L’humanité sait pour les loups-garous. De partout, des voix s’élèvent pour créer des réserves où parquer ces êtres surnaturels qui terrifient la population.
 

Partagez|

Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé

avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Lun 5 Déc - 20:25






Un recrutement intéressantKathleen M. Bell



Cela fait maintenant huit mois que Kathleen Bell travaille pour mon organisation sans le savoir. Une excellente recrue en tant que scientifique qui a su faire ses preuves au fil du temps. Il faut dire que je suis très sélectif quant à ce type de personnel vu les travaux sur lesquels ils sont amenés à travailler. Je ne peux me permettre la moindre erreur dans leur recrutement. Un chasseur, même si je déteste le dire, demeure remplaçable. Un scientifique, surtout quand il est aussi brillant que cette jeune femme, beaucoup moins. Certes, il m’aura fallu attendre que la jeune femme se décide à nous rejoindre, mais elle a fini par le faire après de longues désillusions quant aux fonds de certains laboratoires de recherches. Avoir carte blanche n’a rien d’anodin, et je ne plaisante pas avec l’argent, tant qu’il est dépensé de façon sérieuse et convenable. Sans compter que Kathleen m’amuse énormément. Autant j’ai l’habitude de ces femmes frigides sous leurs blouses blanches, autant cette dernière a un charme fou, ce qui perturbe quelquefois les pauvres laborantins qui gravitent autour d’elle toute la journée. Je la surveille depuis son arrivée, afin d’être certain qu’elle demeurera des nôtres une fois qu’elle saura pour qui elle travaille réellement. J’ai même envoyé ma fille, en qui j’ai toute confiance, sous couvert de stages divers, pour l’étudier de plus près. Après avoir longuement étudié tous les rapports, j’ai décidé qu’il était temps d’affranchir mon employée sur la réalité de son travail.

Je descends rarement au niveau des laboratoires, n’y ayant que peu à faire et disposant de tous les renseignements utiles par d’autres biais. En m’apercevant, certains connaissent déjà la raison de ma présence en ces lieux. Tous ceux qui ont déjà été recrutés par mes soins savent tenir leurs langues et ne parlent pas de mon organisation aux non-initiés comme Kathleen Bell. Je parcours cet endroit stérile d’un pas rapide. Contrairement aux autres bâtiments officiels de The Order, seul une partie de ce dernier est visible. J’ai veillé à ce que l’endroit soit malgré tout accueillant avec de grandes verrières et un jardin central pour pouvoir se restaurer au soleil aux beaux jours. Pour le reste, si la surface est équipée d’un matériel de pointe, ce n’est rien en comparaison de celui qui se trouve sous terre. Les œuvres caritatives ont du bon pour qui sait se jouer des écritures comptables et les fonds d’investissements de l’organisation sont des plus confortables. Ce qui me permet de faire évoluer le matériel rapidement, remplaçant celui n’est même pas encore devenu obsolète par sa version la plus récente. Je veille à ce que mes employés « particuliers », puissent travailler dans les meilleures conditions possibles. Il en va de notre survie sur terre face à ces abominations que sont les lycans. Ces derniers temps, Kathleen Bell a travaillé sur des cadavres dont la provenance ne lui a pas été fournie volontairement. Des retours qui me sont parvenu, il semblerait que cela l’ait totalement laissée indifférente. Elle n’a même pas posé de questions, se contentant de faire ce pour quoi elle est payée. Voilà pourquoi j’estime qu’il est temps de l’affranchir sur certaines choses.

