fallut plusieurs secondes pour identifier leur propriétaire : Diamond ! Pas besoin de demander comment elle m’avait retrouvé, la magie émanait d’elle par saccades. Incapable de parler dans un premier temps, je lui saisis la main gauche pour qu’elle cesse de hurler de la sorte. Déjà pour le mal de crâne qui se préparait si elle continuait de la sorte, et pour la rassurer ensuite. Avec prudence, je réactivais notre lien de couple, qu’elle comprenne que j’étais en vie, mais mal en point. De mon autre main, je lui montrais les plantes dans mes plaies, du plantain bien que je l’ignore, pour qu’elle comprenne que quelqu'un avait déjà commencé à me soigner. De toute façon, la présence du chevreuil à moitié dévoré ne pouvait que lui indiquer que je n’étais pas venu ici par mes propres moyens.

Un abri. Sécurisé. Pas à Aspen.

J’ai du mal à parler, mais je sais que je ne veux pas retourner là-bas. Trop de questions en suspens et surtout deux lycans soumis enlevés sur les terres les plus protégées d’Amérique du Nord. Ce qui me rend particulièrement méfiant. Sauf que je n’ai pas la moindre idée d’où on pourrait aller se réfugier pour être suffisamment loin de la meute afin que cette dernière ne réalise pas que je suis toujours en vie. Il y a eu une faille dans la sécurité, et je ne vois pas comment cela a pu se produire sur les terres du Marrok. J’y réfléchirais plus tard de toute façon, il y a plus urgent dans l’immédiat.

Changer. Manger. Bouger ensuite.

Par certain que ma compagne apprécie ce qui va suivre, ni même qu’elle ne prenne pas ses jambes à son cou. Mais sous ma forme animale, je pourrai achever mon repas et reprendre plus rapidement des forces. J’appelle mon loup, qu’il vienne en soutien. Muter est long, très long même, bien plus que d’ordinaire, mais je finis par me retrouver sous la forme d’un lycan impressionnant qui ne ressemble pas vraiment à une peluche qu’un enfant voudrait câliner. Désormais, disposant de mes mâchoires puissantes, j’entreprends de finir mon repas, passant outre le fait que les herbes mises en place par la chasseresse sont partis et que je saigne par endroits. Le reste du chevreuil ne tarda pas à disparaître dans mon estomac. Par contre, j’étais trop faible pour entreprendre un retour en arrière et repasser sous forme humaine. Diamond allait devoir gérer, ce qui n’enchantait pas vraiment mon dominant de loup, même s’il savait, aussi bien que moi, que nous n’étions pas en état de faire quoi que ce soit pour l’heure.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Dim 27 Nov - 19:03


Vers une nouvelle vie...
Et de multiples révélations...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Je ne sais pas combien de temps je restais les genoux à terre, en criant dans les oreilles d'Aleks, espérant un signe de sa part. N'importe quoi. Je finissais par ne plus y croire quand je sentis soudain sa main serrer la mienne. Cela me rendis à la fois heureuse et triste. Heureuse, car cela voulait dire qu'il était en vie. Triste, parce que sa poigne n'avait rien à voir avec celle que j'avais connu quelques jours plus tôt. C'est alors que je le sens de nouveau en moi, dans ma tête. Notre lien... il est de nouveau présent. Je ne sais pas l'utiliser, pas encore en tout cas, mais je le ressens et cela me rassure. Si mon loup a fait le choix de le rouvrir c'était qu'il devrait se remettre même si son état était plutôt inquiétant. Je me penche alors, déposant un baiser sur son front, si heureuse de le sentir vivant. Je n'aurais pu vivre sans lui. C'est alors que je me rends compte que je vois flou. Je pleurs. J'essuie rapidement mes larmes, préférant me concentrer sur mon compagnon qui a besoin de moi. J'entends alors ses paroles.  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« D'accord. Je vais voir ce que je peux faire. »

Sauf que je ne savais vraiment pas quoi faire. Je n'étais pas une guerrière ou une combattante. J'étais juste une étudiante en pause. Pourtant, je comptais bien répondre aux besoins de mon amour. Je commençais à réfléchir alors qu'il me parlait de nouveau, m'indiquant son désir de changer. Je hochais la tête. Je n'étais pas certaine qu'il veuille que je reste près de lui ou non. Je savais que les fois précédentes il avait préféré se cacher. J'essayais donc de m'écarter un peu, histoire de ne pas le gêner. Lorsque son changement commença, je décidais de m'éloigner un peu plus. Je ne pensais pas que le changement était aussi violent. J'avais vu son corps commencer à se modifier, la peau se déchirer. Cela me faisait mal pour lui. Craignant de fondre en larmes devant ce qu'Aleks devait subir, je préférais m'asseoir un peu plus loin. M'accrochant à notre lien de couple, je  me concentrais pour l'aider. Je ne savais pas si cela fonctionnait ou si je me faisais des idées, mais j'essayais de concentrer mes forces et mon pouvoir pour l'aider à mieux supporter cette transformation. Je ne tenais pas compte des os qui craquaient et des déchirements que j'entendais. Je préférais me concentrer sur l'aide que je pouvais apporter à mon compagnon.

Après de très très longues minutes, je compris que c'était fini et je revins vers Aleks transformé. Je revenais vers lui et l'observait dévorer le gibier que quelqu'un avait laissé pour lui. J'avais bien remarqué les herbes dans ses plaies. J'avais une dette envers quelqu'un même si je ne savais pas encore qui. Alors qu'Ivan finissait l'animal, moi je réfléchissais aux demandes d'Aleks. Il voulait un abri sûr mais pas Aspen. Malheureusement, je ne connaissais pas beaucoup d'endroits sécurisants à part Aspen. J'avais vécu à New York jusqu'à il y avait encore peu, mais je ne me voyais pas emmener Aleks là-bas. Il nous fallait un autre endroit. Je pensais bien à nous car je ne me voyais pas le laisser seul, loin de moi, plus que nécessaire. Triturant mes méninges mal en point après toutes ces émotions, je finissais par repenser à ce que m'avait dit le Marrok, que ma famille venait de La Nouvelle-Orléans. Je ne connaissais personne là-bas, mais étrangement mon instinct me disait que c'était là que nous devions aller. La ville ne serait pas le meilleur endroit pour Ivan mais il y avait le bayou. Là-bas, il pourrait chasser sans soucis. Je ne voyais rien d'autre pour le moment. Le repas de mon loup s'achevait. Il avait encore besoin de récupérer. Je m'approchais doucement tout en prenant soin de lui parler avec douceur.

« Ivan. Ivan, je vais rentrer à Aspen pour prendre des vêtements, des armes, de l'argent, enfin tout ce qu'on peut avoir besoin pour se mettre en sécurité un moment. Je suis moins douée qu'Aleks pour ce genre de chose mais je vais faire de mon mieux. Reste ici et repose-toi. Récupère autant que tu peux. Je fais au plus vite – je me penchais pour caresser doucement son pelage. Je ne faisais pas trop durer ma caresse, craignant de lui faire mal – Je vous aime. Je reviens vite, promis. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me relevais, laissant le sac à dos à proximité du loup. Je me doutais qu'il ne changerait pas à nouveau tout de suite, mais inutile de faire l'aller et retour avec ce sac. Je jetais un dernier regard à l'immense loup avant de repartir au pas de course vers la jeep. Mentalement, j'essayais de faire la liste de ce que nous aurions besoin. Si le chemin d'Aspen à Aleks m'avait semblé particulièrement long, il fut étonnamment rapide dans le sens inverse. Revenu au magasin, je montais en flèche vers l'appartement, commençant à faire nos valises. Je ne pourrais pas tout prendre, c'était une évidence, mais je devais prendre l'essentiel. Des vêtements pour chacun de nous, des affaires de toilettes, nos papiers. Mon regard se posa aussi sur la malle de bois. Impossible de ne pas l'emporter. D'ailleurs, il y avait peut-être quelque chose dedans pour aider Aleks, mais pour le moment, je devais préparer tout le reste. La nourriture aussi, surtout même. Il y avait toujours de la viande fraîche dans le frigo pour Ivan. J'en entreposais pas mal dans la glacière. Il aurait besoin de protéines pour guérir. Je prenais aussi des rations protéinées même si je n'en étais pas fan. Biscuits et gâteaux pour moi. On trouverait bien des restos sur la route. La route, parlons-en. J'allumais mon portable pour vérifier les itinéraires possibles et ceux à éviter. Mieux valait privilégier les petites routes. Enfin, le temps qu'Aleks se remette. J'entrais toutes les informations sur mon téléphone portable, ça me servirait de GPS. Je n'étais pas une grande douée au volant. J'allais rapidement ranger tout ce que j'avais déjà préparé, optant pour le pick-up d'Aleks, plus solide que la jeep de mon père et avec des vitres teintées. Je retournais chercher des armes et l'argent du coffre d'Aleks, on pourrait en avoir besoin. Je prenais un peu les armes au hasard n'y connaissant pas grand chose hormis pour les fusils de chasse. Armes et munitions furent rapidement rangées pour ne pas dire planquées à l'arrière de la voiture. J'allais également retirer tout l'argent que je pouvais au distributeur, sur mon compte. Malgré la somme, je savais ne pas risquer grand chose avec un loup avec moi. Quand j'eus tout embarqué, je finissais par jeter un œil dans le grimoire familiale. J'espérais bien trouver un sort de guérison, histoire d'aider encore plus Aleks. Je finissais par le trouver et, par chance, il ne nécessitait pas de matériel sauf de mon propre pouvoir. Je finissais par embarquer ma malle et c'était bon. Je prenais la route, allant chercher Aleks.

