L’humanité sait pour les loups-garous. De partout, des voix s’élèvent pour créer des réserves où parquer ces êtres surnaturels qui terrifient la population.
 

Partagez|

Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé

avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Dim 4 Déc - 21:03






Un lycan, une sorcière et un corbeauAleksandr Dezrodnov & Diamond H. Hunt



J’ai quitté la chaleur de mon foyer new-yorkais pour aller motiver mes troupes sur le terrain. Seul, car j’ai laissé à ma fille la gestion des affaires courantes, en dépit de son envie de m’accompagner et de la crise de nerfs à laquelle j’ai eue le droit. Je comprends son désir de vengeance, mais il lui faut désormais apprendre à se tempérer, comme j’ai été contraint de le faire à une époque aussi. Elle est encore jeune, et n’ayant jamais eu à endosser certaines responsabilités, faire passer notre organisation avant sa petite personne n’est pas toujours évident pour ma Lizzye. Je ne m’inquiète pas, elle apprend vite. Et, elle connaît aussi bien que moi les enjeux qui sont en cours en ce moment. En pleine discussion avec les parlementaires, je me serais volontiers passé de ce voyage, mais les morts récentes parmi les nôtres sont à prendre en considération. Nous ne manquons pas de volontaires, ce serait même l’inverse, mais à ce rythme, nous allons manquer de formateurs qualifiés pour nos futurs chasseurs de créatures surnaturelles. Ce qui serait fâcheux tout de même. Et, comme il nous est apparu que certaines de nos installations étaient devenues des cibles potentielles, c’est tout un réseau et une infrastructure qu’il nous faut rebâtir. Pour cela, je compte sur les talents de ma fille qui n’a pas son pareil pour dénicher les endroits parfaits.

Au vu des derniers événements, j’ai donc pris la route vers le sud, vers le soleil, histoire d’oublier aussi un peu la grisaille hivernale. Il m’a été rapporté qu’un nouveau lycan s’était révélé avant de disparaître dans la nature. Et, à voir la vidéo postée sur le net, il ne fait aucun doute que cet inconnu fait partie de cette engeance maudite. Sinon, je demande à avoir une explication scientifique quant au fait qu’il ait été capable de soulever aussi facilement une voiture. Mais, plus que lui, c’est celle qui se trouvait en sa compagnie qui m’intéresse réellement. Je l’ai reconnue sans peine, la femelle que l’équipe de ma défunte femme avait enlevée pour pouvoir l’étudier et en faire une femelle reproductrice. Elle est donc toujours en vie. Cette information vaut de l’or à mon sens. J’ai déjà lancé quelques hommes dignes de confiance sur leurs traces pour les retrouver et me la ramener elle. Le mâle, ils ont reçu ordre de le tuer. Et surtout, de ne pas tout faire foirer cette fois. Je n’ai toujours pas digéré le massacre commis lors de ce sinistre épisode. Et encore moins qui en est la véritable responsable non plus. Son tour viendra à elle aussi, une fois que nous aurons une piste sérieuse pour la retrouver.

Pour mon voyage, j’ai opté pour une berline confortable qui a l’intérêt de passer inaperçue. Je ressemble à n’importe quel VRP en voyage pour son travail. Ce qui me fournit une couverture parfaite. Mes tenues restent classiques, à savoir le port d’un costume, mais ceux-ci ne sont pas griffés comme le sont ceux que je porte lorsque je me trouve à New-York. Pour l’heure, mon visage est encore inconnu du grand public. J’ai un chargé de communication qui gère nos relations publiques et toutes les demandes de conférences de presse qui nous parviennent désormais. Mes papiers d’identité actuels sont au nom de Daemond Crow, représentant en pharmacologie pour une grande firme internationale. Ce qui explique aisément les mallettes que je transporte dans mon coffre et dans lesquels de produits renfermant de l’argent se trouvent mêlés à des médicaments communs. Comme tout américain qui se respecte, je dispose aussi d’une arme de poing, un sig sauer sp2022, chargé avec des munitions en argent. Si je dois m’arrêter et aller dans un lieu, je sais par avance que seuls les êtres surnaturels réagiront à cette odeur particulière. Quand on est aussi observateur que moi, c’est un excellent système pour débusquer ces créatures et être prêt en cas d’attaque.

La nuit arrivant, il va falloir que je songe à m’arrêter pour me sustenter, ainsi que pour dormir quelques heures. J’ai une conférence importante demain et je me dois d’être en forme pour motiver mes troupes. Un panneau m’indique un lieu de restauration et d’hébergement à une dizaine de miles. Certainement un de ces établissements pour routiers, mais il fera l’affaire. Au moins pour cette nuit, car je ne peux me permettre de poursuivre ma route dans l’immédiat. Je finis par apercevoir les néons criards souvent associés à ce type d’endroits. Une fois engagé sur le parking, je cherche une place où garer mon Chrysler Voyager qui n’est pas de toute jeunesse, mais qui me permet de ne pas éveiller les soupçons. Une fois hors de mon véhicule, je prends le temps de m’en griller une. Pas très recommandé pour la santé, mais cela me laisse le temps d’observer les alentours. Beaucoup de camions, quelques voitures, le restaurant semble attaché à ce qui sert de motel. En clair, j’’ai connu mieux, mais j’ai connu pire aussi durant mon existence. D’une démarche tranquille, je me dirige dans un premier temps vers la réception pour savoir s’il y a encore des chambres de libre. Une chance pour moi, celle qui m’est attribuée se trouve non loin de mon véhicule. Pour le repas, par contre, il semblerait que ce soit l’heure d’affluence et qu’il me faille patienter un peu. Décidant de forcer ma chance, je pousse la porte de l’endroit d’où s’échappent des odeurs de cuisine qui, ma foi, ne me retournent pas l’estomac. Ce qui signifie que je devrais manger correctement, du moins aussi bien que ce que l’on est en droit de s’attendre dans ce type d’endroit.

Je jette rapidement un regard circulaire autour de moi. L’endroit est plein. J’approche du comptoir tranquillement, avant de héler la serveuse qui semble débordée. Plutôt quelconque, mais sa tenue doit aider à obtenir d’excellents pourboires malgré tout. « Bonsoir, il est possible de se restaurer ? » Elle me fixe un bref instant, quelque peu embarrassée malgré tout. Avant de me faire son plus joli sourire de circonstance. « Je vais voir ce que je peux faire. Cela ne vous dérange pas d’être installé à une table déjà occupée, j’espère ? » Je lui fait signe de la tête que non, prenant simplement mon mal en patience. Tout en balayant la salle du regard, un visage m’interpelle. Je l’ai déjà vu quelque part. Un lycan ! L’un de ceux qui sont intervenus pour récupérer les deux soumis enlevés. Je le croyais mort celui-là. Il faut croire que non. Et, il n’est pas seul, une jeune femme l’accompagne. Tout à fait charmante en prime. Je n’ai pas souvenir de l’avoir vu sur les bandes enregistrées, j’ignore donc si c’est une louve ou non. Voilà qui est fâcheux. Je suis en train d’hésiter à le provoquer lorsque la serveuse revient et m’enjoint de la suivre. Je lui emboîte le pas, réalisant qu’elle compte m’installer à leur table. Je sens que je vais passer une excellente soirée. J’incline la tête pour saluer la jeune femme avant de m’adresser au lycan. « Daemond Crow, je vous remercie de bien vouloir m’accepter à votre table le temps d’un repas. » Visiblement, le mâle n’apprécie pas ma présence, mais reste étrangement calme, affichant une attitude neutre qui me prouve que je ne me trouve pas en face d’un jeune lycan. Les plus vieux sont plus difficiles à énerver, mais j’ai quelques méthodes en réserve si besoin.



© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Lun 5 Déc - 21:51



Tranquillement installé à manger avec ma compagne, chose dont nous avons tous les deux besoin avec toutes nos péripéties, voilà que la serveuse vient nous demander si cela nous pose souci qu’un homme vienne se joindre à nous vu que le restaurant est plein. J’hésite à dire oui, mais les oeillades assassines de ma compagne envers la serveuse m’incite à accepter malgré tout. Un autre homme à table signifie que la serveuse s’occupera peut-être plus de lui que de moi, ce qui serait une bonne chose. Mon loup gronde intérieurement quand il voit celui qui s’approche, le chasseur. Impassible, je me contente de répondre à sa poignée de main sans rien laisser filtrer de notre animosité. Par contre, Diamond ne peut ignorer ce qui se passe via notre lien de meute.

Prenez place, monsieur Crow. Lukas White et ma femme, Lucy.

Une chance que j’avais eu le temps de prévenir Diamond de son identité provisoire tant que nous ne serons pas à l’abri sinon la pauvre, elle n’aurait pas forcément tout compris. Je reprends mon repas comme si la présence de l’inconnu ne me posait pas le moindre souci. Pourtant, il m’est difficile d’ignorer les regards qu’il jette en ma direction par moment. Je n’aime pas cela. Je note que ma compagne semble manger de bon cœur, comme si son estomac avait récupéré de l’usage de la magie. Une chance pour nous deux, ce chasseur est mortel et, de ce que je peux sentir, ne porte pas d’arme hormis cette odeur diffuse d’argent commune à tous.