En pénétrant dans le laboratoire où se trouve Kathleen Bell, je la découvre penchée sur un microscope, à étudier je ne sais quoi d’ailleurs. Bien qu’elle soit seule, l’entretien ne peut se dérouler ici pour des raisons de sécurité. Malgré tout, je patiente sans faire le moindre bruit, attendant simplement qu’elle ait relevé la tête et finit de prendre ses notes avant de me décider à révéler ma présence. « Bonjour, mademoiselle Bell, comment allez-vous en cette fraîche matinée ? » Les employés le savent, je ne viens jamais ici sans une excellente raison. Je doute fort que la jeune femme qui me fait face désormais ne le sache pas. « Je tenais à vous féliciter personnellement pour le travail accompli depuis votre arrivée dans notre entreprise. » Ce qui n’est que lui rendre justice tant elle semble un véritable bourreau de travail. Je reste à distance des plans de travail afin de ne contaminer aucun prélèvement présent. Ils sont trop précieux pour cela. Mais, la jeune scientifique ignore encore qu’elle va devoir travailler sur des échantillons bien différents si elle accepte ma proposition. « Je désire vous parler d’un projet particulier. Pour se faire, nous allons nous rendre dans mon bureau, nous y serons plus à l’aise. » Mes employés le savent, mon bureau équivaut soit à prendre du galon, soit à prendre la porte. Ayant évoqué un projet, j’ose espérer que Kathleen a compris que son renvoi n’est pas à l’ordre du jour. C’est même tout le contraire. Certes, si elle refuse, je doute qu’elle demeure longtemps parmi nous. Mais, les lycans s’étant révélés, je ne redoute plus les personnes trop bavardes. Sans attendre sa réponse, je quitte le laboratoire, sachant qu’elle me suivra de toute façon. Mon bureau se trouve au premier étage, sous une cloche de verre aux parois prévues pour résister aux balles. Sans compter qu'il m'est possible de les occulter entièrement pour ma propre sécurité si besoin est.

Une fois dans mon bureau, je prends place sur mon large fauteuil en cuir, la laissant fermer la porte et prendre place face à moi. Je l’observe longuement, ne prononçant pas le moindre mot, la laissant simplement entrevoir un dossier posé devant moi portant la mention « confidentiel ». Mon acte est volontaire, cela est fait pour attiser sa curiosité. « Dites-moi, mademoiselle Bell, êtes-vous satisfaite de vos conditions de travail chez nous ? » Je sais déjà que oui, bien des scientifiques vendraient père et mère pour avoir accès à nos laboratoires ultra-modernes. Je ne compte plus le nombre de candidatures qui parviennent chaque jour à notre service de recrutement. Qui les trie avec une attention particulière avant de me remettre les rares qui pourraient se révéler intéressant. Au moins pour remplacer le personnel que j’affecte à notre combat contre les lycans. J’écoute avec attention la réponse fournie, ainsi que l’ensemble des micros-expressions de la jeune femme. C’est une pratique dans laquelle je suis passé maître depuis le temps. Elle me permet de cerner mes interlocuteurs sans craindre d’avoir un jugement faussé. Dans un monde au bord du chaos, cette faculté m’est plus utile que jamais.



© Jawilsia sur Never Utopia



Dernière édition par William Gardner le Mar 21 Fév - 12:45, édité 1 fois
avatar
Kathleen M. BellThe Order
Messages : 45
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Scientifique
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 31 ans
Compétence:
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Mer 14 Déc - 18:51