Bien que j'ai fait aussi vite que possible, il m'avait fallu plus de deux heures pour tout faire. Mais voilà, je pouvais désormais aller chercher mon compagnon. Dans le rétroviseur, la ville s'éloignait rapidement. Mon chez moi. Je n'étais pas certaine d'y revenir un jour et cela m'angoissait un peu. Pourtant, je ne devais pas oublier mon compagnon. C'était de lui que j'avais le plus besoin que d'une ville. Le trajet fut plus difficile car il faisait nuit à présent et que je n'étais pas spécialement à l'aise dans cet environnement. Je parvenais quand même à repérer le bas-côté où je m'étais garée la première fois. Avec la lampe torche, je retrouvais Ivan. Comme je m'en doutais, il était resté sous sa forme de loup.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« On va pouvoir y aller, mais avant – je venais m'agenouiller près de lui, apposant doucement mes mains sur sa fourrure – je sais que vous n'aimez pas beaucoup la magie tous les deux, mais là, c'est pour vous aider à aller mieux – Je me concentrais alors avant de répéter plusieurs fois – Corpus Sano, Corpus Sano, Corpus Sano... »

Je sentais la magie affluer en moi et se transmettre à mon compagnon, l'aidant à résorber un peu plus ses blessures. Je continuais autant que je pouvais, mais quand je commençais à sérieusement fatiguée, j'arrêtais. Je ne pouvais aller plus loin si je voulais pouvoir conduire. J'attrapais le sac à dos que j'avais laisser, histoire de manger une ou deux barres protéinées. C'était pas terrible, mais il me fallait de quoi me requinquer un peu. Je ne pensais pas que la magie pouvait épuiser comme ça.

« J'ai tout mis dans le pick-up d'Aleks et pour le lieu, j'ai pensé à La Nouvelle Orléans. Ma mère et sa famille venait de là-bas. Je pourrais peut-être y apprendre des choses utiles et y'a le bayou. Tu pourras y chasser sans soucis. Faudra juste faire gaffe aux alligators ou au crocodiles, je sais jamais lequel vit là-bas ! »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

C'était idiot comme question à se poser au vu des circonstances, mais il fallait bien dédramatiser un peu la situation. J'avalais mes barres avant de mettre le sac sur mon dos et de me relever.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Il va falloir marcher jusqu'à la voiture Ivan. J'espère que ça va aller parce que j'aurais du mal à te porter. »

Avec le sort, il devrait pouvoir y arriver. Cela nous prit un peu de temps mais on y parvint. Je le fis monter à l'arrière, lui laissant une couverture et des vêtements s'il en avait besoin. Je laissais aussi la glacière par terre, histoire qu'il puisse se servir suivant ses besoins. Quand à moi, je reprenais le volant, initialisant le GPS de mon téléphone portable et commençant la langue route vers La Nouvelle-Orléans.

Les heures s'écoulèrent sans que je ne m'en rende vraiment compte. Je voyais juste la course des étoiles puis de soleil. Je faisais des pauses quand j'étais fatiguée avant de repartir. Je tenais plus grâce à l'adrénaline qu'au repos. Je ne m'arrêtais dans un aucun snack sur la route me contentant de grignoter des barres insipides. Il fallait qu'on s'éloigne le plus rapidement possible d'Aspen et par les petites routes on mettait plus de temps. Ce n'est que lorsque le jour commença à décliner que je me tournais vers l'arrière. Ivan avait dormi une bonne partie du trajet, ouvrant les yeux pour se restaurer avant de replonger dans le sommeil qui lui permettait de guérir.

« Va falloir trouver un coin où dormir, sinon je vais nous conduire dans le fossé. Quoique... on peut peut-être se contenter de la voiture pour la nuit. Je ne sais pas s'il y a un motel dans le coin et je suis trop crevée pour continuer. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'abandonnais l'idée du motel pour finir par me garer dans un petit coin de campagne. Je me contentais de me glisser à l'arrière pour profiter de la chaleur d'Aleks et je sombrais rapidement dans le sommeil. Je n'en pouvais vraiment plus.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Dim 27 Nov - 22:11



Mourir et ne plus ressentir la douleur de l’argent. Je ne demande plus que ça. Enfin, c’était sans compter l’arrivée de ma compagne de sorcière qui semble avoir décidé qu’il devait en être autrement. Pour elle, je m’accroche parce qu’il le faut. Nos mains finissent par se joindre, seul mouvement qu’il m’est permis de faire pour le moment, pour lui faire savoir que je suis encore vivant. Je réactive le lien de couple dans la foulée, seul moyen de communication dans l’immédiat. Mes pensées sont encore embrouillées et je songe à cette chasseresse qui est venue à mon aide. Il faudra que j’en parle à Diamond quand j’irais mieux. Il me faut encore du temps pour parvenir à me servir de ma voix. Je parle par mots courts. Je donne un semblant de plan pour nous éloigner au plus vite d’ici, de tout même. Une fois certain d’avoir été compris, je laisse mon loup venir et je change au prix d’une douleur intense. Pas le choix, je guérirai plus vite ainsi. Je le sais. Je ne remarque même pas que ma compagne s’est éloignée pour ne pas assister au spectacle. Une fois en loup, je peux finir le chevreuil. Manger pour reprendre des forces, Cross a pensé à tout. Curieuse petite humaine dont la puissance de destruction fait tout de même peur à bien y penser. Reste à savoir ce qu’il va advenir d’elle maintenant. Charles doit déjà être sur ses traces pour l’achever. Ma compagne finit par m’annoncer qu’elle va retourner à Aspen pour prendre tout ce dont nous pourrons avoir besoin. Pour aller où, nous verrons bien en temps voulu. L’urgent est de s’éloigner pour l’heure.

Le bruit de la voiture s’est tûe depuis longtemps et je somnole en digérant mon repas, bien dissimulé sous un buisson. Hormis une autre créature surnaturelle, personne ne peut savoir que je me trouve ici. Et, si je ne me trompe pas, je suis assez éloigné du théâtre des opérations pour que personne ne me retrouve. C’est certainement ce que voulait la jeune humaine. Elle devait compter sur le fait que les lycans de ma meute viendraient me chercher. Ou que d’autres de cette maudite organisation allaient pointer le bout de leurs nezs. Et, vu mon état, j’aurais été bien incapable de me défendre. J’ai une dette envers elle et j’entends bien la payer un jour si l’occasion se présente. Une fois remis, je verrai ce qu’il est possible de faire, si elle est toujours en vie évidemment. Un bruit me met en alerte avant que je ne reconnaisse le moteur de mon pick-up. Ma compagne est de retour, reste à voir si elle est revenue seule ou pas. Ne percevant que sa présence, je rampe sur le sol pour qu’elle puisse me retrouver plus facilement. Je la sens troublée et je réalise vite pourquoi en sentant la magie de plus en plus présente. Mon loup n’aime pas cela, mais ne dit rien pour une fois. Il comprend pourquoi elle agit ainsi. La magie nous traverse de part en part, réactivant une partie de nos réserves énergétiques. Les yeux clos, je me laisse faire sans montrer le moindre signe d’agacement ou d’énervement. Diamond sait combien les lycans n’aiment pas la magie. Encore moins quand on s’en sert sur eux. Peu à peu, nous nous sentons un peu mieux. Pas beaucoup, mais je réalise vite que cela va nous permettre d’atteindre la voiture, chose la plus importante. Péniblement, mon loup se remet debout, progressant lentement, pour ne pas griller trop vite l’aide de notre compagne, prenant la direction du pick-up avant de finir couché sur la banquette arrière. Une odeur de viande nous fait saliver de faim et je découvre une glacière coincée entre les sièges avants et la banquette, remplie de viandes fraîche. Je ne sais pas ce que ma compagne a pris d’autres, mais elle s’est montrée fûtée pour le coup.

Le roulis du véhicule me fait somnoler longuement. C’est la faim qui me réveille. Mon loup plonge son museau sans la moindre hésitation dans la glacière, avant de se rendormir à nouveau, non sans un regard à notre compagne qui semble épuisée, elle aussi. Je ne sais pas combien de temps elle va encore pouvoir conduire à ce rythme. Pas longtemps selon moi vu son petit tour de magie et le fait que cela a certainement puisé dans ses réserves personnelles. Elle ne tarde pas à me le faire savoir d’ailleurs, avant de se garer pour venir se glisser contre moi pour passer la nuit. Son sommeil est profond, mon loup ne peut s’empêcher de veiller sur celle qui est venue à notre secours, quitte à prendre tous les risques pour cela. De fait, nous ne dormons que d’un œil, achevant le peu de viande qu’il restait dans la glacière tout en prenant soin de ne pas la déranger dans son sommeil. Le jour se lève à peine lorsque mon loup se glisse hors de la voiture. Ma constitution me permet de récupérer rapidement et il faut que je change pour pouvoir discuter de la suite avec ma compagne. Avant, je chasse un peu, quelques lapins, puis je change pour reprendre forme humaine. Je reste un moment au sol, le lien de couple m’informant que ma compagne dort toujours. Une fois debout, je rejoins la voiture. Ma démarche n’est pas encore des mieux mais j’ouvre le coffre sans faire de bruit pour faire un rapide inventaire de ce que Diamond a emporté. Bon, il manque certaines choses, mais elle a fait de son mieux vu les circonstances. Un réchaud est présent et je ne tarde pas à préparer un bon café qui nous fera du bien à tous les deux. Surtout que je sens ma compagne s’éveiller lentement.

Bonjour belle endormie, tu as réussi à te reposer correctement ? Le café est chaud et je crois qu’il nous fera du bien à tous les deux.

Je parle lentement, pour économiser mes forces. Mais, je suis vivant et c’est le plus important. Je souris doucement à ma compagne avant de l’attirer dans mes bras. J’ai besoin de la sentir contre moi en ce moment. Elle est désormais mon seul point d’ancrage. Je suis redevenu un loup solitaire, je le sais. Et, je connais la loi concernant les solitaires. Surtout maintenant.