Ma femme et moi sommes tout juste mariés. Malheureusement, sa famille n’a pu venir, nous allons dont leur rendre visite. Et vous, monsieur Crow, vous êtes ici pour le travail ou pour le plaisir ? Veuillez excuser ma curiosité, mais j’ai tendance à parler un peu trop parfois.

Je fais surtout en sorte de concentrer l’attention de l’homme sur moi et non sur ma compagne. C’est préférable selon moi, surtout que mon loup a décidé de changer de menu, chose qui ne me convient absolument pas. Je le tempère mais la présence du chasseur lui déplaît ouvertement. Je reporte mon attention sur ma compagne, n’écoutant que d’une oreille la réponse de Crow. Il y a chez lui quelque chose qui me dérange et sur laquelle je ne parviens pas à mettre un nom. Avant de comprendre ce qui cloche. Sa façon de se mouvoir, d’observer, de parler, je l’ai déjà entendu et ce n’est si ancien que cela. Cross ! Ce mec appartient certainement à cette maudite organisation. Il faut que j’avertisse ma compagne au plus vite.

Au fait ma chérie, tu as bien pensé à mettre de l’ordre dans les papiers avant notre départ. Ce serait idiot de se retrouver avec des pénalités de retard pour le magasin, voir pire.

Délicat de la prévenir autrement, mais je ne peux pas lui dire franchement qui se trouve assis à ses côtés. Et sa manie de me fixer me prouve qu’il cherche à me provoquer pour me forcer à réagir. Donc, il sait ce que je suis. Voilà qui est fâcheux, mais je le vois mal déclencher un carnage ici, ce n’est pas assez discret. Et cela ne semble pas correspondre à leurs méthodes. Du moins, jusqu’à aujourd’hui. Le sachant seul dans la place, je doute qu’il ose s’attaquer à un lycan sans avoir une arrière-garde solide. Par contre, cela va compliquer notre séjour ici si jamais il compte s’attarder. J’opte donc pour une fuite nocturne. Je préviendrai ma compagne dès que nous serons seuls. À moins qu’il ne compte pas s’attarder. En attendant, au premier mouvement dangereux, il verra de quoi est réellement capable un lycan.

Il me faut toute ma maîtrise pour ne pas réagir quand Crow se met à parler des lycans, du danger qu’ils représentent pour les humains, du fait que les éradiquer serait certainement la meilleure des options plutôt que les longues discussions qui se déroulent en ce moment au sommet du gouvernement. Mon loup monte aux premières loges, sans encore se montrer, allant protéger notre compagne via notre lien de couple. Diamond est une sorcière, elle doit bien connaître un sort lui permettant de se défendre, voir même d’attaquer si besoin. Rester impassible n’est pas simple, encore moins quand je me décide de lui répondre.

Il est vrai que les soucis provoqués par les faes sont à prendre en compte vu ce qui se passe actuellement. Pour ma part, je n’ai jamais croisé de lycan, j’ignore donc comment ils se comportent en société. Mais bon, comme tout bon américain qui se respecte, je suis armé en cas d’attaque.

Et là, je ne parle pas des armes qui se trouvent dissimulées dans notre chambre, mais bien de mes crocs. Que j’enfoncerais volontiers dans sa gorge pour le faire taire cet enfoiré ! Je commence à comprendre pourquoi Cross semble leur en vouloir autant. Pour une fois, je ne peux que lui donner raison. Un mouvement de ma compagne attire mon attention, ainsi que celle de mon loup. Quelque chose ne va pas, mais j’ignore quoi encore.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Mer 14 Déc - 17:16


Un lycan, une sorcière, un corbeau
des problèmes en vues...

Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Mon estomac appréciait le repas qui nous était servi. Je devais avouer que j'en étais contente. Je n'avais pas envie de sauter encore un repas ou de me retrouver à vomir. Mais là, tout allait bien. Enfin, tout allait bien jusqu'au moment où la serveuse revint vers nous, nous demandant la possibilité de faire manger un homme avec nous. Je lançais un regard interrogateur à mon compagnon. Il accepta rapidement à ma grande surprise, j'aurai pensé le voir refuser mais il ne tenait peut-être pas à se faire remarquer. J'adressais un sourire à l'homme alors qu'il nous saluait.  

« Enchanté monsieur Crow. »

Lucy ? Ah oui, mon nouveau prénom. C'était vraiment bizarre de s'entendre appeler différemment. Heureusement qu'Aleks m'avait donné mes nouveaux prénom et nom, sinon je crois que j'aurais fait un faux pas. J'espérai quand même retrouver ma vraie identité un jour. Seul point positif de l'histoire c'était qu'on était marié. L'idée me plaisait beaucoup même si on en avait jamais parlé avec mon compagnon.

J'écoutais de façon plus ou moins distraite les échanges bien que je notais rapidement que quelque chose clochait. C'était une étrange sensation, une intuition peut-être, mais cette impression se trouva vite confirmée par le lien de couple que je partageais avec mon compagnon. Le chasseur ! Celui qu'il avait senti, c'était Crow ! Ok, pas de panique. On reste zen et on mange en essayant de ne pas faire de vagues. Mieux valait que je reste tranquille et que je laisse le plus de marge de manœuvre possible.  

« Oui, oui, j'ai fait ce qu'il fallait mon cœur, pas de soucis pour le magasin. »

J'avais répondu du tac-o-tac mais il me fallut prendre quelques instants pour comprendre ce qu'il voulait me faire comprendre. Ce chasseur appartenait à The Order, ceux à cause de qui on était obligé de fuir. La poisse ! On ne pouvait pas tomber sur pire. Enfin, si, sûrement, mais là quand même, niveau poisse, on atteignait un bon level. Sans compter que l'abruti trouvait intelligent de provoquer mon compagnon en parlant des loups et du danger qu'ils représentaient. Je compris alors qu'il devait savoir ce qu'était Aleks et c'était sûrement son but que de le provoquer. Quel abruti ! Là, je ne pouvais pas rester silencieuse.

« Vous savez monsieur Crow, il y a des cons partout, quelque soit la race. Fae, loup, humain, toutes les races ont leurs cinglés et leurs saints. Les humains n'ont pas eu besoin des faes pour faire bien pire. L'holocauste est certainement le pire et le meilleur exemple de la bestialité de l'être humain. »

Oui, je repasserai pour la subtilité et parler des nazis, c'était enfoncer des portes ouvertes mais l'exemple était loin d'être mauvais. J'avais vécu avec des loups toute ma vie et il ne m'était jamais rien arrivé. Il fallait juste respecter quelques règles de base.

« Une race n'est jamais ni bonne, ni mauvaise à la base, c'est l'éducation et l'apprentissage du monde et de la vie qui font changer les individus en bien ou mal. »

Pour un peu, je montrerai presque les dents. Qu'il essayait donc de s'en prendre à mon « mari » et il allait voir que bien qu'étant une simple humaine, je pouvais me montrer très très méchante. Et je ne ferais clairement pas dans le détail. Soudain, je sentis mon estomac se contracter. Ah non, pas encore. Je serrais les dents et avalait un peu d'eau. Les crampes se calmèrent alors. Il valait mieux que j'essaie de manger doucement maintenant et que j'évite de m'énerver.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Mar 20 Déc - 10:35






Un lycan, une sorcière et un corbeauAleksandr Dezrodnov & Diamond H. Hunt



Un long périple m’attend et c’est avec un certain soulagement que je trouve un motel et un restaurant acceptable pour passer la nuit. J’ai même le droit à un petit bonus en prime : la présence d’au-moins un lycan dans les lieux. Je le sais, car ce dernier figure sur les bandes enregistrées du carnage commis récemment. Si les hommes sont remplaçables, les deux prisonniers le sont plus difficilement. Surtout que je viens de découvrir que la louve est toujours en vie. En fuite avec un lycan qui s’est révélé. Quant à celui qui est présent, je le pensais mort. Et, il semblerait que non. Bonne ou mauvaise chose, voilà que l’affluence fait que je me retrouve à sa table. J’ignore par contre si celle qui l’accompagne, une dénommée Lucy, est aussi une louve ou non. Je note qu’il la présente comme sa femme, information à confirmer bien entendue, et que le prénom utilisé ne semble pas familier à la jeune femme. « Merci pour ce chaleureux accueil, je ne m’attendais pas à trouver un lieu aussi bondé. » Ce qui n’est pas entièrement vrai, ce genre d’endroit me permettant de passer inaperçu lors de mes déplacements. Je ne me gêne pas pour observer le lycan, notant au passage qu’il semble beaucoup trop calme pour un animal. Serait-il dressé ? Je doute la chose possible, mais qui sait qui est réellement celle qui l’accompagne et dont la nervosité ne m’échappe pas. Voilà qui rend le moment encore plus intéressant selon mes critères. « Je voyage pour affaires malheureusement. Je suis représentant en produits pharmaceutiques. » Il est vrai que je possède un laboratoire qui en fabrique, mais ce n’est qu’une couverture à un projet bien plus vaste. « Bien que par les temps qui courent, je crois que je préférerais, et de loin, me trouver chez moi, bien à l’abri de ce monde de fous. » Il est temps d’aller taquiner un peu le poisson, le lycan pour l’occasion, histoire de voir si son calme n’est qu’une façade ou pas. Les recherches menées par mon organisation nous ont démontré que plus cette maudite engeance est vieille, moins elle s’énerve vite. Mais aussi que les vieux sont de redoutables adversaires. Il faut que je parvienne à me faire une idée assez rapidement, afin de savoir plus ou moins à quoi m’attendre. La femelle, si c’est une louve, ne me semble pas bien dangereuse. Ce qui ne va pas m’empêcher de m’en méfier à minima. Je n’oublie pas que derrière la façade se cache des monstres sanguinaires qu’il faut éradiquer au plus vite.