Personal Jesus
click
William Gardner et Kathleen M. Bell
<3
« Un recrutement intéressant »Kathleen travaillait depuis plusieurs mois maintenant au sein des laboratoires appartenant à William Gardner. Si elle avait préféré opter pour les grandes universités au départ, le fait de se retrouver les mains liées par les différents protocoles et les limitations de budget avait fini par la décourager. Elle avait fini par claquer la porte et se tourner vers celui qui était désormais son nouvel employeur. Contre toute attente, elle s'était très vite faite à cette nouvelle structure. Loin d'être prise pour une débutante devant faire ses preuves, on lui avait rapidement donné responsabilités et assistants pour l'aider dans ses recherches. Plus de soucis de budgets, elle demandait, elle obtenait. Évidemment, elle ne négligeait pas les rapports sur l'avancée de ses recherches. Kath savait très bien comment fonctionnait le monde et trouvait tout à fait normal que sa grande liberté d'action soit conditionnée par ses résultats. Cela ne faisait que l'encourager à travailler encore plus, encore plus dur. Elle ne quittait quasiment jamais les laboratoires, vivant presque dans son bureau. Cela ne lui posait pas vraiment de problèmes. Après tout, ce n'était pas comme si quelqu'un l'attendait. Elle vivait seule. La seule personne qui captait son intérêt était un des employés du groupe. Pas un scientifique, une sorte de paramilitaire qui venait occasionnellement la voir, quelque soit l'heure ou le jour. Autre raison pour elle de demeurer dans les labos même si le revoir était surtout un bonus plus que ce qui la faisait lever le matin. Elle travaillait sans compter et appréciait cela.

Comme assez régulièrement, les assistants et autres scientifiques des labos laissaient Kathleen travailler seule. C'était une chose qu'elle appréciait énormément. Elle estimait son travail de bien meilleure qualité quand elle n'était pas dérangée par les nombreux va-et-viens de tous les autres employés. Toute occupée à sa tâche, elle ne perçut pas la venue du grand patron en personne. De toute façon, quand elle travaillait, elle ne faisait attention à rien d'autre. Le monde pourrait s'écrouler tout autour d'elle, qu'elle n'y verrait rien. Ce n'est qu'en relevant le nez de son microscope et après avoir pris de nombreuses notes que la jeune femme se rendit compte de la présence de l'intrus. « Oh monsieur Gardner ! Navrée, je ne vous avais pas entendu. Je vais bien, merci. Et vous même ? » La blonde se décolla de sa table pour venir à la rencontre du patron, un sourire amicale aux lèvres, fait plutôt rare la concernant. « Merci monsieur. Il faut avouer qu'avoir carte blanche pour le matériel, la recherche etc... ça aide beaucoup et ça motive aussi. » La proposition de travailler sur un nouveau projet la tentait moyennement. Elle avait ses propres recherches à mener. Elle fronça comiquement le bout de son nez avant de hocher la tête et d'emboîter le pas à l'homme.

Tout en rejoignant le bureau présidentiel, elle espérait bien ne pas devoir abandonner tout ce qu'elle avait déjà entrepris. Allait-elle devoir mettre de côté ses recherches pour faire plaisir au patron ? Elle n'était pas fan du consensus. Elle était plus habituée à foncer dans le tas et à faire ce qu'elle avait décidé de faire que de suivre les désirs des autres. Néanmoins, elle était prête à écouter les desiderata du boss, c'était quand même la moindre des choses. Pénétrant le bureau de verre, elle ferma la porte avant de rejoindre le fauteuil de cuir faisant face à William. Elle croisa ses longues jambes, son regard se porta naturellement sur le dossier avec l'inscription « confidentiel ». Voilà qui était intriguant et intéressant. Elle reporta son attention sur son interlocuteur. « Oui, vous offrez des conditions de travail exceptionnelles. L'argent, les moyens, je n'ai jamais vu mieux. Je pense que même le gouvernement américain n'est pas aussi bien doté. Excusez-moi d'être directe monsieur Gardner, je n'ai pas pour habitude de tourner autour du pot. Quel est le projet dont vous souhaitez le parler ? Je vous avoue que mes recherches me prennent beaucoup de temps déjà. Aussi, je ne sais si j'aurai le temps de me consacrer à votre projet. » C'était certainement pas très diplomatique comme approche mais ses recherches étaient toute sa vie et elle s'y consacrait à 2000%. « Mais peut-être que votre projet peut s'inscrire dans mes travaux. » Ainsi, elle rattrapait un peu les choses, montrant qu'elle restait pleinement ouverte à la discussion.
© 2981 12289 0