Nous ne t’en voulons pas pour la magie, cela s’imposait. Je dois te parler de quelque chose avant que nous repartions. L’opération de sauvetage des deux soumis à tourner au carnage. Pas à cause des lycans, mais à cause de cette chasseresse, cette Aya Cross. Je n’ai jamais croisé d’humaine comme elle. Mais, c’est grâce à elle que je dois d’être en vie. C’est elle qui m’a ramené hors portée de ces maudits humains. Et qui m’a bourré d’herbes aussi. Ne me demande pas ce que c’était, mais cela a stoppé le saignement après qu’elle ait retiré les balles. Ta magie m’a pemis de reprendre des forces plus rapidement, ainsi que le contenu de la glacière.

Voilà ma compagne affranchie sur qui est venu à mon secours avant son arrivée. J’ignore si elle a déjà entendu parler de Cross, mais possible que la connaissance de cette humaine ne soit pas un hasard non plus. Tout comme je suis certain qu’elle a compris que j’ai une dette envers cette humaine, honneur oblige. Ne désirant pas trop tirer sur mes forces encore peu stables, je finis par prendre mon café et m’asseoir, attirant ma compagne contre moi pour qu’elle profite de ma chaleur et d’un réveil tranquille bien mérité.

Dis-moi, où allons-nous ? Je me souviens t’avoir dit de t’éloigner d’Aspen au plus vite. L’endroit n’est plus sûr, s’il ne l’a jamais été d’ailleurs. Dès que je pourrais, je te soulagerais au volant, mais je dois récupérer un peu. Et toi, plus de magie pour le moment.

Je câline ma belle, mon loup s’enroulant autour d’elle pour renforcer notre lien de couple. Pour lui faire comprendre aussi, à sa façon, qu’elle a bien préparé notre voyage. J’ai vu une petite boite dans le coffre et je sais ce qu’elle contient. Suffisamment d’argent liquide pour nous déplacer sans être repérés.

Nous allons devoir être prudents à partir de maintenant. Il en va de notre vie à tous les deux.

Je ne suis pas pressé de reprendre la route pour le moment, je préfère profiter de la présence de ma compagne contre moi au maximum.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Mar 29 Nov - 21:05


Vers une nouvelle vie...
Et de multiples révélations...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Je dormais du sommeil du juste, ne faisant ni rêve, ni cauchemars. L'épuisement n'y était probablement pas pour rien. Ce n'est que lorsque je ressens le froid autour de moi que je finis par m'extirper de mon sommeil. Je m'étire, yeux clos, cherchant Aleksandr mais en vain. Je me redresse alors, yeux grands ouverts, craignant le pire vu ce qui c'était passé la veille. Pourtant, notre lien de couple était toujours aussi présent et fort. Mon compagnon ne devait pas être loin. S'il était sorti seul, c'était qu'il devait aller mieux. Cela me rassurait même si je savais qu'il lui faudrait encore un peu de temps avant de parvenir à récupérer. Je sortais de la voiture après m'être emmitouflée dans ma parka. Pas la peine d'attraper la mort en plus. Je frissonnais sous le vent froid du matin. Regardant rapidement autour de moi, je découvris rapidement mon compagnon et lui souriait alors qu'il m'interpellait. Je frottais mes mains l'une contre l'autre, avançant vers lui avec un grand sourire.   

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Oui et toi dis-moi. J'espère que tu as pu te reposer un peu dans la voiture. »

J'étais contente de le voir debout, enfin assis, mais je craignais qu'il n'en fasse trop. Je ne tenais pas à le revoir comme la veille. Je riais doucement alors qu'il m'attirait tout contre lui.

« Visiblement tu vas assez bien pour me tenir contre toi mon amour. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'avoue que je profitais lâchement de ses bras, appréciant de m'y retrouver. J'avais crains que cela ne se reproduise plus quand j'avais senti notre lien disparaître. Il me parla alors de la femme qui lui avait sauvé la vie, Aya Cross. Je ne la connaissais pas, sauf de nom. Je savais qu'elle n'avait pas un caractère facile mais rien de plus. Qui qu'elle puisse être, elle avait ma reconnaissance éternelle.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« J'ai une dette envers elle comme elle t'a sauvé la vie. Je n'aurais jamais pu survivre sans toi. Je ne la connais que de nom et encore. Malgré tout, je lui serais éternellement reconnaissante – Je frottais mon visage contre son épaule avec douceur – J'ai fait ce que j'ai pu pour vous aider. Je n'ai jamais autant regretter de ne pas savoir manipuler la magie. »

Je m'en voulais de ne pas avoir été plus efficace. J'espérais que ce que j'avais fait n'était pas inutile. C'était la première fois que je devais partir aussi rapidement d'un endroit et dans de drôles de circonstances. Aleks prit son café et j'en fis autant, me retrouvant sur ses genoux, endroit que j'appréciais plus que tout. Sa question interrompit mon geste de porter mon café à mes lèvres. Je ne savais pas comment il allait prendre ma décision. Lui et Ivan étaient réfractaires à la magie. Malgré tout, j'estimais avoir pris la meilleure décision au vu des circonstances.

« Je ne savais pas vraiment où aller. A l'inverse de toi, je n'ai pas beaucoup voyagé hormis Aspen, ses environs et New York, je suis vraiment la fille venue de la province. Je ne me voyais pas aller vers New York, je ne suis pas certaine que tu apprécies la ville et je ne vois pas Ivan chasser dans Central Park. Comme je n'avais pas vraiment d'idée, j'ai repensé à ce que Bran Cornick m'avait dit sur ma mère, qu'elle était originaire de la Nouvelle-Orléans comme toute sa famille. J'ai pensé qu'on pourrait y aller. Je pourrai apprendre la magie et Ivan pourrait se plaire dans le Bayou et toi aussi. Je suis partie dans la direction de cette ville par les petites routes, mais on peut aller ailleurs si tu préfères. Tant que je suis avec vous, ça me va très bien. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me blottissais contre lui, appréciant son contact. Les loups étaient tactiles, je l'avais appris avec mon compagnon et je ne m'en plaignais pas. J'appréciais ça. Je me redressais pour prendre mon café, extirpant une barre protéinée d'une de mes poches, histoire d'accompagner ma boisson. Aleks avait probablement mangé avant de se retransformer. Je frissonnais à ses dernières paroles.  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je sais. J'espère que ça ira quand même. Qu'est-ce que tu veux qu'on fasse ? »

Il avait bien plus d'expérience que moi en la matière. L'avenir était plus qu'incertain mais tant que nous restions ensemble cela m'allait parfaitement. Je me sentais prête à affronter le monde avec lui à mes côtés.  

« Il y a peut-être une meute à la Nouvelle-Orléans, tu pourras peut-être l'intégrer ou créer la tienne. Je te verrais bien alpha. Tu sais prendre soin des autres, les diriger, les aider, les écouter. Enfin, je te dis ça mais je ne sais pas exactement comment ça se passe pour les loups. Je sais qu'il a des combats entre dominants mais à Aspen, ça ne s'est jamais produit avec Bran et Charles. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Personne n'aurait osé défier l'un ou l'autre s'il tenait à la vie. Les loups n'étaient pas suicidaires en général. Je soufflais sur mon café avant d'en avaler quelques gorgées et de grignoter ma barre. Je n'étais vraiment pas fan de cette nourriture. Il faudrait qu'on s'arrête quelque part, sur la route, pour manger quelque chose de correct. Je crois que n'importe quoi était meilleur que le morceau de plastique que j'avais l'impression de mâchouiller. J'avalais mon café, histoire de faire passer le goût.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Franchement, c'est pas terrible ce genre de truc. J'ai jamais autant regretté ma tartine beurrée. »

C'était idiot comme commentaire vu ce qu'Aleks avait traversé, mais parfois, il fallait bien faire preuve d'humour. J'achevais rapidement mon café, avant de me reposer contre le torse de mon compagnon, sans trop m'appuyer, histoire de ne pas le fatiguer inutilement. Je profitais du moment. Mais soudain, je sentis mon estomac s'emballer. J'eus à peine le temps de me lever et de me précipiter vers les buissons, tombant à genoux et vomissant tout ce que je venais d'ingurgiter. Décidément, les barres de protéine, ce n'était pas ma tasse de thé.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Mer 30 Nov - 22:07



Le réveil est difficile, mais je suis toujours en vie. J’ignore si c’est la magie de ma compagne ou l’action de Cross, ou les deux combinées, mais cela tient du miracle. C’est avec lenteur et prudence que je m’extraie de la voiture et que je vérifie rapidement ce que Diamond a emporté dans notre fuite. Certes, il manque certaines choses, mais nous disposons de l’essentiel. Et surtout, nous pouvons faire face aux dépenses à venir sans avoir à se soucier de l’argent avant un moment. Pour le reste, on pourra se le procurer n’importe où sans le moindre problème. Je profite que ma compagne dorme encore pour manger et préparer un bon café bien chaud. Je finis par la voir apparaître, emmitouflée dans sa parka. Elle ne tarde pas à finir sur mes genoux, j’ai besoin de la sentir contre moi, et mon loup aussi.

J’ai dormi oui, récupéré pas mal, mais pas encore assez pour prendre le volant malheureusement. Tu vas devoir conduire encore un peu.

Je lui explique ce qui s’est passé, le fiasco de l’opération de sauvetage, l’intervention de la chasseresse. Je souris quand ma jolie sorcière dit avoir, elle aussi, une dette envers elle. Tout comme moi sauf que je doute que nous puissions l’honorer un jour. J’embrasse ma compagne.

Tu as fait ce que tu devais faire et c’était parfait. Ne culpabilise pas, je suis toujours en vie, non ? Et vu tout ce que tu as ramené, nous pouvons tenir un siège sans le moindre problème. Alors, tout va bien, ne t’inquiète pas.