Mon assiette finit par arriver devant moi et je commence tranquillement mon repas, notant malgré tout que le lycan semble très protecteur envers celle qu’il nomme sa femme. Rien de surprenant pour une race qui vit en meute. Ce qui est étrange, par contre, c’est que sa carrure imposante semble passer inaperçue pour le reste du restaurant. Pourtant, à bien le regarder, il faut avouer qu’il ne rentre pas dans les standards que nous avons recensés jusqu’à aujourd’hui. Non seulement, il est massif, mais en prime, il ressemble à un gladiateur prêt à entrer dans l’arène. Je peux le deviner à sa façon de se tenir. Je me demande combien de balles il me faudrait pour en venir à bout, puisque visiblement, le tuer semble bien plus compliqué que ceux que j’ai croisés avant lui. Preuve en est qu’il était à terre sur les vidéos, mourant, et qu’il se tient en ma présence, visiblement en forme et bien vivant surtout. Nous savions déjà que les lycans disposent de capacités régénératives supérieures aux humains, mais je serais curieux de faire disséquer celui-ci pour en apprendre encore plus sur ces dernières. Les banalités qu’ils échangent m’ennuient rapidement. Je trouve le repas un peu trop fade à mon goût. Il est temps de pimenter un peu le tout. « Dites-moi, monsieur White, vous ne craignez donc pas de voyager de la sorte ? Quand on sait de quoi sont capables certains sur cette terre, je me dis que le tourisme va rapidement devenir un secteur d’activité en crise. Je ne sais pas si vous en avez entendu parler, mais des lycans ont commis un massacre il y a peu et s’en prennent à tous ceux qu’ils croisent sans distinction. » Oh oui, voyons un peu ce que tu as dans le ventre mon « ami »« Si vous voulez mon avis, notre gouvernement ne devrait pas négocier avec cette maudite race, mais faire en sorte qu’elle soit éradiquée de la surface du monde ! Il se passera quoi la prochaine fois ? Ils s’en prendront à des enfants ? À nos femmes ? » Volontairement, j’appuie sur le dernier mot pour voir la réaction du lycan. Qui, décidément, semble de marbre. « Je crains désormais pour la vie de ma fille unique, me disant que si jamais elle croise l’un d’entre eux, je ne la reverrais jamais, sauf à la morgue et encore. Les journaux disent que les corps étaient si abîmés qu’il n’a pas été possible de les montrer aux familles. Ces monstres n’ont aucun respecte pour la vie humaine… » La réponse laconique du mâle me pose souci, mais m’informe qu’un tel niveau de maîtrise implique qu’il n’est certainement pas un jeune lycan.

Par contre, cela ne semble pas être le cas de la femelle qui démarre au quart de tour, allant jusqu’à faire des comparaisons historiques qui n’ont pas lieu d’être de mon point de vue. Le tout sous le regard toujours aussi neutre de son « mari », bien que je viens de remarquer un détail étrange. Ses yeux semblent avoir changé de couleur un bref instant. Je n’ai peut-être pas choisi le bon angle d’attaque. Il semblerait qu’il soit plus réceptif aux réactions de la femelle qu’à mes provocations. Parfait, c’est donc elle qui va me servir de levier pour le forcer à révéler sa vraie nature, celle d’un animal enragé assoiffé de sang humain. « Si je peux me permettre, vous semblez avoir une vision assez utopique de la situation, Lucy. L’humanité dans son ensemble est en péril et vous pensez qu’il est possible de cohabiter avec ces créatures monstrueuses ? Déjà que c’est impossible avec les Faes, alors, pour être franc, je vois mal comment la chose est envisageable avec les lycans. Il n’y a qu’à voir comment notre gouvernement se comporte pour se rendre compte que, même lui, recule face à ses monstres. » Elle veut jouer, jouons, mais selon mes règles du jeu par contre. Et là, je doute que le lycan reste calme encore bien longtemps. Je remarque d’ailleurs que sa façon de se tenir vient de se modifier. Mon arme étant à portée, je me tiens sur mes gardes. « Je préfère de loin être le boucher que l’agneau, si je peux me permettre une telle image. L’holocauste tombera dans les oubliettes de notre histoire si cette race décide de conquérir notre monde. » Je suis certain de ce que j’avance. Il suffirait à mon organisation de montrer au monde entier les vidéos de « l’attaque » pour que les humains prennent conscience du danger que représente cette race. Déjà que celles qui tournent, et qui montrent la puissance des lycans sont loin de rassurer l’opinion, j’imagine aisément les répercussions que pourraient avoir celles dont je dispose. Il est malheureusement encore trop tôt pour les montrer. L’opinion publique n’est pas encore assez réceptive. Ce que je déplore chaque jour. « Qu’en pensez-vous, monsieur White ? Vous partagez l’opinion de votre épouse ? Ou bien êtes-vous plus réaliste sur la situation dans laquelle nous nous trouvons ? » De gré ou de force, le mâle va devoir prendre part au débat, même si cela m’oblige à prendre la salle pour auditoire. J’en ai l’habitude de toute façon. D’ailleurs, la femelle n’a pas du s’en rendre compte, mais certains regards convergent déjà vers notre table suite à son intervention. Qu’elle continue sur sa lancée et elle me fournira une assemblée sans même avoir eu le temps de le réaliser.


© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Lun 26 Déc - 9:17



Je me serais volontiers passé de la présence de ce chasseur à notre table. Il est trop tard pour refuser quand la serveuse vient gentiment nous demander de lui faire un peu de place. C’est donc sans le moindre enthousiasme que j’accueille le nouveau venu. Je peux me montrer poli, mais il ne va pas falloir m’en demander de trop non plus. D’ailleurs, mon loup m’indique clairement qu’il dînerait bien autre chose que ce qui se trouve dans notre assiette. Vu les événements récents, je peux difficilement lui en tenir rigueur, ce qui ne m’empêche pas de le calmer pour qu’il ne se montre pas trop présent. Rapidement, il devient évident que l’inconnu cherche à me provoquer et qu’il sait ce que je suis. Voilà une bien mauvaise nouvelle. Je préviens ma compagne comme je peux en veillant à ne pas attirer l’attention de l’humain. Diamond réagit bien et sa réponse me fait sourire un bref instant. Pas trop longtemps non plus, je dois rester vigilant. Une attaque n’est pas exclue, même dans un lieu public. Si j’en doutais avant, l’enlèvement des deux soumis et le désastre qui en ait ressorti m’a fait revoir mes positions. Désormais, je vais devoir être sur le qui-vive en permanence. La guerre a commencé bien plus tôt que je ne le pensais. Si je réponds de façon détachée aux provocations de Crow, il n’en est pas de même pour ma compagne qui sort ses griffes très rapidement, trop rapidement d’ailleurs. Mon loup grogne de mécontentement. Non qu’il soit fâché envers notre compagne, mais bien parce que nous n’avons pas eu le temps nécessaire pour la préparer à ce type de rencontre. Je me sers du lien de couple pour la freiner, en espérant qu’elle comprenne qu’elle se met en danger en agissant de la sorte. Les propos du chasseur sont suffisamment explicites pour savoir qu’il doit tirer sur tout ce qui bouge, cet idiot ! Même sur les loups communs. Je doute qu’il sache faire la distinction entre un lycan et un loup ordinaire. En attendant, il semble bien décidé à me faire sortir de mes gonds. Ce qui n’est pas forcément la meilleure chose à faire en ce moment. Pourtant, je dois réagir avant que l’attention de Crow ne se focalise sur ma jolie sorcière.

Vous n’êtes pas marié, monsieur Crow, sinon vous sauriez déjà que nos femmes sont plus enclines à l’empathie que nous. C’est inscrit dans leurs gènes à la naissance.

J’adresse un sourire complice à ma compagne pour qu’elle ne prenne pas ombrage de mes propos, tout en la rassurant via notre lien de couple. Si jamais elle perd le contrôle, je redoute que sa magie ne ressorte au grand jour. Il ne manquerait plus que les humains découvrent que les sorciers et les sorcières existent pour que le monde parte en vrille de façon définitive et permanente.

Pour répondre à votre question, j’ignore comment je réagirais face à l’un de ces êtres. Qu’ils soient amicaux ou non, le pays connaît déjà pas mal de difficultés entre les différentes communautés qui le composent. Il n’y a qu’à regarder les informations pour se rendre compte que nous sommes déjà au bord de la guerre civile dans certains endroits. Malheureusement, vous le savez aussi bien que moi, notre gouvernement ne peut être partout à la fois. Et, l’apparition de cette nouvelle race lui complique en effet la tâche. Jusqu’à quel point, je l’ignore par contre.