Dernière édition par Kathleen M. Bell le Jeu 22 Déc - 15:05, édité 2 fois
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Mar 20 Déc - 10:39






Un recrutement intéressantKathleen M. Bell



Kathleen Bell, brillante scientifique, bourreau de travail, excellents résultats, cette femme a tout pour être la recrue parfaite pour venir grossir les rangs de ses semblables déjà recrutés par mes soins. Il me reste néanmoins une formalité à effectuer avant de prendre la décision de l’affecter, ou non, sur les projets de recherches propres aux lycans. Ne pas le faire pourrait se révéler préjudiciable, autant pour mon organisation que pour celle qui me fait face. Si elle dispose de tout entre ces murs pour travailler, je peux fort bien lui compliquer les choses une fois hors de ces derniers. Comme lui rendre impossible le fait de trouver le moindre travail intéressant dans le domaine de la recherche scientifique. Le temps est loin où The Order n’était qu’une simple organisation regroupant des chasseurs de créatures surnaturelles. Sous mon impulsion, et avant celle de mon père, bien que de moindre importance, l’organisation a pris de l’ampleur et s’est développée au-delà de ce que quiconque pouvait envisager à mes débuts à sa tête. Une fois installés, je la questionne pour savoir si ses conditions de travail lui conviennent. Le contraire me surprendrait et sa réponse ne se fait pas attendre. Je vois mal quel scientifique censé pourrait oser se plaindre. Pour cela, il faudrait qu’il soit fou. Je ne réagis même pas quand elle entre dans le sujet de notre entretien en enfonçant les murs. Je la savais femme de caractère, voilà qui m’est confirmé. C’est une excellente chose pour la suite. « Notre gouvernement doit faire face à la gestion de plusieurs portefeuilles et faire en sorte que tous soient équilibrés. Je n’ai pas ce souci personnellement, ce qui me facilite grandement la tâche. Sans compter que nos nombreux investisseurs y trouvent amplement leurs comptes aussi, ce qui les incite à ne pas nous quitter. » Rares sont ceux qui savent réellement l’étendue de nos ressources financières. Pas même les comptables qui ont volontairement été scindés en différentes équipes sur des lieux divers afin qu’ils leur soient impossible de faire des recoupements. Nous ne sommes qu’une poignée à peine à le savoir, dont ma fille évidemment puisqu’elle prendra la relève le moment venu. Dieu merci, nous n’en sommes pas encore là. Je compte vivre encore quelques années quand même !

Je reporte mes pensées sur la femme qui me fait face. Rien dans sa façon de se tenir m’informe d’un danger immédiat. Non, hormis ses recherches, mademoiselle Bell ne semble intéressée par rien d’autre, ni personne d’ailleurs. Même si je n’ignore pas que l’un de mes hommes passe la voir de façon régulière. Et ce, pour me tenir informé régulièrement du comportement de la scientifique. « Il semblerait que vous ayez plus de patience pour vos tubes à essais que pour une discussion courtoise. Notez que cela ne me dérange nullement, je préfère les personnes franches à celles qui usent d’artifices et autres méthodes pour parvenir à leurs fins. » Discipline dans laquelle j’excelle quand il s’agit de lever des fonds auprès de nos différentes œuvres caritatives. Encore faut-il disposer des qualités pour y parvenir, ce qui implique diplomatie, patience et stratégie. Tout le monde ne peut s’enorgueillir de posséder les trois, contrairement à moi. « Voyez-vous, ce projet est particulier au point de requérir une attention de tous les instants, ainsi qu’une grande disponibilité en volume horaire. Il vous sera donc impossible de poursuivre vos recherches actuelles si vous acceptez de le prendre en charge. » Je ne lui dis pas qu’il lui sera impossible tout court de poursuivre la moindre recherche en cas de refus. La discussion ne fait que commencer. « J’ai besoin d’une personne compétente, disposant de qualifications précises et investie dans son travail. Vous n’êtes pas sans savoir remplir au moins deux de ces critères. » Je n’en dis pas plus sur ceux auxquels je fais allusion. Pour cause, je sais qu’elle dispose des trois. Si, au départ, certains de ses confrères sont parvenus à se faire passer pour plus intelligents qu’ils ne l’étaient réellement, ils ont rapidement appris, à leurs dépens, que me mentir était la dernière chose à faire. Il est vrai que subir une autopsie sans être mort, cela en refroidit beaucoup, sans mauvais jeu de mots. Ou pas. Bien que l’option « trépanation et mise en hospice » demeure de loin la méthode la plus efficace pour se débarrasser des importuns de mon point de vue. Il suffit juste de percer au bon endroit pour faire les dégâts voulus. Pour cela, j’ai un excellent chirurgien qui ne demande qu’à en faire pour satisfaire certaines de ses envies illégales. Pourquoi m’en priverai-je de fait ?