Facile à dire alors que la pauvre m’a trouvé à moitié mort, voir aux trois-quarts. Je note d’ailleurs que le lien avec la meute s’est rompu. Je n’ai pourtant pas le souvenir que mon cœur ait cessé de battre. Enfin, ce n’est pas plus mal ainsi. La meute ne nous cherchera pas du coup. Ce qui me va parfaitement. Je finis par m’intéresser à notre destination, ayant simplement donné comme consigne à ma compagne de nous éloigner le plus possible d’Aspen. J’écoute sa réponse, silencieux, réfléchissant à tout ce que cela peut impliquer pour nous dans l’avenir. La Nouvelle-orléans, la terre d’origine de Diamond. Même si l’idée qu’elle y développe sa magie ne me fait pas sauter de joie, je sais, pour avoir pas mal bougé, qu’elle trouvera de l’aide sur place et d’excellents guides pour progresser. D’ailleurs, pour y avoir fait un court séjour, je n’ai pas eu de souci avec les sorcières croisées malgré ma nature de lycan.

Tu as fait un choix judicieux et il nous sera plus facile de passer inaperçus dans cette ville. Ce qui est un plus non négligeable. Il faut que tu comprennes quelque chose d’important. Pour les autres lycans, je suis désormais ce que l’on appelle un solitaire. Ce n’est pas franchement toléré par les autres meutes, mais j’ai toujours vécu ainsi une grande partie de ma vie. Donc, même s’il n’y a pas de meute établie, je sais que je trouverai des lycans sur place. Ce qui me permettra de garder un lien avec les miens. Et toi, tu pourras trouver de l’aide pour apprendre à devenir plus forte et plus puissante sans risque.

Pas le temps d’en dire plus que je vois ma compagne se lever brusquement et s’éloigner pour aller vomir. En un bond, je suis sur mes pieds et je la rejoins aussi vite que je peux. J’attends que son estomac se soit calmé avant de l’attirer de nouveau contre moi. Diamond semble épuisée, je n’aime pas cela, mon loup encore moins.

Tu n’es pas en état de conduite, il te faut du repos. Nous allons rester ici pour la journée, nous sommes bien cachés.

Je la guide jusqu’à la voiture avant de la réinstaller à l’arrière, sous une couverture bien chaude, m’installant derrière elle, après avoir récupéré son téléphone portable, pour lui faire profiter de ma chaleur, même si ce n’est pas la grande forme. Pour le moment, il nous faut recharger nos batteries avant de repartir. Les miennes autant que les siennes. Ayant l’estomac plein, je fouille sous le siège rapidement pour lui donner un anti-nauséeux efficace.

Nous bougerons un peu avant la nuit pour trouver un motel et un restaurant.

Je pianote rapidement pour voir s’il y a de quoi faire dans le coin. De ce que je découvre, il y a de quoi faire à moins d’une heure de route. Cela sera parfait. Quitte à nous poser quelques jours pour que je me refasse une santé.

En attendant, plus de magie. Entre le stress dont je suis le responsable et le fait que tu as certainement puisé dans tes réserves un peu trop, tu dois aussi te reposer. Nous ferons une halte dans ce motel ce soir et nous dormirons au chaud. Cela nous fera du bien à tous les deux. En plus, il est en bordure de forêt, donc je pourrais aller chasser sans problème et discrètement. C’est l’endroit parfait pour y passer une nuit revigorante.

La journée s’étire tranquillement, lentement même. Je somnole par moments et je ne pense pas être le seul. Ma jolie compagne a appris à ses dépends que le lien de couple peut se révéler fatiguant dans certaines circonstances. Ce n’est qu’en milieu d’après-midi que nous nous décidons à bouger pour prendre la direction du motel. Je laisse Diamond conduire, m’installant à ses côtés cette fois. Pour des raisons de prudence, nous avons abandonné son téléphone portable, détruit par mes soins. Nous en racheterons d’autres de toute façon. Le motel finit par se montrer. l’endroit n’a rien d’exceptionnel, mais il fera l’affaire. Chambre prise, nous y posons nos affaires. Au moins, l’endroit est propre. Et le restaurant semble fournir de la nourriture acceptable si j’en juge par le fait que mon loup en salive par avance.

Une bonne douche, des fringues propres et on va aller manger quelque chose d’acceptable. Cela te tente ?

Pour les câlins, il va falloir attendre que je sois en meilleur état tout de même. Le patron des lieux n’a posé aucune question, et j’ai pris soin d’utiliser une identité de rechange pour ne pas être pisté. Ce qui semble avoir surpris ma compagne. Il est vrai qu’elle ignorait cette facette de ma vie. Sauf qu’après avoir été des années sur la route, j’ai appris à ne pas me faire repérer. Ce qui me fait craindre pour tous les jeunes lycans qui vont se retrouver seuls à devoir gérer leur part animale.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Ven 2 Déc - 22:10


Vers une nouvelle vie...
Et de multiples révélations...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
J'étais si heureuse de voir qu'Aleks avait repris sa forme humaine, preuve qu'il allait un peu mieux. Je savais bien qu'il lui faudrait encore quelques jours pour vraiment se remettre et vu qu'il avait failli mourir, c'était assez peu de temps au final. Malgré cette joie, je me retrouvais à genoux au sol, laissant ce que mon estomac avait ingurgité, ressortir avec fracas. Vomir au petit-déjeuner était horrible et j'aurais préféré largement m'en passer vu qu'on devait rejoindre assez rapidement la Nouvelle-Orléans, histoire de s'éloigner d'Aspen et éviter que mon loup se retrouve en mauvaise posture. Bref, ce n'était franchement pas le moment d'être malade. Je sentais Aleks inquiet. Il s'était rapproché de moi, mais pas trop prêt j'espérais, histoire qu'il ne se fasse pas salir. C'était déjà bien assez gênant comme ça. Ce ne fut que lorsque ma poche stomacale ne contenait plus rien que je parvins à calmer ma nausée et doucement me redresser. Je m'essuyais la bouche, déglutissant avec peine, détestant le goût de bile qui persistait dans ma bouche. Rapidement, je me retrouvais dans les bras de mon compagnon qui semblait préféré qu'on reste tranquille.    

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Ça devrait aller. C'est juste que... les barres de protéines, ça doit être plus pour les loups que les humains. »

J'essayais de sourire, histoire de le rassurer, même si je sentais bien que mon état n'était pas au top. Je sentais encore mon estomac jouer au haricot sauteur dans mon ventre. Être malade comme ça, j'en avais horreur. La dernière fois remontait à plusieurs mois après une soirée de beuverie. Les cuites, ça ne pardonne pas. Sauf que là, je n'avais pas siphonné la moindre bouteille. Je devrais essayer de faire changer d'avis à Aleks mais c'était peine perdue et il n'avait pas tort sur mon état. Je remontais en voiture, me montrant conciliante et me glissant sous la couverture. Caler contre mon compagnon, je prends le comprimé qu'il me tend en faisant la grimace. L'idée d'avaler quelque chose, me soulevait déjà l'estomac, mais c'était un mal pour un bien. Aleks pianote sur les téléphones portables, cherchant des informations sur l'endroit où on se trouve. Je hoche la tête à ses propos, persuadée que j'allais me remettre à vomir si j'en faisais plus. Après quelques instants, je replongeais dans le sommeil. Parfois, je me réveillais quelques minutes avant de replonger dans un sommeil plus ou moins profond. Je devais vraiment être fatiguée et pas bien pour comater quasiment toute la journée. Lorsque je parviens enfin à m'extraire de mon état comateux, mon compagnon fait de même et nous sommes prêts à repartir, mais en direction d'un motel. Il n'y aura pas plus de route aujourd'hui. Dans tous les cas, je me sentais beaucoup mieux et j'espérais qu'on pourrait repartir dès le lendemain matin. Mais je n'allais pas me plaindre de profiter d'une nuit dans un motel.

Je reprenais le volant, nous menant à destination. Je constatais rapidement qu'Aleks était bien plus à l'aise que moi dans cette situation. Alors qu'il changeait de nom pour prendre une chambre, moi j'aurais donné le mien. Cela ne me serait même pas venu à l'esprit de changer d'identité. Je me sentais franchement nulle. La clé de la chambre obtenue, nous nous y rendions avec quelques unes de nos affaires.

« Je ne suis pas contre la douche. Pour le repas, j'avoue que j'ai faim, très faim même, mais j'espère que mon estomac ne va pas encore faire des siennes. Je ne tiens pas à me faire remarquer dans le resto. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vomir devant de parfaits inconnus, il y avait quand même mieux. Déjà que vomir devant celui qu'on aimait, ce n'était pas génial du tout. Ça cassait tout mon sex-appeal. La chambre était modeste mais semblait propre. Il y avait même la télé, une vielle télé des années 80, mais une télé quand même. Je prenais l'une de mes valises, histoire de prendre mes affaires de toilettes et une tenue de rechange.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« J'y vais en premier si ça ne te dérange pas. »

J'avoue que je mourrais d'envie de me brosser les dents et de me débarrasser de ce goût de bile qui persistait. Ça ne me gênait pas de me brosser les dents ou de prendre une douche avec mon compagnon, mais nous n'étions pas en état ni l'un, ni l'autre, pour faire des bêtises. Dommage ! Aussi inutile de faire le jeu de la tentation. Quoi qu’avec la tête de morte vivante que me renvoyais le miroir, cela ne risquait pas de donner envie de quoi que ce soit à mon aimé. Brossage de dents fait et douche rapidement prise, je revêtais un pantalon noir et une blouse parme, histoire d'avoir l'air moins malade et fatiguée.