Volontairement, j’ai baissé le volume de ma voix pour que notre conversation ne devienne plus le centre d’intérêt des autres tables qui nous entourent. Je le fais naturellement, comme si parler d’un sujet aussi grave devait se faire de façon confidentielle et non théâtrale comme semble le vouloir Crow. J’ai remarqué son petit manège et il est hors de question que je le laisse faire à sa guise. Même si j’ai bien conscience du risque pris en agissant de la sorte. Une chance pour nous, la serveuse vient débarrasser nos assiettes, ce qui m’offre un bref moment de répit dans la discussion que je mets à profit pour laisser mon loup s’enrouler autour de notre compagne. Ne pouvant me contenter de répondre aux attaques, il va bien falloir que je prenne la main à un moment ou à un autre. Surtout que la présence de l’argent non loin n’est pas faite pour me convenir. Ce fils de pute est armé ! À croire qu’il ne craint pas faire face à un lycan. Ceci dit, cela ne fait que confirmer ce que je pensais, il doit certainement appartenir à cette fameuse organisation dont parlait Cross. Elle non plus ne nous craignait pas. Elle était même capable de tenir tête à certains sans le moindre problème. Suicidaire selon moi, mais j’aimerais tout de même qu’elle soit encore en vie pour pouvoir la remercier. Cette humaine n’a rien de commun avec celui qui me provoque depuis son arrivée, hormis son entraînement et de petits détails qui m’ont mis en alerte. Et, si Crow dispose de la puissance de frappe de Cross, il vaut mieux se montrer prudent.

Quant à choisir entre boucher et agneau, si ces lycans sont ce que vous dites, je doute avoir le temps de le faire ou même d’y réfléchir tout simplement.

Mon loup objecte qu’on peut prendre les deux, Crow en guise d’agneau. Je lui intime de se calmer, ce qui a pour résultat de le faire bouder. Au moins, pendant ce temps, il cesse de parasiter mes pensées. L’impression de marcher sur des œufs me déplaît fortement. Je quitterais bien le restaurant séance tenante, mais ce serait mettre le chasseur en alerte. Je n’ai pas envie qu’il nous suive jusqu’à notre chambre. Bien que là, je me demande s’il est vraiment prudent d’y passer la nuit. En même temps, nous n’avons rien dit sur le sujet, le chasseur ne peut donc savoir si nous allons rester ou non. Je peux m’assurer que le réceptionniste se taise sans trop de souci. Reste que si j’étais un jeune lycan, me contrôler serait plus délicat face à un tel personnage. Ce qui m’amène à me poser des questions sur sa réelle importance. Des chasseurs, j’en ai croisés beaucoup. Aucun ne disposait de sa facilité d’élocution. Et encore moins de son aisance à capter l’attention d’une foule. Crow est dangereux, bien plus qu’un chasseur habituel. Voilà qui est fâcheux.

Je vais sans doute vous paraître curieux, mais si vous craignez tant pour la vie de votre fille, comment se fait-il qu’elle ne soit pas en votre compagnie ?

Histoire d’avoir un en-cas ? Mon loup n’en rate pas une, mais cette fois, je me laisse aller à sourire. Si l’autre pense me faire peur, il se trompe. Prudent oui, mais rien de plus. J’ai survécu à d’autres guerres que celle qui arrive et je suis toujours en vie. Possible que Crow ne puisse pas dire la même chose au lever du jour. Je sais bien que les lois lycanes condamnent tout meurtre d’humain, mais là, je peux bien faire une exception. Et s’il continue à ce rythme, je vais la faire et le faire passer de vie à trépas sans le moindre scrupule. Je n’en avais déjà pas vraiment avant, mais avec ce qui vient de se passer, je n’en ai plus. Et, n’étant plus rattaché à aucune meute, personne ne pourra savoir ce que j’ai fait. Voilà qui plaît à mon loup et nous affichons une décontraction volontaire face à celui qui pense qu’il suffit de menacer pour nous faire rendre les armes. Mon regard vient chercher celui de notre compagne, qu’elle comprenne que tout va bien, que la situation, bien que délicate, n’est pas hors de notre contrôle.
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Mar 27 Déc - 22:52


Un lycan, une sorcière, un corbeau
des problèmes en vues...

Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Ce repas prenait vraiment une drôle de tournure. Personnellement, cela ne me plaisait pas du tout. Si je n'avais rien contre le fait d'avoir un invité à notre table, j'aurai préféré quelqu'un d'autre. Pas un chasseur en tout cas. Aleks me l'avait fait comprendre par notre lien de couple. Cet homme m'était profondément antipathique et son discours n'aidait clairement pas. J'essayais de me concentrer sur mon assiette. Après tout, le but de la soirée était de se requinquer un peu après tout ce qu'on avait subi. Certes, je n'avais pas trop à me plaindre. Après tout, à par avoir été soumise à un stress intense, avoir pratiqué la magie et avoir été malade, je n'avais pas eu grand chose. Ce n'était pas comme mon loup qui avait failli y rester. Rien qu'à cette idée, je frissonnais. Je ne pourrais survivre sans lui. De cela, j'en étais certaine.

Le chasseur était dangereux, comme tous les chasseurs certainement. En fait, je me rendais compte que c'était le premier que je rencontrais. Enfin, un chasseur de ce type, un chasseur de lycan. A mon sens, une bande d'abrutis qui étaient obtus, obscurantistes et agités de la gâchette comme du bocal. Mon père était chasseur. Je savais sa façon de procéder. Il disait qu'il fallait bien connaître les animaux, leur façon d'être et de vivre pour éliminer ceux qui étaient nuisibles. Les chasseurs du genre de ce Crow ne pouvait pas connaître les loups. S'il les connaissait vraiment, il ne parlerait pas comme ça. Mais c'était certainement peine perdue d'essayer de lui faire comprendre les choses. D'ailleurs, j'essayais, mais en pure perte. Cela ne servit qu'à le provoquer et à mettre mon compagnon en alerte. Je sentais notre lien tiraillé comme s'il voulait me mettre en garde. Bon d'accord, j'avais rué dans les brancards, mais bon cela ne semblait pas être une bonne idée. Aleks sembla récupérer la situation. Empathie... empathie, il en avait de bonnes. Que ce Crow se retrouve désarmé et moi avec une arme et on verrait si j'aurais de l'empathie. D'ailleurs, je devrais bien trouver quelque chose dans mon grimoire pour rendre monsieur Crow malade, une bonne gastro, ce serait parfait. L'idée de le voir plier en deux, à chercher des petits coins partout, était très drôle. Elle devint plus drôle encore alors que j'imaginais le chasseur en pleine forêt avec juste des feuilles de sumac vénéneux pour se frotter le postérieur. Cela me permit d'oublier les crampes qui avaient repris d'assauts mon estomac et qui semblaient vouloir me laisser tranquille sous les effets de mon hilarité intérieure. J'en ferais part à Aleks plus tard.  

« Mon mari et vous, monsieur Crow, avez raison. Je suis trop idéaliste et trop gentille sûrement. »

Inutile de jeter de l'huile sur le feu. Mon compagnon garde un calme olympien. Il me surprendra toujours. Je devrais certainement prendre exemple sur lui à l'avenir. Il réfléchissait avant de parler. Ce n'était, hélas, pas vraiment mon cas. J'étais plutôt spontanée dans mon genre. Sauf que je ne pouvais plus forcément l'être avec ce qui c'était passé à Aspen et les chasseurs qui coursaient les lycans. J'allais devoir jouer les diplomates. Habituellement, je ne m'en sortais pas trop mal, mais là, j'étais de partie pris dans l'histoire. Voir mon compagnon être pris à parti ne me plaisait pas du tout et si je n'étais pas une louve, cela ne m'empêchait pas de montrer les crocs au besoin.

Par chance, si on pouvait dire, le repas s'achevait. J'avais réussi à finir mon plat et mon estomac s'était calmé. Comme je restais désormais silencieuse et qu'Aleks avait baissé le ton, les autres personnes du restaurant semblaient se reconcentrer sur leurs plats. C'était déjà ça. Quand mon compagnon demanda au chasseur pourquoi sa fille n'était pas dans le coin, j'étais curieuse d'entendre sa réponse. Je l'observais en me demandant que monstre se cachait derrière son visage pseudo-amicale.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Ven 13 Jan - 9:07