« C'est libre. Je crois que je pourrais jouer dans un film de zombie sans problème, mais je me sens quand même mieux. Demain matin, on devrait pouvoir reprendre la route. Je suis contente que tu veuilles bien aller à la Nouvelle-Orléans. J'espère que tout se passera bien à présent. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'allais me réfugier dans les bras d'Aleks. Je ne savais rien de l'avenir qui nous était réservé, mais je me doutais que cela ne serait pas aussi simple que ce que je voudrais. Pourtant, on était ensemble et je me sentais étrangement prête à défier le monde entier.  
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je vous aime. »

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Dim 4 Déc - 16:32



La route me semble longue après notre repos, surtout que je dois laisser ma compagne conduire vu mon état actuel, ce qui ne convient pas du tout à mon loup. Enfin, je n’ai pas vraiment le choix, même si Diamond ne semble en meilleure forme que moi. Certainement parce qu’elle n’est pas habituée à user de sa magie. Nous finissons par arriver au motel trouvé un peu plus tôt et ne  nous attardons pas, prenant possession de la chambre avec nos affaires. Je laisse ma compagne aller sous la douche la première, réfléchissant à la suite des évènements. Je ne lui ai encore rien dit, mais je ne ressens plus la présence de la meute en moi, ce qui me confirme que le lien est rompu et que tous doivent me croire mort. Je suis redevenu un solitaire, ce qui me va très bien pour le moment vu les circonstances. Je dois me refaire une santé et l’idée de ma jolie sorcière de nous rendre à la Nouvelle-Orléans me convient. Il va falloir que je m’occupe de lui fournir une nouvelle identité aussi pour le voyage, ce qui ne devrait pas poser de souci puisque je sais à qui m’adresser pour cela. Quittant la chambre, je me dirige vers le téléphone public et en moins de dix minutes, l’affaire est réglée. Par contre, cela va nous obliger à demeurer trois à quatre jours au motel le temps de recevoir la commande. Je reviens alors que ma compagne est toujours dans la salle de bains. Mes oreilles m’informent qu’elle semble aller mieux. Je la vois sortir et revise aussitôt mon jugement. Non, elle ne va pas bien, et je crains qu’il ne faille faire venir un médecin si son état ne s’améliore pas rapidement. Je la serre contre moi, mon loup content des mots qu’elle prononce.

Nous t’aimons aussi tu sais. Repose-toi le temps que je fasse de même, ensuite nous irons nous restaurer.

J’opte pour une douche brûlante pour détendre mes muscles au maximum. Les blessures cicatrisent déjà. Dans moins de trois jours, il sera impossible de savoir que j’ai été blessé par arme à feu. Je devrais donc rapidement recouvrer l’ensemble de mes capacités. Il va juste falloir que je veille à ne pas attirer l’attention sur moi durant le repas. Contrairement à ma compagne, je renvoie l’image d’une personne en forme, capacité propre aux lycans maintenant que je n’ai plus d’argent dans le corps. Certes, en cas d’attaque de vampire ou d’un autre des miens, je sais que le combat sera rude, mais un humain ne me mettra pas à terre aussi facilement. Bien que Cross, pour l’avoir vue à l’oeuvre, j’ai quand même quelques doutes. Je n’imaginais même pas qu’une humaine aussi frêle puisse être aussi puissante au combat. J’ignore ce que lui a fait The Order, mais si tous leurs chasseurs sont comme elle, il est évident que nous allons vers une situation des plus délicates pour toute notre nation. Je finis par me décider à sortir de la chaleur de la douche, revenant dans la chambre pour m’habiller. Pour ce soir, ce sera treillis, rangers, tee-shirt noir et un blouson type aviateur.

Prête ? Ne sois pas surprise, je vais commander un repas normal pour ne pas attirer l’attention. J’ai repéré un distributeur non loin qui me fournira ce dont j’ai besoin en cas de faim et dès que je pourrais, je chasserais de nuit pour maintenir mes réserves énergétiques. Nous allons rester ici quelques jours pour nous reposer avant de reprendre la route. J’ai profité de ta douche pour sortir et appeler un ami de longue date qui va te fournir une identité de rechange pour notre voyage. Crois-moi, si on veut rester hors des radars de tout le monde, c’est préférable.

Et, je ne parle pas forcément des chasseurs, mais surtout de Charles, si jamais son père vient à comprendre que je suis toujours en vie. Ce que j’ai fait s’apparente à de la désertion, mais nous protégerons notre compagne avant tout autre chose. Surtout que maintenant, j’ai de nombreux doutes quant au fait que le marrock soit capable de tout savoir avant tout le monde après l’enlèvement. Même si cela n’enlève rien à ses capacités de meneur, il n’a plus toute ma confiance. Et encore moins celle de mon loup, ce qui pose plus de soucis puisque ce dernier ne le considère plus comme son alpha. Alors que nous étions en crise, le second de la meute s’est tout de même offert un voyage en amoureux avec sa compagne, sans se soucier de ses devoirs envers la meute.

Nous quittons la chambre d’hôtel pour nous rendre au restaurant. Il est bondé et il nous faut patienter quelques minutes avant que la serveuse nous installe à une table. Mon loup est aux aguets, je peux le sentir. Pour le moment, hormis les humains présents, je ne ressens aucune odeur d’argent, ni même d’un autre être surnaturel. Ce qui est parfait. Seule l’odeur de magie de ma compagne nous parvient, et elle ne nous dérange pas. Je consulte rapidement la carte du menu, tout en jetant un œil aux assiettes qui nous entourent. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est copieux. Tant mieux en définive, cela facilite mon obligation de passer inaperçu dans un monde que je nous sais hostile.

Au moins, nous n’allons pas mourir de faim ici.

Ma compagne ne peut que saisir le sous-entendu qui ne fait que l’informer que j’aurais de quoi manger en conséquence pour donner le change. Commande passée, un énorme hamburger et des frites pour moi, nous patientons tranquillement. Je laisse mes oreilles traînées, mais hormis ma carrure peu commune, je n’attire pas l’attention plus que cela. La seule chose qui me dérange réellement, ce sont les oeillades de la serveuse par moment. Non que j’y prête plus d’attentions que cela, je sais qu’elle chercher à avoir un bon pourboire, mais bien parce que notre compagne est présente. Et, pour avoir goûter sa magie, il vaudrait mieux qu’elle ne s’en serve pas en public, du moins pas de sitôt vu que cela semble la mettre rendre malade.

Chasseur...

Un simple murmure pour avertir ma compagne. L’odeur de l’argent vient de mettre mon loup sur ses gardes. Le nouveau venu ressemble à n’importe qui, mais cela lui colle à la peau. Même sa façon de se déplacer m’informe de ce qu’il est. Cela, un humain lambda ne peut le voir, mais un lycan oui. Je ne m’attarde pas plus longtemps sur lui, ne voulant pas attirer son attention sur nous. Avec un peu de chance, il va manger et repartir sans qu’il n’y ait de problème. Et puis, grâce à ma sorcière de compagne, nous disposons de tout un arsenal dans la voiture si besoin. Ce qui n’est pas négligeable non plus.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Dim 4 Déc - 20:54


Vers une nouvelle vie...
Et de multiples révélations...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Réfugiée dans les bras de mon compagnon, je profitais de sa force et de sa chaleur. Je me sentais bien mieux que le matin mais pas encore au top de ma forme. Le stress m'avait minée bien plus que je ne l'aurais pensé. J'avais toujours imaginé être une femme forte et indépendante, volontaire, qui savait ce qu'elle voulait dans la vie. Pourtant, depuis la mort de mes parents, j'avais l'impression que tout m'échappait. Sans Aleksandr ma vie aussi m'aurait échappé. Malgré ce qui venait de lui arriver, il semblait garder la tête froide et savoir quoi faire alors que moi je vivotais entre deux eaux, essayant de faire de mon mieux mais sans savoir exactement quoi. Je laissais mon compagnon se rendre dans la salle de bain alors que je récupérais mon maquillage. Mon teint de zombie avait besoin de passer pour plus humain. Et puis, j'aimais bien me maquiller même si je ne le faisais pas tous les jours. Correctement maquillée au vu de ce que le miroir me renvoyait comme image, je m'allongeais sur le lit, contemplant le plafond. J'essayais de savoir si mon estomac allait supporter le repas. Il semblait aller mieux, voir bien, ce qui était une bonne chose vu comment j'avais faim. La porte de la salle de bain s'ouvrit sur mon homme qui était venu chercher ses vêtements. Je ne boudais pas mon plaisir de le regarder, ne voyant presque plus ses blessures.    

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« La prochaine fois, prends tes affaires avec toi sinon... gare à toi. »

Bien sûr nous n'étions pas en état ni l'un, ni l'autre de faire des choses, mais cela me détendait de plaisanter et d'asticoter un peu mon compagnon. Après tout, nous étions toujours un couple et j'avais besoin de replonger dans des habitudes du quotidien pour me rassurer sur notre présent et notre possible avenir. Je me mettais debout, rejoignant mon amour.  

« Oui, je suis prête, j'ai même un visage tout à fait normal. Tu as vraiment l'habitude de gérer ce genre de situation. Par contre, je ne sais pas si je parviendrais à m'y faire, à un nouveau nom je veux dire. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'aimais mon nom, c'était un héritage de mes parents d'une certaine façon. J'espérais qu'on ne devrait pas mentir comme ça pour toujours. Pourtant, j'étais prête à le faire par amour pour mon compagnon et son loup. Main dans la main, nous quittions la chambre et l'hôtel pour aller vers le restaurant. Vu ma journée de jeûne, ma faim s'était réveillée. Une faim de loup. Le restaurant était bondé, preuve qu'il devait être bon. J'aurais préféré quelque chose de plus calme pour Aleks, mais il ne semblait pas déranger par l'endroit et les gens. Je l'admirais tellement pour ça ! Nous fûmes finalement menés à une table un peu en retrait et mon regard se perdait sur la carte, ne sachant sur quoi fixer mon envie. Tout semblait délicieux.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Non, on ne va pas mourir de faim, mais je risque de craquer le budget repas tellement j'ai faim ce soir. »

Le choix fut difficile à faire mais je le portais finalement sur une entrecôte/frites. Finalement, c'était moi la louve ce soir. Surtout avec les yeux que la serveuse faisait à mon compagnon, en venant voir si on ne manquait de rien. Je finissais par répliquer par mon propre regard tueur qui lui disait clairement « Pas touche, c'est à moi ! ». Je me découvrais étonnamment jalouse. J'avais déjà eu un petit copain par le passé, mais rien de comparable à ce que je vivais avec Aleks. Il était chasse gardée et malheur à celle qui s'en approcherait de trop près. Soudain, le murmure de mon compagnon me met en alerte. Instinctivement, je me mets à bouger rapidement mon regard pour tenter de repérer l'intrus. Manège que je cesse rapidement. Je suis bien incapable de savoir qui est le « chasseur », seul mon aimé le sait. Aussi, j'essaie de ne pas modifier mon comportement, histoire de ne pas attirer l'attention. La serveuse nous facilita les choses en nous apportant nos assiettes.

« Hummm... ça à l'air délicieux et je meurs de faim ! »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Sans attendre, j'attaquais la viande bien cuite mais fondante comme j'aimais avec des frites craquantes et moelleuses. Un vrai régal et mon estomac semblait apprécier, aussi je ne boudais pas mon plaisir ce soir.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Ven 17 Fév - 12:50

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Le repas ne s’est pas vraiment déroulé dans le calme et la sérénité. La faute à un chasseur appartenant à cette maudite organisation, The Order. À la demande de ma compagne, visiblement épuisée et pas vraiment à l’aise dans les confrontations, nous quittons le restaurant. Par prudence, je la fais passer devant moi, mon loup hurlant parce que nous tournons le dos à Crow. Je le calme, argumentant le fait que, s’il avait voulu tirer, ce serait déjà chose faite. Je le soupçonne plus d’attendre des renforts. Du moins, si je me fie à leur façon de procéder pour enlever les deux soumis. La révélation n’a même pas encore eu lieu que nous voilà déjà en guerre. Ce sera pire après. Même si j’ai toujours fait attention sur les champs de bataille, je ne suis pas idiot au point d’ignorer que certains de mes camarades se questionnaient sur moi à l’époque. Alors, si jamais certains sont encore en vie, mieux vaut opter pour la discrétion sinon, en plus de notre nature, les humains comprendront vite qu’un lycan est une créature immortelle. Je me penche vers ma compagne, comme ferait tout homme récemment marié afin qu’elle soit la seule à m’entendre.

Évite de tuer la serveuse, ce serait mieux et sortons sans nous presser.

Le retour à l’air libre me permet de calmer mon loup que la foule agace rapidement. Songeur, nous prenons la direction du motel. Le froid ne me dérange pas, la nuit encore moins. Il me faut changer de plan de fuite rapidement. Nous ne sommes plus en sécurité, impossible de l’ignorer. Seul, il me serait facile de disparaître. Mais, la présence de ma compagne impose d’autres méthodes que celles employées par le passé. J’attends que nous soyons dans la chambre, m’assurant de ne pas avoir été suivi surtout, pour informer Diamond de la suite des évènements.

On lève le camp dans moins de trois heures. Pas question de s’attarder ici, pas avec Crow dans les parages. C’est trop dangereux. Et je doute qu’il attende le jour pour passer à l’attaque. Par contre, hors de question de le mettre en alerte. Donc, on se couche tranquillement, du moins on fait semblant, et quand je serai certain qu’on peut bouger sans danger, on s’arrache d’ici.

La commande passée avant de manger arrivera ailleurs. Pas un souci ça, pas encore du moins. Reste qu’il va falloir que je me sépare de mon pick-up. Je connais les chasseurs, l’autre va certainement relever toutes les plaques des véhicules présents sur le parking. Mon loup enrage de ne pouvoir étriper le chasseur. C’est aussi pour cela qu’il ne faut pas s’attarder. S’il m’échappe, ma compagne n’aura pas les moyens de le calmer. Peu de lycans les ont en fait, ce qui le rend d’autant plus dangereux en tant que solitaire. Et, quand je me remémore mon entrée dans la meute d’Aspen, je me dis que je dois avoir assez d’une main pour faire le compte.

Nous allons devoir changer de véhicule aussi, rapidement. Demain midi au plus tard, ce sera fait. On va opter pour une voiture moins voyante. Mais avant, repos, cela s’impose.

Je me couche sur le lit, entraînant ma compagne dans mon mouvement, la calant contre moi. De quoi calmer un peu mon loup et occuper son esprit. Je m’en veux de l’entraîner dans ma fuite. Je sais l’exposer à des risques qu’elle n’aurait pas eu à affronter si Diamond n’était pas devenue notre compagne. Cette simple pensée justifie, à elle seule, que voir Crow mort ne me posera pas le moindre problème. Exit la loi et les règles désormais, je vais agir comme je l’ai toujours fait. Sans entraves, sans alpha et à ma façon surtout. Et, il faut quand même être réaliste, jusqu’à ce que je m’installe à Aspen Creek, aucun lycan, pas même le marrok, ne soupçonnait mon existence. Alors, maintenant que je suis « officiellement » mort, les choses vont être bien plus simples qu’avant.

Je sais que tout cela est nouveau pour toi, porter un nouveau nom, changer de vie, d’endroit, bouger pour ne pas être tué. Crois-moi, j’aurais préféré ne jamais avoir à quitter Aspen, mais on ne peut changer les choses. Alors, on s’adapte. En prenant les choses dans l’ordre si possible. Partir, changer de véhicule, trouver un nouveau lieu de repos et ensuite destination la Nouvelle-Orléans. Sur place, nous aurons de l’aide. J’ai longtemps vécu ainsi, je sais quoi faire et quand le faire. La priorité, c’est de mettre de la distance entre le chasseur et nous. Il sait pour moi, j’en suis certain. Et vu sa façon de se comporter, il doit te prendre pour une louve. En même temps…

Je marque une courte pause, embrassant longuement ma compagne, tout de même amusé par son comportement envers les autres femmes présentes.

…la serveuse ne faisait que son travail, rien de plus. Une chance pour elle que tu ne sois pas dotée de crocs, sinon elle aurait fini en menus morceaux. Je savais les louves territoriales, mais tu les bats à plat de couture, mon amour. Maintenant, dors un peu, je te réveillerai quand il sera l’heure.

Je cède la place à mon loup, plus apte que moi à veiller. Je le sens se mettre en mode combattant et je laisse faire. Le premier qui ose nous attaquer aura une sacrée surprise. Combien de fois a-t-il ainsi monté la garde ? Tellement que je suis incapable de les compter. Trop souvent ces derniers temps aussi. La seule bonne chose qui me soit arrivée se trouve contre moi, notre compagne. Pendant que mon loup veille, je me perds dans mes souvenirs. Autres lieux, autres théâtres de guerre, autres victimes d’extermination aussi. Ce n’est qu’une fois l’heure venue que je rouvre les yeux.

Il est temps de partir.

Le temps que ma compagne soit prête, je me poste à la fenêtre. Le parking est vide, personne à l’horizon. Mes sens lupins ne perçoivent pas le moindre danger non plus, donc pas de tireur embusqué, son rythme cardiaque le trahirait. Sans rien ajouter, avec le plus de discrétion possible, nous gagnons le pick-up. En moins de cinq minutes, nous sommes sur la route, direction l’est, histoire de brouiller les pistes. Sans compter que je sais où trouver une voiture rapidement et sans avoir le risque que cela se sache aussi. Nous roulons jusqu’au petit matin, avant que je ne m’arrête dans un village perdu, où le garage semble être à l’abandon. Et, lorsqu’il pointe le bout de son museau, il ressemble à un gamin plus jeune que ma compagne. En apparence seulement. Un lycan venu d’Irlande, croisé il y a longtemps maintenant, ancien compagnon d’armes, bien que lui se trouvait affecté à l’infirmerie. Normal pour un dominant limite soumis. Je descends de la voiture, faisant signe à ma compagne de venir. Elle doit se demander qui est ce curieux lutin roux qui semble sautiller sur place en approchant.

Bonjour O’Neil, je te présente ma compagne, Diamond. J’ai besoin d’un service.

Nos loups se cherchent, se retrouvent aussi. Je me suis toujours bien entendu avec lui. Je le sais débrouillard comme personne pour avoir déjà fait appel à lui par le passé. Et, que Diamond soit une sorcière ne va pas le déranger un iota.

– ‘Jour m’dame ! Entrons, le café est tout chaud.

J’avais oublié son accent. En deux pas, je suis près de lui, l’accolade ne tardant pas. Par nature plus tactiles que les humains, les lycans s’expriment le plus souvent par des gestes que par des mots. Il est inquiet. Nous le sommes tous en fait. Direction l’intérieur où l’odeur de café frais et de nourriture me fait saliver. Pas surpris, il a dû me sentir arrivé en ville.

– Capricieux ces grosses bagnoles qui tombent en panne pour un rien. Va devoir le garder plusieurs jours au chaud, p’tête même l’envoyer à la grande ville.

En clair, je souhaite bien du courage à qui voudra retrouver mon pick-up. Café à la main, je me contente de hocher la tête. Ce lycan irlandais est plus futé qu’un renard. Demandez-lui de faire disparaître un porte-avions, il en serait bien capable, le bougre !

– La p’tite dame veut p’tête autre chose que de la viande ?

Aucune manière, mais O’Neil n’en a jamais eu. Mais, à bien regarder la table, elle est garnie pour des lycans, pas pour une humaine, même si c’est une sorcière. Un objet métallique traverse la pièce en volant jusqu’à moi. Je le rattrape au vol. Des clés de voiture.

– J’sais pas où vous allez, mais elle ira loin, elle. Pas une allumeuse comme la tienne donc personne ne la remarque.