Un lycan, une sorcière et un corbeauAleksandr Dezrodnov & Diamond H. Hunt



Je trouve la situation particulièrement intéressante. Bien que la cible visée ne semble pas répondre favorablement à mes provocations diverses, une autre s’est offerte d’elle-même sans qu’il me soit obligée d’aller la chercher. La femelle est bien plus chatouilleuse que le mâle et ne tarde pas à m’offrir un auditoire pour défendre mes thèses. À son corps défendant visiblement, ce qui n’en est que plus distrayant. Malheureusement pour moi, le mâle se positionne rapidement pour faire en sorte d’éviter que la situation ne dérape réellement. Dommage, je trouvais que mon repas prenait enfin une saveur particulière qui me plaît tant. Lukas et Lucy White voyagent certainement sous une fausse identité, mais je finirais bien par trouver quels sont leurs noms véritables. Je le dois puisque ce lycan a échappé à une mort certaine. Il va d’ailleurs falloir que j’organise sa capture, ainsi que celle de la femelle pour pouvoir les étudier plus longuement. Une chose est certaine, isolés l’un de l’autre, il me sera aisé de disposer de la femelle à ma guise. Nous avons perdu notre dernier sujet reproducteur, celle-ci pourrait faire l’affaire. « Toutes les femmes ne sont pas ainsi et, pour votre gouverne monsieur White, j’ai été marié. Ma femme est récemment décédée, suite à une attaque de lycans. » Inutile de préciser que sa mort n’est rien d’autre que le résultat d’un affrontement mère/fille, cela n’apporterait rien de bon à la discussion actuelle. Par contre, le fait que le lycan soit en vie pose la question de l’action réelle d’une humaine bien connue de mon organisation et sur laquelle nous comptons mettre rapidement la main. Je décide d’ailleurs de pimenter un peu nos échanges. « Voyez-vous, ma défunte femme se trouvait sur son lieu de travail lorsque l’attaque a eu lieu. Elle, ainsi que la vingtaine d’employés présents, ont tous été mis à mort de la façon la plus barbare qu’il m’ait été donné de voir. Je n’ai même pas eu le droit de reconnaître le corps de mon épouse à la morgue tant ce qu’ils lui ont fait subit était horrible. Et cela, de façon purement gratuite. » Si le mâle pensait en avoir fini avec moi, je sais avoir toute son attention désormais. « Son groupe avait capturé deux lycans pour les remettre aux autorités suite à divers massacres quand les autres nous sont tombés dessus. Mon épouse travaillait pour le gouvernement » Je conserve un masque de circonstance, sachant pertinemment que celui qui me fait face à fait partie de cette petite expédition. Et qu’il sait désormais à qui avoir affaire. Nul doute que cette maudite gamine a très certainement parlé de nous.

La situation est rafraîchissante. Le lycan semble se croire en position de force, ce qui explique forcément son calme apparent. Un simple coup de téléphone et il en sera fini de ses espoirs. Reste que je ne suis pas certain que nous disposions d’une cage prévue pour accueillir un tel gabarit. Je vais donc devoir me renseigner. Il serait dommage qu’il rate la moindre saillie que subira sa compagne. « L’argent suffit à tuer un lycan. Une chance pour tous, ce type de balles est désormais en vente libre dans n’importe quelle armurerie. Ce qui devrait faciliter la résistance face à cette engeance qui a juré notre perte. » Oh oui, les ventes ont explosés ces dernières semaines, remplissant dans le même temps les caisses de mon organisation puisque nous sommes la seule entreprise à les fabriquer. Je ne vais surtout pas me plaindre du fait que mes affaires aillent pour le mieux. Nous allons juste devoir réajuster certaines procédures pour s’assurer que le lycan touché est bel et bien mort avant de quitter les lieux. Cela m’évitera de faire face à l’une de nos victimes à l’avenir. Je sens le mâle plus aux aguets, comme s’il envisageait une attaque. De la folie pure dans un tel endroit, mais ce ne sont que des animaux après tout. Ils ne savent pas agir autrement. L’arrivée de la serveuse met un terme relatif à notre discussion, j’en profite pour commander un bon café. Je vais devoir reprendre la route de nuit afin de m’assurer de disposer d’une équipe d’intervention rapide et efficace pour capturer ces deux-là. La question du lycan me prend de cours. Mon adorable Lizzye n’aurait déjà fait qu’une bouchée de lui avec une balle entre les deux yeux, sans parler de la femelle. Sa rage est telle qu’il vaut mieux la tenir loin du terrain pour le moment, le temps pour elle de digérer les actions de sa demi-sœur, ainsi que la mort de sa mère. Il me faut malgré tout donner une réponse, sans donner l’impression d’en monter une de toute pièce. « Ma fille se trouve à l’abri à l’heure actuelle, chez moi, et y poursuit ses études par correspondance. Depuis que les lycans ont révélé leur existence, elle ne sort plus de chez moi sans que je ne l’accompagne. La mort de sa mère l’ayant profondément affectée, ma sœur et son mari sont venus veiller sur elle durant mon absence. Je l’aurais bien emmenée avec moi, mais je redoute trop les mauvaises rencontres pour prendre un tel risque. » Volontairement, je tais la ville où je réside, histoire de conserver secret mon lieu de vie principal, à savoir New-York. Même les plaques de ma voiture laissent à penser que je viens du Nebraska, sans compter les autocollants faisant allusion à la ville de Kearney, siège du comté de Buffalo. Aucun détail ne doit être laissé au hasard.

En attendant, je sais avoir fait mouche en parlant des événements récents auxquels ce lycan a été mêlé. Je ne peux que noter son changement de position, indiquant clairement qu’il n’est pas loin de céder à l’envie de m’arracher la tête et ce, malgré le simple fait que nous nous trouvions dans un restaurant bondé. Pas si maître de ses nerfs le bougre et je compte bien me servir de cela pour l’obliger à sortir du placard comme certains disent. J’ignore si White a la moindre idée du nombre de morts durant leur attaque, mais moi non. J’en ai un compte bien précis et quelqu’un devra payer l’addition. « Imaginez donc ce que cela fait que de devoir annoncer à son propre enfant la mort de sa mère, ainsi que les circonstances de ce drame. Vous comprendrez aisément que j’ai fait le choix de mettre ma fille en sécurité, bien loin de cette guerre qui ravage notre pays. » Je me moque, par contre, des différents rapports reçus faisant allusion à la décimation de familles entières de lycans, y compris des mortels qui vivaient avec eux. Même les enfants n’ont pas échappé à mes soldats. Aucun n’était assez jeune pour nous fournir un nouvel élément fiable à dresser. C’est la raison pour laquelle il nous faut rapidement mettre la main sur une reproductrice, voir plusieurs, pour disposer d’un vivier selon nos besoins. Ce qui, vu l’échec de notre dernière tentative, nous pousse à revoir bon nombre de choses, dont le lieu où garder les femelles prisonnières pour pratiquer tous les tests nécessaires que je juge utiles. « Sans compter que chaque femelle doit mettre bas au moins deux à trois lycans par an, ce qui va considérablement accroître leur population. Je me demande bien ce qu’attend notre gouvernement pour imposer qu’elles soient stérilisées comme tous les autres nuisibles. » La rumeur prétend que les femelles ne peuvent pas enfanter. Je suis persuadé qu’il est possible d’y parvenir avec l’aide de la science. Et, en ce domaine, je dispose des meilleurs. Café servi, j’en profite pour prendre le temps de le déguster, comme si mes propos n’avaient rien de choquant pour mon interlocuteur. Après tout, je ne suis pas censé savoir que c’est un lycan, et qu’il fait partie de ceux qui paieront le prix fort pour la mort de mon épouse.


© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Mer 18 Jan - 12:31



Je n’aime pas l’idée que la situation puisse rapidement dégénérer. Avec un chasseur comme Crow, il faut s’attendre à tout. Surtout que je découvre que ma jolie sorcière est capable de se comporter comme une véritable petite louve par moment. Contrairement à moi, elle n’a jamais eu à gérer ce genre de situation et il me faut rapidement tempérer ses ardeurs avant qu’elle n’attire trop l’attention sur elle. En même temps, que l’autre tente quoi que ce soit contre elle et c’est un homme mort. Je ne suis pas au mieux de ma forme, mais je peux encore faire pas mal de dégâts en laissant mon loup prendre les commandes. Surtout que lui, il ne demande que cela. Un bon steak saignant de Crow lui irait à la perfection. Une change pour moi, Diamond sait se montrer raisonnable et réagit rapidement pour dévier l’attention que lui porte l’humain. La voir manger de bon cœur est un soulagement vu les caprices récents de son estomac. Il est en effet urgent qu’elle apprenne à se servir de sa magie pour ne plus connaître ce type d’épisode désagréable. Demeure le plus gros souci, Crow et sa volonté affichée de me faire sortir de ma réserve naturelle. Un jeune lycan lui aurait déjà sauté à la gorge. Mais, pour avoir connu trois guerres, je sais comment me maîtriser pour ne pas répondre au quart de tout à la moindre de ses provocations. Ce qui m’est d’une aide précieuse en ce moment, surtout avec ma part lupine virulente comme jamais puisqu’il a commis l’erreur de s’en prendre à notre compagne. Je me contente donc de contrarier ses plans en le privant d’une assemblée qui devenait un peu trop intéressée par notre discussion. Ce qui ne doit pas vraiment lui plaire. En même temps, j’en fous. Je ne compte pas me laisser entraîner sur le chemin de la violence. Seul, pourquoi pas, mais en présence de ma compagne, je préfère éviter qu’elle ne découvre trop vite ce qui se cache sous mon calme légendaire. Si Crow avait au moins la bonne idée de se taire ! Mais non, il renchérit comme un véritable politicien. Décidément, je ne comprends toujours pas pourquoi nous n’en savons pas plus sur cette fichue organisation. Et, la seule personne qui aurait pu nous renseigner a disparu corps et âme. Vivante ou morte, personne ne semble le savoir. Bien que, de mon point de vue, elle est toujours en vie, sauf si Charles lui a mis la patte dessus. Ce qui ne m’étonnerait pas.