Pas fou non plus le gaillard. Il a compris le pourquoi de ma venue. Mon loup râle malgré tout. L’idée de le laisser là lui déplaît. Et je partage son point de vue. Le temps qu’il fasse connaissance avec ma compagne, je mange un peu pour reprendre des forces et achever de soigner mes blessures.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Sam 18 Fév - 15:01


Vers une nouvelle vie...
Et de multiples révélations...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
J'étais ravie de pouvoir enfin quitter la table. Je m’étais réjouis de faire ce repas avec Aleks, sachant que nous avions tous les deux besoins de recharger nos batteries, lui encore plus que moi car il avait vraiment frôlé la mort. Moi, c'était juste de la fatigue cumulée à de la nervosité et à l'utilisation de mes pouvoirs. Ça ne m'était que très peu arrivé dans le passé et je n'y étais pas habituée. Il faudrait que j'apprenne pourtant, pour pouvoir aider mon compagnon et son loup, pouvoir les protéger. Je n'étais pas une louve, je ne savais pas me battre, mais j'avais une certaine force en moi et je devais apprendre à m'en servir.

Nous quittions le restaurant après ce repas totalement perturbé par la venue de ce chasseur. Je sentais presque mes nausées revenir avec cette rencontre, mais non, je parvenais à rester plus calme qu'au tout début. Son discours haineux m'avait mise en rage. Heureusement que mon compagnon avait réussi à me calmer sinon je lui aurais bien sauté à la gorge. Cet abruti se prétendait chasseur, mais il ne connaissait rien aux loups si ce n'était pour les tuer. Moi j'avais vécu à Aspen, la ville des loups-garous par excellence, et j'avais appris. Je savais ce qu'il fallait faire et ne pas faire. J'avais accepté les loups dans mon existence depuis mon plus jeune âge. Ils pouvaient être dangereux mais pas plus que des êtres humains ou tout autre créature.

Je ne relevais pas la remarque d'Aleks sur la serveuse, me contentant d'avancer normalement, sans me presser comme il l'avait dit. Je me sentais un peu vexée. D'accord, j'avais été possessive et alors ? Je l'aimais et j'avais failli le perdre. Je pouvais bien montrer qu'il m'appartenait, qu'on était lié. Je savais très bien qu'il pouvait faire pire vis-à-vis de moi dans la même situation, alors c'était un peu l'hôpital qui se moquait de la charité. Le grand air me redonna un peu de contenance et chassa vite ma vexation. Il y avait plus urgent à faire. Je sentais Yvan sur ses gardes, tout comme Aleks. C'était étrange ce lien qu'avait les loups. Je n'allais pas m'en plaindre, sans lui je n'aurais peut-être pas réussi à le retrouver. J'étais certaine que ce lien m'avait aidé, autant que ma magie, à retrouver mon loup. Ce dernier prenait d'ailleurs totalement les choses en main. Je sentais là une longue habitude de sa part. Cela me faisait aussi comprendre à quel point j'avais été stupide et toutes les bourdes que j'avais faites à table. Je hochais la tête à ses propos. Que pouvais-je faire d'autre ? Je ne savais pas. Même si ma vie avait compté les lycans, j'étais une humaine lambda, même mon côté sorcière ne m'avait jamais vraiment servi. Se cacher, savoir fuir sans laisser de trace, j'ignorais tout de cela. De retour dans la chambre, je m'allongeais contre Aleks, me collant à lui autant pour me rassurer que pour profiter de sa chaleur. J'avais froid, mais c'était la présence du chasseur qui faisait ça. J'avais peur de lui, de ce qu'il pourrait faire et des hommes qui le suivaient dans cette folle chasse.     

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je suis désolée. Je me sens stupide. Tu sais parfaitement quoi faire, comment réagir, quoi dire. Et moi... moi j'ai pas arrêté de mettre les pieds dans le plat comme une idiote. Excuse-moi. »

Je n'en disais pas plus. A quoi ça servirait de s’apitoyer ? J'avais fait des fautes, je devais essayer de ne plus en faire à présent, même s'il y avait encore de grandes chances que je commettes des bévues.  

« Je ne suis pas une louve, si je l'étais, je n'aurais pas été aussi bête avec le chasseur. J'aurais fait comme toi. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

J'évitais le cas de la serveuse. Je savais qu'Aleks plaisantait, cherchant à dédramatiser un peu la situation, mais je savais que si je n'avais pas parlé sans réfléchir, on aurait pu passer la nuit ici, voir plus. Là, nous n'aurons que trois heures avant de repartir et mon compagnon avait encore besoin de repos pour se remettre. Je fermais les yeux, respirant l'odeur de mon aimé pour retrouver mon calme. J'aimais son odeur, cela me redonna un peu le sourire de le savoir là, bien contre moi, à moi et bien vivant. Je nichais mon visage contre son torse.  

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« A moi ! »

Je ne pensais pas dormir mais ce fut tout le contraire. Je plongeais rapidement dans le sommeil et avais du mal à m'en extraire quand Aleks me réveilla, nous donnant le top départ. Je faisais de mon mieux pour me lever. Heureusement, nos bagages, bien maigres, n'étaient pas trop défaits. Une jean, pull, tshirt, baskets et j'étais prête. Je nattais mes longs cheveux roux, ce serait plus simple en cas de soucis. Je fus vite prête et nous prenions la direction du pick-up. Cette fois, Aleks prit le volant. Il était le seul de nous deux à savoir où aller pour changer de voiture et tout ce qui va avec. Sur la route, je finissais par somnoler jusqu'à ce que la voiture se mette à ralentir. J'ouvrais alors les yeux et restais dubitative devant l'endroit où on se rendait. Le garage qui était devant nous semblait vide et à l'abandon. Aleks espérait trouver quoi dans un endroit pareil, sauf qu'un homme très jeune fit son apparition. Un loup, j'en étais certaine. Je le ressentais. Ma magie semblait prendre une certaine importance en moi. Jusque là, je l'avais refoulée inconsciemment, désormais je l'acceptais et elle semblait en être consciente. Elle m'enveloppait, m'habitait, se faisait plus présente. C'est pour ça que je sentais l'aura de loup de l'inconnu qui n'en était à priori pas un pour mon compagnon. Je descendais de la voiture et saluait l'homme.

« Bonjour monsieur O'Neil. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Voir Aleks aussi bien s'entendre avec un de ses congénères me faisait très plaisir. Ils semblaient très bons amis et de longues dates. Trop souvent j'oubliais la longévité de mon compagnon. Il était bien plus vieux qu'il ne paraissait, tout comme O'Neil devait être bien plus vieux que son visage juvénile ne le laissait supposer. Je suivais les deux amis à l'intérieur et l'odeur du café chaud me fit saliver. J'en avais bien besoin après tout ce qui s'était passé. On avait pas beaucoup dormi, Aleks encore moins que moi. Il fallait que je tienne le coup et que je reprenne l volant pour le laisser se reposer un peu. Il n'aurait qu'à me donner la direction à suivre.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Le café sera déjà le bienvenu, merci monsieur O'Neil. »

Il devait ignorer à quel point il serait le bienvenu pour moi. Si j'avais douté une seule seconde de la nature de notre hôte, devant la table offerte, je n'en doutais plus. C'était du 100% lycan, ce qui me donna le sourire de plus belle. Café en main, je laissais les deux hommes échangés à mots voilés de ce qu'ils faisaient. Je parvenais à comprendre les choses, au moins dans les grandes lignes. Le café me faisait un bien fou, chaud, fait à l'ancienne et pas juste lyophilisé, c'était du pur bonheur liquide. Il me réchauffait à merveille.

« Votre café est une merveille, monsieur O'Neil. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je me resservais une autre tasse, la buvant plus lentement et observant par la fenêtre. L'homme cachait bien son jeu. Il fallait vraiment savoir qu'il y avait quelqu'un là et que le garage était bien ouvert. Si on était dans un film, ça aurait pu être un film d'horreur. Le jeune couple perdu, le garage abandonné et le tueur psychopathe. Un scénario pas terrible et qui avait pourtant été mille fois repris au cinéma. Alors que j'avalais une nouvelle gorgée, je sentais soudain mon estomac se tordre. Je reposais vivement ma tasse. Ça n'allait pas recommencer...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Excusez-moi, les toilettes s'il vous plaît... »

A peine indiqué, je fonçais rapidement vers l'endroit, avant de finir à genoux, vomissement le café avalé voilà peu. Cela faisait longtemps que je n'avais pas été malade comme ça. Mes nausées finirent par se calmer et je me redressais, tirant la chasse, avant de sortir des toilettes, une main sur mon estomac.

« Je vais bien. Je pense que j'ai dû attraper froid ou quelque chose comme ça. Il faudra que je fasse un saut dans un drugstore ou une pharmacie, histoire de me shooter pour quelques jours. D'ici là, je vais rester sage et rien prendre. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Mon estomac faisait encore des huit mais c'était moins violent. Je ne tenais pas à affoler mon compagnon, je le savais sensible à ce genre de chose. J'étais juste malade, chose inconnue des loups-garous. Avec deux ou trois médocs et antibiotiques, ça irait tout seul. C'était juste que ça tombait vraiment pas au bon moment.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« Je vais bien. »

Je me sentais obligée de rassurer un peu plus Aleks même si je n'étais pas certaine qu'il se satisfasse de mes paroles. J'étais vraiment un poids mort pour lui en ce moment.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  Lun 27 Fév - 9:49




Ne comptez pas sur moi pour vous dire où nous sommes, ma compagne et moi-même. Ce lieu doit demeurer secret sinon plus aucun lycan ne pourra faire appel à O’Neil en cas de fuite. Ma jolie sorcière s’en veut d’avoir provoqué notre fuite, pourtant, elle n’en est pas responsable. Savoir se contrôler demande du temps et de la patience, elle est encore jeune comparée à moi. Je ne lui en veux nullement. De toute façon, même seul, je ne me serais certainement pas attardé au motel avec la présence de Crow. Il est clair qu’il cherche à tuer du lycan à tout prix et que rien ne l’arrêtera. Hormis sa mort, mais je ne peux me permettre de laisser un cadavre derrière moi pour le moment, même si mon loup dispose des moyens pour le faire disparaître entièrement. Je m’en voudrais qu’il frôle l’indigestion avec une viande avariée. Je ne retiens que la possession dont fait preuve Diamond à mon encontre. Cela plaît à mon loup, et à moi aussi. Notre lien de couple est solide, il survivra à cette épreuve. C’est là le plus important pour l’heure. Même sans meute, je sais pouvoir vivre tranquille quelques années avant que le besoin de me retrouver parmi les miens ne s’impose une nouvelle fois. Sans compter qu’il y a des lycans à la Nouvelle-Orléans, notre destination, et que leur présence me suffira dans un premier temps. Pour le moment, sans le dire ouvertement, c’est notre « disparition » des écrans-radars que j’organise avec mon congénère. Comme toujours, il ne pose aucune question, mais sait exactement quoi faire. C’est un débrouillard cet Irlandais ! Et un solitaire aussi, comme moi pendant longtemps.