Je ne voulais pas réveiller de douloureux souvenirs, monsieur Crow, je vous présente mes sincères condoléances.

Faut pas rêver non plus, que sa femme soit morte, tant pis pour elle. Par contre, apprendre qu’elle était présente sur le lieu où étaient retenus les captifs m’interpellent. Je n’ai vu que des hommes sur place, aucune femme. Et, puisqu’elle est morte, j’ai ma petite idée quant à l’identité de son assassin. Cross a visiblement fait le nettoyage par le vide. Et, chose exceptionnelle, mon loup approuve la chose. Pourtant, il n’aime pas cette humaine bien trop instable à son goût. Même s’il commence à comprendre le pourquoi de certaines choses. Finalement, qu’elle se soit permis de faire une descente dans mon armurerie était une excellente chose. Certes, je n’irais pas plaide sa cause face au marrok, mais la mettre à mort me semble contraire à nos lois tout de même. Enfin pas avant d’en avoir appris un maximum sur The Order. Ce qui serait une excellente chose selon moi vu celui qui me fait face. Il n’a rien à voir avec les chasseurs que j’ai croisés. Trop discipliné, trop stratège. Limite un militaire en fait. Une fille donc une faille potentielle, ce qui est toujours bon à prendre. Je sais que les sorcières ont besoin d’une chose appartenant à une personne pour la retrouver, ce qui me donne une idée, en espérant que Diamond comprenne.

Au fait, ma chérie, tu as pensé à prendre le petit objet décoratif qui fascinait tant la fille de ton oncle ?

Le localiser lui, c’est localiser sa fille. Il ne ment pas, je le saurais. Par contre, pour ce qui est des raisons de la présence de deux soumis, je suis bien placé pour savoir que c’est une jolie fable qu’il me raconte. Désolé « monsieur le chasseur je sais tout », j’ai passé suffisamment de temps dans l’armée pour fomenter un plan en quelques minutes, surtout quand il s’agit de mettre les miens à l’abri du danger. Ce crétin vient de me fournir un moyen de mettre à mal sa suffisance. Il s’en est pris aux lycans, il va apprendre que cela peut lui coûter très cher. Et je n’aurais pas le moindre scrupule à faire endurer à sa fille ce que les deux soumis ont subi. Pendant que je réfléchis, mon loup manque de prendre les commandes. Les louves ne peuvent enfanter, nous le savons et entendre l’autre en parler de cette façon le fait enrager. Il s’en faut de peu pour que mes prunelles ne virent au doré. Il est temps que ce repas s’achève, sinon je vais bien finir par le commettre, ce fichu massacre.

Je suppose que le gouvernement cherche la meilleure solution avec son inefficacité habituelle.

Une chance pour les lycans, sinon la situation serait pire que celle que nous connaissons à l’heure actuelle. Situation déjà bien assez conflictuelle à mon goût, beaucoup trop même. Même si la Nouvelle-Orléans me semble une excellente idée, j’espère que la folie des hommes n’y aura pas pris trop d’ampleur afin que nous puissions nous y installer avec notre compagne.

Sans doute optera-t-il pour une solution semblable à celle utilisée pour les faes. Après tout, il n’est pas doué d’inspiration quand il s’agit de prendre ce genre de décisions.

Que le gouvernement tente seulement de le faire, et il verra qu’on enferme pas aussi facilement un lycan. Mentalement, via notre lien, je préviens Diamond qu’il vaudrait mieux écourter ce moment désagréable. Elle ne peut ignorer l’énervement de mon loup de toute façon, ni même les conséquences désastreuses qui pourraient en découler si jamais il échappe à mon contrôle. Je commence à partager son envie de me faire un bon steak de Crow, c’est dire…

avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Dim 5 Fév - 14:00


Un lycan, une sorcière, un corbeau
des problèmes en vues...

Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
Ce repas prenait vraiment une drôle de tournure. Personnellement, cela ne me plaisait pas du tout. Si je n'avais rien contre le fait d'avoir un invité à notre table, j'aurai préféré quelqu'un d'autre. Pas un chasseur en tout cas. Aleks me l'avait fait comprendre par notre lien de couple. Cet homme m'était profondément antipathique et son discours n'aidait clairement pas. J'essayais de me concentrer sur mon assiette. Après tout, le but de la soirée était de se requinquer un peu après tout ce qu'on avait subi. Certes, je n'avais pas trop à me plaindre. Après tout, à par avoir été soumise à un stress intense, avoir pratiqué la magie et avoir été malade, je n'avais pas eu grand chose. Ce n'était pas comme mon loup qui avait failli y rester. Rien qu'à cette idée, je frissonnais. Je ne pourrais survivre sans lui. De cela, j'en étais certaine.

Le chasseur était dangereux, comme tous les chasseurs certainement. En fait, je me rendais compte que c'était le premier que je rencontrais. Enfin, un chasseur de ce type, un chasseur de lycan. A mon sens, une bande d'abrutis qui étaient obtus, obscurantistes et agités de la gâchette comme du bocal. Mon père était chasseur. Je savais sa façon de procéder. Il disait qu'il fallait bien connaître les animaux, leur façon d'être et de vivre pour éliminer ceux qui étaient nuisibles. Les chasseurs du genre de ce Crow ne pouvait pas connaître les loups. S'il les connaissait vraiment, il ne parlerait pas comme ça. Mais c'était certainement peine perdue d'essayer de lui faire comprendre les choses. D'ailleurs, j'essayais, mais en pure perte. Cela ne servit qu'à le provoquer et à mettre mon compagnon en alerte. Je sentais notre lien tiraillé comme s'il voulait me mettre en garde. Bon d'accord, j'avais rué dans les brancards, mais bon cela ne semblait pas être une bonne idée. Aleks sembla récupérer la situation. Empathie... empathie, il en avait de bonnes. Que ce Crow se retrouve désarmé et moi avec une arme et on verrait si j'aurais de l'empathie. D'ailleurs, je devrais bien trouver quelque chose dans mon grimoire pour rendre monsieur Crow malade, une bonne gastro, ce serait parfait. L'idée de le voir plier en deux, à chercher des petits coins partout, était très drôle. Elle devint plus drôle encore alors que j'imaginais le chasseur en pleine forêt avec juste des feuilles de sumac vénéneux pour se frotter le postérieur. Cela me permit d'oublier les crampes qui avaient repris d'assauts mon estomac et qui semblaient vouloir me laisser tranquille sous les effets de mon hilarité intérieure. J'en ferais part à Aleks plus tard.  

« Mon mari et vous, monsieur Crow, avez raison. Je suis trop idéaliste et trop gentille sûrement. »

Inutile de jeter de l'huile sur le feu. Mon compagnon garde un calme olympien. Il me surprendra toujours. Je devrais certainement prendre exemple sur lui à l'avenir. Il réfléchissait avant de parler. Ce n'était, hélas, pas vraiment mon cas. J'étais plutôt spontanée dans mon genre. Sauf que je ne pouvais plus forcément l'être avec ce qui c'était passé à Aspen et les chasseurs qui coursaient les lycans. J'allais devoir jouer les diplomates. Habituellement, je ne m'en sortais pas trop mal, mais là, j'étais de partie pris dans l'histoire. Voir mon compagnon être pris à parti ne me plaisait pas du tout et si je n'étais pas une louve, cela ne m'empêchait pas de montrer les crocs au besoin.

Par chance, si on pouvait dire, le repas s'achevait. J'avais réussi à finir mon plat et mon estomac s'était calmé. Comme je restais désormais silencieuse et qu'Aleks avait baissé le ton, les autres personnes du restaurant semblaient se reconcentrer sur leurs plats. C'était déjà ça. Quand mon compagnon demanda au chasseur pourquoi sa fille n'était pas dans le coin, j'étais curieuse d'entendre sa réponse. Je l'observais en me demandant que monstre se cachait derrière son visage pseudo-amicale.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
Diamond H. HuntSorcière
Messages : 313
Localisation : Nouvelle Orléans
Emploi/loisirs : Sorcière en apprentissage
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 23 ans
Compétence: 3
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Dim 5 Fév - 14:04


Un lycan, une sorcière, un corbeau
des problèmes en vues...

Diamond Hunt & Aleksandr Dezrodnov
J'essayais de garder mon calme face au chasseur avec lequel nous devions dîner. Si j'avais su, j'aurais certainement refusé de l'accueillir, quoique au final cela aurait été peut-être pire. J'essayais de prendre exemple sur mon compagnon. Bien qu'il soit un lycan très dominant, il parvenait à superbement bien garder son calme. Ayant passé quasiment toute ma vie à Aspen Creek, je connaissais très bien la façon d'être des dominants. Ils pouvaient être très prompts à l'attaque ou aux réactions vives. Rares étaient ceux capables de se dominer aussi bien qu'Aleks. Je connaissais le marrok bien sûr, ainsi que ses deux fils, Charles et Samuel, et quelques loups plus ou moins âgés comme Asil le maure ou Adam Hauptman. Les jeunes dominants étaient vraiment très différents. Mon loup avait l’expérience de l'âge, je le savais bien. Il y avait aussi fait l'arme et cela avait dû l'aider à gérer son contrôle. Je l'admirais énormément pour les capacités qu'ils me montraient ce soir, même si je l'avais toujours admiré depuis que j'avais réussi à passer mes craintes face au géant qu'il était. Et désormais, je l'aimais. Pour lui, pour notre couple et notre avenir, il me fallait me calmer et apprendre à gérer mes émotions. Jusqu'à présent, je n'en avais jamais eu autant besoin.

L'homme évoqua la disparition de sa femme lors d'une attaque de lycans. Je ne pouvais m'empêcher d'avoir de l'empathie pour l'homme. J'avais crû perdre l'homme de ma vie voilà quelques heures, alors je ne pouvais qu'éprouver de la compassion pour celui qui nous faisait face. Par contre, je doutais beaucoup plus de l'attaque par les lycans. C'était étrange. Certes les lycans pouvaient mener des attaques comme celle menée par son propre compagnon et sa meute, mais ce n'était pas sans une bonne raison. Là, c'était deux soumis qui avaient été capturé et si les morts avaient pu être évité, je ne doutais pas que mon compagnon aurait tout fait pour ne pas prendre de vie. La femme de Crow avait dû se trouver dans une salle histoire et vu son mari, c'était presque logique. Malheureux, mais logique. Je ne souhaitais la mort de personne, humain, lycan, sorcier. Malheureusement, les humains, et surtout les chasseurs comme notre interlocuteur, n'étaient pas prêts à laisser Aleks et ses semblables tranquilles. Il y aurait encore beaucoup de morts et s'il fallait choisir, je préférais les morts dans l'autre camp que celui des lycans.  

« Mes condoléances pour votre femme, monsieur Crow. »

J'étais sincère dans mes paroles et mon ton l'exprimait clairement. Le reste, je le gardais pour moi. La haine de Crow pour les lycans pouvait alors s'expliquer, mais je me doutais qu'elle datait de bien avant la mort de sa femme. Pour le reste, je laissais mon compagnon manier la discussion, bien plus à l'aise que moi pour jouer un rôle. Heureusement, qu'il était là. Cependant, il me tardait de regagner notre chambre, voir de quitter rapidement la ville. Je n'avais pas envie de rester plus longtemps dans le même endroit que ce Crow. Ce soir, cela soulèverait trop de questions, mais dès demain matin, il vaudrait mieux reprendre la route.

Soudain, la question de mon compagnon m'interpelle. Sur le moment, je ne comprenais pas, mais le lien de couple aidant, je finis par comprendre l'allusion à l'objet. Hélas, je ne voyais pas comment récupérer la moindre chose appartenant à la fille de Crow. 

« Hélas non mon cœur. Je pensais que tu l'avais pris en fait. »

Jouer les voleuses, je ne savais pas faire ou alors il faudrait que je compulse plus en profondeur le grimoire de ma famille. Il y aurait peut-être quelque chose dedans. Je n'avais pas encore pris le temps de l'explorer en totalité. J'en étais même très loin. Une fois arrivée à la Nouvelle-Orléans, je pourrais certainement prendre plus de temps pour le faire.

Je faillis réagir quand le chasseur parla de la reproduction des lycans. Il était à des milliers d'années lumières de la réalité. Les louves ne pouvaient pas enfanter. J'en avais toujours été tristes pour elles. Je ne laissais rien paraître sur mon visage cependant, conservant mon air attristé par la perte de la femme de Crow. Un visage de circonstance. C'était tout ce que j'étais capable de faire pour le moment. Le gouvernement ne semblait pas très au fait de la réalité sur les lycans. C'était navrant et cette ignorance entraînerait encore de nombreuses altercations.

« Pardonnez-moi, mais je commence à me sentir fatiguée. Je crois qu'il est temps pour moi d'aller me coucher. Tu me raccompagnes chéri ? »

J'avais vraiment envie de quitter cette table dont l'atmosphère devenait bien trop lourde à mon goût. En plus, je n'avais pas vraiment menti, je commençais à me sentir fatiguée et j'avais envie de me retrouver un peu avec mon loup, ne serait-ce que pour dormir contre lui. J'avais failli le perdre pour toujours. Maintenant, j'avais besoin de me sentir tout contre lui ne serait-ce que pour me rendre compte à quel point il est bel et bien en vie.

code de sceaudelaine ▬ gif de Tumblr ▬ icons de moi
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Ven 17 Fév - 8:39






Un lycan, une sorcière et un corbeauAleksandr Dezrodnov & Diamond H. Hunt



Je suis homme à apprécier les bons moments que la vie nous offre. Alors, forcément, je ne me prive pas du plaisir de provoquer le lycan qui a eu la bêtise de m’accepter à sa table. Il ne peut s’en prendre qu’à lui-même. Surtout que White fait partie de ceux responsables de la mort de mon épouse, même indirectement. Lyana était parvenue à rester en dehors des radars jusqu’à l’attaque. C’était son choix d’attendre la venue de la traîtresse. Mais, aucun d’entre nous n’avait imaginé à quel point notre entraînement pouvait se révéler efficace. Maintenant que je le sais, il va nous être possible d’en former d’autres comme elle, de les rendre plus dociles et plus meurtriers aussi. La méthode employée est la bonne, j’en ai désormais la confirmation. Ce qui est toujours une bonne chose à prendre au milieu de tout ce désastre. Les pertes humaines sont normales en temps de guerre et tous mes soldats savent qu’ils risquent leurs vies dès qu’ils se retrouvent sur le terrain. Je me contente d’afficher un air de circonstances face à leurs condoléances respectives. Je n’en ai que faire. Sans leur engeance maudite, rien de tout cela ne serait arrivé. La femelle semble avoir décidé de se mettre en retrait, laissant le mâle se débrouiller seul. Parfait, je n’en demandais pas tant à la base. Et, je n’hésite pas à jouer de provocations pour le forcer à réagir. Son ton demeure calme, mais pas sa posture qui devient de plus en plus agressive, ce que je ne peux ignorer. L’air de rien, je fais en sorte d’avoir mon arme prête à servir. Curieusement, il devient plus intéressé par des cadeaux que par ma présence. À voir son air, quelque chose le contrarie avec l’oubli de cet objet. « Notre gouvernement a été échaudé par les Faes, je partage votre opinion, monsieur White, il ne sera absolument pas efficace, sauf si les bonnes personnes lui apportent leur aide. » Sous-entendu, sauf si mon organisation s’en mêle, ce qui est déjà le cas. Je compte bien compromettre les discussions en cours avec les lycans, avec le soutien de quelques politiciens corrompus par mes soins. Et qui n’ont d’autre choix que de m’apporter leur soutien s’ils tiennent, un tant soit peu, à leurs carrières politiques. En prononçant mes paroles, j’affiche un sourire lourd de sens qui ne peut échapper au mâle. Allez, encore un petit effort, je suis certain qu’il peut mieux faire et se montrer sous son vrai jour. Une fraction de seconde me suffirait pour rendre sa capture possible, ainsi que celle de sa femelle. « Quant à parquer ces animaux, ce serait une erreur selon moi. Mieux vaudrait les éradiquer le plus rapidement possible pour être à l’abri. » Voilà qui est mieux, il commence enfin à perdre patience. Même moi, je peux m’en rendre compte, ce qui est une excellente chose.

Alors que tout semble rouler comme je l’espère, voilà que la femelle s’en mêle de nouveau. Non, mais elle se prend pour qui pour songer à prendre congé de la sorte ? Un peu plus et le canon de mon arme se retrouverait sur sa tempe pour lui apprendre à ne plus bouger. Le mâle l’a entendue, mais semble hésiter sur la conduite à tenir par contre. Il sait que me tourner le dos est dangereux. Mon regard croise le sien et quelque chose m’interpelle. Je ne dois pas les laisser partir, pas maintenant, pas si proche du but. « J’espère pour vous que vous ne logez pas au motel voisin sinon vous aurez du mal à trouver le sommeil. Ce type d’établissement est bruyant, même la nuit. Croyez-moi, j’en sais quelque chose. Il m’est arrivé de passer des nuits blanches à cause de cela. » Et d’un lycan non loin qu’il me fallait parvenir à tuer sans me faire repérer aussi. Bien que, dans le cas présent, la capture est plus à l’ordre du jour. Il me les faut vivants tous les deux pour remplacer les lycans qui sont parvenus à s’échapper. Dans un premier temps tout du moins. Dans un second, je ferais en sorte que l’information se sache. J’en connais une qui devrait repointer rapidement le bout de son nez sauf que, cette fois, nous serons prêts à l’accueillir comme il se doit. La femelle semble avoir fait une bourde. Pas très intelligent non plus de dire à un chasseur où on compte dormir, surtout pour un lycan. Nuit blanche en perspective, je le sens bien. La réponse laconique du mâle manque de me faire éclater de rire. Je sais encore comprendre ce que j’entends, je ne suis pas dupe quant au fait qu’il prétend ignorer s’ils dorment sur place ou non. Continue ainsi, tu vas avoir une drôle de surprise à ton réveil, White. J’ai des hommes à calmer et, visiblement, une femelle à inséminer pour étudier de près l’évolution de sa progéniture. Surtout si elle est issue d’un croisement entre humain et lycan. Et, comme je ne compte pas débourser le moindre dollar pour parvenir à mes fins, je connais plus d’un volontaire disposé à pratiquer à l’ancienne jusqu’à obtention d’une portée. Ce qui me convient à la perfection. Sauf que voilà, le mâle semble décider à suivre l’avis de la femelle. Voilà qu’ils prennent congés sans la moindre gêne. « Bonne fin de soirée  à vous et profitez bien de votre lune de miel. » Avant que je ne m’occupe personnellement de leur avenir. Ce n’est qu’une fois le mâle debout que je réalise sa véritable carrure. Il faut que je fasse venir des renforts car, à moins de le tuer, le capturer va être délicat. En attendant, cela explique certainement le fait qu’il soit encore en vie malgré les balles en argent qu’il a prises dans le corps.