Merci, je ferai en sorte qu’elle serve de nouveau en cas d’urgence.

En clair, fournir un véhicule passe-partout à un autre lycan qui en aurait besoin une fois arrivés à bon port et en sécurité. C’est ainsi que nous fonctionnons l’un et l’autre depuis notre rencontre. À lui l’ingéniosité et les solutions discrètes, à moi la force de frappe et la puissance. Un binôme redoutable quand nous mettons nos forces respectives en commun. Mon loup me fait remarquer que le laisser seul n’est pas une bonne idée. Je partage son avis, mais je doute qu’O’Neil accepte de nous suivre. Je n’ai guère le temps de lui poser la question que l’estomac de ma compagne fait de nouveau des siennes. Ce qui fait immédiatement bondir mon loup.

– Va pas bien la p’tite dame…

Il a raison le bougre. Cette fois, je doute que ce soit dû à la magie. Il lui faut un médecin et au plus vite. Hors de question de prendre la route avec Diamond dans cet état. Les lycans n’étant pas malades, hormis quand on prend de l’argent dans le corps, je ne connais aucun médecin hormis à Aspen. Et, comme il est impossible d’y retourner, il va falloir que je trouve rapidement une solution.

Non et ce n’est pas récent malheureusement. Mais, qui dit médecin, dit papiers et c’est un risque trop grand pour le moment.

O’Neil est en pleine réflexion quand ma compagne fait son retour, insistant sur le fait qu’elle aille bien. Je sais qu’elle ment, mon loup aussi. Il se vexe un peu que notre compagne agisse de la sorte, même si nous savons qu’elle le fait pour nous rassurer. Pour toute réponse, je l’attire à moi, la calant contre mon torse pour la réchauffer. Il y a un souci et je n’arrive pas à savoir lequel. Une chose est certaine, Diamond ne va pas bien du tout. Je peux le sentir, et surtout l’entendre à son rythme cardiaque qui semble des plus irréguliers. Je ne suis pas le seul d’ailleurs puisque mon congénère finit par se lever et quitter la pièce. J’ignore ce qu’il a en tête, mais nous devrions le savoir rapidement.

Non, tu ne vas pas bien, ma douce. Et notre fuite n’aide pas à ce que tu ailles mieux. Si j’avais su comment les choses allaient tourner, nous serions partis bien avant le chaos. -J’embrasse le haut de son crâne doucement – Nous allons nous poser en lieu sûr et s’assurer que tu n’as rien de grave. Après seulement, nous reprendrons la route.

Je me refuse à mettre ma compagne plus en danger que nous ne le sommes déjà. Mon loup s’enroule autour de sa compagne, furieux de la savoir ainsi. Pas après Diamond, mais il irait volontiers demander des comptes à qui de droit. Hors de question de le laisser faire pour autant. Le retour de mon congénère me fait froncer les sourcils. Rien qu’à voir son air satisfait, je sais qu’il a encore fait des siennes. Reste à savoir ce qu’il a fait, ou qui il a contacté. La réponse se trouve posée devant moi, écrite sur un simple morceau de papier. Des chiffres sans suite logique en apparence, mais qui m’en apprennent bien assez pour ma part.

— Personne là-bas, tranquille et le chef est un ancien doc’ de chez nous. - En clair, un ancien médecin militaire et un lycan. Tout ce dont nous avons besoin. Je n’ai pas le temps de dire quoi que ce soit que mon congénère lève sa main pour parer mes propos. - Non, je reste ici. Je peux être utile. Pour les autres. Beaucoup sont sur les routes. Beaucoup me connaissent. Toi et ta dame, vous allez là tous seuls.

Voilà qui est clair. O’Neil ne bougera pas d’ici. Mon loup tente de s’imposer au sien un court instant, avant de renoncer. Même si cela ne me plaît pas, je sais qu’il a raison. D’autres vont se retrouver dans la même situation que moi.

Je comprends l’ami. Mais, à la moindre alerte, tu bouges ton cul d’Irlandais et tu le ramènes à la Nouvelle-Orléans. C’est non négociable.

O’Neil éclate de rire. Le message est passé. Futé, mais pas fou, il saura bouger à temps. Il a toujours sur le faire en fait. Mon loup n’ayant plus faim, il se consacre à notre compagne. Moi, je réfléchis à comment gagner notre refuge au plus vite, le tout sans éveiller les soupçons. À peine trois heures de route en fait et, le temps qu’on y arrive, le patron aura été prévenu. Direction le sud en ligne droite. Ce qui va nous rallonger notre voyage ensuite, mais ce n’est qu’un détail. Pourquoi le sud d’ailleurs ? Je fixe mon congénère qui affiche un air que je lui connais trop bien pour ne pas lever les yeux au ciel.

Depuis quand sais-tu pour ces chasseurs, l’ami ?

Les oreilles couchées, mon loup se tient prêt. Sans quitter O’Neil du regard, je pose Diamond sur la chaise à mes côtés avant de me lever. Ma dominance s’étend en une fraction de seconde. Je ne suis pas d’humeur à jouer en ce moment. Ma voix est partie dans les graves, laissant filtrer ouvertement la présence de mon loup. Il réclame de prendre les commandes, j’attends encore un peu. Possible que je me trompe. Mon congénère ne bronche pas, son loup pliant face au mien, bien conscient que si j’engage le combat, malgré mon état, il est mort. La simple présence de notre compagne dans la même pièce suffit à décupler la rage de mon loup. Je le sais et je doute qu’O’Neil l’ignore. Mon comportement ne va pas apaiser Diamond par contre, j’en suis bien conscient.

– Quelques semaines… Un groupe est passé ici, à l’auberge. Voulaient recruter des volontaires pour une milice. Sans dire pourquoi. L’argent, je l’ai senti. J’ai su. Ils ont parlé de Draw, le mort de Billings. Un des leurs. Pas courant chez les chasseurs. Trop militaires sous leurs airs polis. Cherchaient quelqu'un aussi. J’ai fait pareil. - O’Neil quitte sa place lentement, allant ouvrir une armoire. Dedans, de quoi fournir une nouvelle identité à bon nombre de lycans en fuite. - Me suis organisé en prévision. Sont nombreux si j’ai bien compris. Pas des enfants de chœur. Pire que l’enfer vert.

Il y a autre chose, je peux le sentir. O’Neil ne me ment pas, il sait que c’est chose impossible entre lycans. Par contre, il est perturbé par ce qu’il a découvert. Comme s’il n’était pas certain de ce qu’il a appris. Mon loup se détend, moi aussi. Il n’a pas peur, il est nerveux comme un louveteau à sa première chasse. Pire que notre dernière guerre commune, ce n’est pas rien. Des mots lourds de sens dans sa bouche. Je secoue la tête, comme pour évacuer la pression.

Il y a autre chose, mon ami. Nous avons croisé un de ces chasseurs hier soir, je sais à quoi m’en tenir. Et, même bien organisés, ce sont des humains. Toi et moi avons survécu à des guerres terribles…

Le regard de mon congénère dévie vers ma compagne. Je me demande bien pourquoi. Il ne s’en méfie pas, je le sentirais. C’est autre chose et pourtant, je suis certain que cela a à avoir avec la nature de Diamond.

– Ils ont parlé d’hybrides, d’une en particulier. Ils la cherchent.

J’en reste muet. Il n’existe pas d’hybride de lycan, c’est impossible. Les enfants sont humains, rien d’autre. Sans compter ce que cela sous-entend en matière de génétique aussi. Une idée s’insinue brutalement dans mon esprit, je la repousse avec force. Mon loup hurle à l’abomination, mais pense comme moi. Cela expliquerait bien des choses pourtant… Je me tourne vers ma compagne, lui signifiant que nous allons prendre congé.

Deux heures plus tard, nous sommes loin de cet endroit où les fuyards pourront trouver de l’aide. Avec de nouveaux papiers officiels en prime. J’ai laissé O’Neil sans réponse, mais j’ai mes raisons. La principale étant une dette contractée il y a peu. Lorsque nous finissons par arriver, nous découvrons un petit hôtel charmant, entouré d’une forêt. Parfait, ainsi, je pourrai chasser pour rassasier mon loup.

Je te laisse aller prendre la clé, je vais descendre nos bagages et dissimuler ce qui doit l’être.

Pas le choix, ma compagne doit apprendre à survivre le plus rapidement possible. Je ne peux écarter qu’il m’arrive quoi que ce soit. Je vais donc la préparer du mieux que je peux dans cette éventualité. Mon loup râle pour la forme, mais sait que c’est la meilleure option pour le moment. Lui comme moi ne cessons de penser à ce fameux « hybride ». Pour peu que la chose soit possible, nous avons une petite idée de qui il s’agit. Ne pouvant confirmer nos doutes, j’en suis réduit à faire des suppositions tout en attendant le retour de ma jolie sorcière.
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]  

Vers une nouvelle vie... [PV Aleksandr Dezrodnov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [RP] Vers une nouvelle vie
» Le voyage vers une nouvelle vie.
» Vers une nouvelle vie ?
» Vers une école nouvelle dans les Nippes
» Vers la Promotion d'une nouvelle image d'Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nova Komenco, un nouveau départ :: La Terre Promise :: Les Temps Anciens :: L'Histoire d'avant (vos souvenirs)-