Je regarde s’éloigner le groupe tout en échafaudant un plan pour leur capture. Je doute disposer de beaucoup de temps, raison qui me pousse à héler rapidement la serveuse pour obtenir l’addition. Ce détail réglé, je sors du restaurant avant de m’éloigner vers mon véhicule. Je préfère me tenir loin du motel pour ce que j’ai à faire maintenant. Mon téléphone en main, je réfléchis à comment parvenir à mes fins avec un minimum de discrétion. Ce n’est pas le moment de jeter le discrédit sur mon organisation. Mais cette rencontre imprévue peut me permettre de faire accélérer les négociations en ma faveur. Celui qui répond ne se présente pas, c’est la consigne. « Deux groupes opérationnels pour capture avec tout le matériel nécessaire pour deux lycans, un mâle et une femelle. Le mâle fait partie de ceux qui ont effectué le raid pour libérer nos derniers captifs. Demain matin, cinq heures trente. » Je donne ma position via GPS avant de raccrocher sans rien ajouter de plus. Inutile, ma petite précision sur White suffit à elle seule à ce que je dispose de suffisamment d’hommes avant l’aube. Un autre coup de fil pour m’assurer de pouvoir stocker rapidement les deux lycans et nous voilà en ordre de marche. Tout étant réglé, j’en profite aussi pour consulter mes messages, histoire de voir où en sont rendues les différentes traques menées en ce moment. C’est ainsi que j’apprends que les deux lycans qui se sont échappés ont été hospitalisés à Aspen Creek. Intéressant sauf qu’il y en a toujours une dans la nature. Par contre, l’exploitation des différentes vidéos nous a appris autre chose : la présence d’une sorcière sur les lieux. Voilà une nouveauté dont il faudra tenir compte à l’avenir. Je sais qu’elles existent, ma défunte femme m’en avait informé et j’en emploie une occasionnellement. Mais que les lycans fassent alliance avec une autre race est inédit pour moi. Cigarette allumée, je prends le temps de noter toutes les plaques de véhicules aux alentours avant de les envoyer. Il faut encore que je parvienne à trouver la chambre occupée par les lycans. Un détail. Fichier envoyé, l’attente commence. Je gagne ma chambre, ouvrant sans plus tarder mes bagages pour en sortir mon artillerie personnelle. Trente minutes plus tard, un message m’informe qu’aucun véhicule n’est enregistré au nom de White. Par contre, un est enregistré au nom d’un habitant d’Aspen Creek : un pick-up au nom d’Aleksandr Dezrodnov, dont le métier est armurier. La photo jointe ne laisse planer aucun doute, il s’agit de White. Depuis quand les lycans ont besoin d’armes ? Voilà une question que je compte bien lui poser. Sourire satisfait, je m’installe confortablement pour attendre l’arrivée de mes hommes. L’instinct du chasseur se réveille en moi. Étant de moins en moins sur le terrain ces derniers temps, il me tarde de passer à l’action…


© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Aleksandr DezrodnovLycan
Messages : 53
Localisation : La Nouvelle-Orléans
Emploi/loisirs : Armurier
Humeur : Dubitatif suite à la révélation mais heureux d'être bientôt père

Feuille de personnage
Race: Lycans
Âge: 42 ans/152 ans
Compétence: 9
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  Ven 17 Fév - 12:47



Je vais le tuer ! En fait non, je vais laisser mon loup le bouffer, ce sera plus simple et plus écologique. La présence de Crow devient de plus en plus pénible à supporter. Autant par les propos tenus, que par sa suffisance d’ailleurs. Et, s’il pense que je vais le laisser s’en prendre à ma compagne sans réagir, il se trompe lourdement. Il n’aura pas le temps de sortir son arme qu’il sera déjà mort. Un peu à cran ? J’ai toutes les raisons du monde de l’être, la première étant que j’ai bien failli mourir à cause de cette organisation à laquelle il appartient. Que Diamond ne soit pas une voleuse ne me surprend pas, mais je me devais de tenter le coup. Cela aurait pu nous être utile, nous ferons sans. Reste que me renseigner sur le chasseur sans révéler que je suis toujours en vie va être problématique. Non, il faut que je cherche quelqu’un d’autre, une demoiselle qui en sait certainement bien plus que moi sur lui et les siens. Et, vu qu’elle a fait une razzia dans mon armurerie, il est forcément possible de la localiser. Si ce n’est elle, son compagnon risque de ne pas passer inaperçu bien longtemps s’il est toujours en vie. Un loup venant de perdre sa compagne devient rapidement fou. Et cela, il est impossible que je n’en entende pas parler, même en cavale.

Ce n’est pas grave, nous l’enverrons par la poste à notre retour.

Bien que je doute que Crow attende pour agir, lui laisser penser que nous allons repartir dans le Montana après notre « visite » n’est pas une mauvaise chose. Même si je sais déjà que se poser pour reprendre des forces est largement compromis, du moins ici. Je poursuis la conversation, contraint et forcé, histoire d’éviter un coup d’éclat de la part de notre interlocuteur. Hors de question qu’il parvienne à me refaire le coup du « regardez-nous, il y a quelque chose d’intéressant à voir par ici. » Je ne peux pas me permettre d’être découvert, pas en compagnie de Diamond qui ne dispose pas des mêmes armes que moi pour se défendre. Sans compter qu’il y a des enfants dans la salle à manger et que je m’en voudrais qu’ils se retrouvent au milieu d’un affrontement pour le moins sanglant. Mon loup a moins de scrupule sur ce dernier point, ayant acté depuis longtemps qu’il n’aurait pas de descendance. Il grogne brusquement, mécontent, face aux paroles de notre compagne. Je le tempère rapidement, elle n’est pas habituée à devoir vivre cachée, contrairement à nous deux. Sauf qu’elle vient d’informer Crow du fait que nous dormons ici, au moins ce soir. Ce qui nous met en danger immédiat. Et Crow ne manque pas de relever ce détail.

Si nous ne parvenons pas à dormir, je suis certain que nous trouverons une occupation plus plaisante que celle d’écouter les soûlards du coin tenter de trouver leur chambre.

J’adresse un sourire complice à ma compagne, comme si rien de tout cela n’avait la moindre importance. Tout en réfléchissant à la suite et vite et bien si possible. Mon loup passe en mode soldat, prêt à engager le combat cette fois. Tout comme moi, il sait que nous devons partir au plus vite, mais nous assurer aussi de ne pas être repérés en le faisant. Une chance que le repas était copieux, et que la magie de ma compagne a agi, je me sens de nouveau au mieux de ma forme. Je sais qu’il va me falloir me reposer un peu tout de même, mais ma constitution me permet d’être rapidement guéri. Cela aide d’être un lycan. Au moins, pendant que mon loup veille de la sorte, il oublie un peu son envie de steak de Crow. Bien qu’il y aura droit dans l’avenir, j’en fais le serment. Je finis par héler la serveuse et réclamer la note qu’elle s’empresse de me rapporter. Chose faite, je me déplie, laissant filtrer ma dominance volontairement. Vu ma carrure, ce n’est pas forcément nécessaire, mais cela fait du bien à mon loup. Je tends la main à ma compagne avant de l’attirer à moi.

Bonne fin de soirée à vous, monsieur Crow. Nous allons prendre congé.

Protecteur de part ma nature de dominant, je fais passer ma compagne devant moi, faisant écran avec mon corps. Mon loup n’apprécie guère tourner le dos à un ennemi, mais nous n’avons pas vraiment d’autre choix. Nous nous éloignons sans nous hâter pour autant. Hors de questions de montrer le moindre signe de fuite devant un chasseur. L’idée est impensable.

Il nous faut trouver Cross, nous verrons cela une fois à la Nouvelle-Orléans.

Je ne doute pas que ma sorcière de compagne, aidée des siennes, parviennent enfin à la localiser si elle est encore en vie. Nous avons besoin d’informations au plus vite. Nous devrions déjà les avoir en notre possession, certains n’ont pas fait leur travail et, par leurs fautes, toute la nation des lycans se trouve désormais en danger. Pour le moment, l’important est de trouver un lieu sûr où personne ne viendra nous trouver et j’ai déjà ma petite idée.



HRP:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé  

Un lycan, une sorcière et un corbeau [Aleksandr et Diamond] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Alan Rin, corbeau de mauvaise augure [Terminé]
» ─ 04. Guide du Petit Vampire et du Petit Lycan.
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Y'Shahinn Nehleän - Prime Sorcière
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nova Komenco, un nouveau départ :: Là où tout est permis... ou presque :: Les amis de Nova Komenco :: Sujets pour les curieux-