Un coup bref et voilà que la porte s’ouvre pour laisser entrer un homme en tenue para-militaire. Le simple fait qu’il ose interrompre l’entretien m’informe immédiatement que nous avons un souci. Il ne jette pas un regard à la scientifique, se contentant de me tendre une enveloppe avant de repartir aussi vite qu’il n’est entré. « Veuillez m’excuser quelques instants, je vous prie. » J’ouvre pour découvrir un dossier dans lequel se trouvent plusieurs photos. Je note la présence de bandes-vidéos que je visionnerai plus tard. Ce sont les clichés du lieu de l’attaque. Un vrai carnage en fait. Tous morts, sans la moindre exception. Cela, je le savais déjà, mais pas à ce point. Mon regard se durcit à mesure que je découvre les photos. Et dire que certains prétendent que les lycans sont inoffensifs ! J’ai la preuve du contraire sous les yeux. Je distingue au moins deux méthodes différentes pour tuer, ce qui implique deux tueurs. Il va me falloir les vidéos pour les identifier au plus vite vu leur force de frappe. Je referme le dossier brutalement avant de le poser sur le bord de mon bureau. Je compte bien venger ceux qui sont morts pour mon organisation. « Je pense que l’heure est venue de vous expliquer certaines choses, mademoiselle Bell. En particulier me concernant, ainsi que l’endroit où vous travaillez depuis quelques mois maintenant. » Voilà, j’ai toute son attention désormais. Voyons un peu comment la scientifique va réagir en apprenant la vérité. « Cet endroit, les laboratoires, tout l’équipement, tout cela provient des fonds d’une seule et unique société, la mienne. Je pourrais passer des heures à vous expliquer que je dispose de moyens financiers inépuisables, cela ne serait que perte de temps. Or, les circonstances font que ce dernier commence à nous manquer à tous. Ce que vous avez vu jusqu’à aujourd’hui n’est que la face émergé d’un iceberg aux ramifications bien plus complexes que vous ne pourrez jamais l’imaginer. Vous savez qui je suis, mais pas pour qui vous travaillez réellement. Le projet que je vous propose ne vous offrira pas la gloire, cela je peux déjà vous l’affirmer. Il se pourrait même qu’il vous vaille d’être mise au ban des vôtres d’ailleurs. Pourtant, il est vital pour la survie de l’humanité tout entière. » Je sais, je pourrais être plus direct, mais mes propos perdraient de leur effet. Volontairement, je prends l’une des photos d’un des corps mutilés que je pose devant Kathleen. « Ceci est l’œuvre d’un lycan. Quelques-uns d’entre eux s’en sont pris à l’un de mes laboratoires en recherche génétique pour vaincre certaines maladies sans la moindre raison. Ils n’ont laissé aucun survivant. Vu le danger qu’ils représentent, je souhaite que vous orientez vos recherches sur leurs particularités afin qu’il nous soit possible de les combattre. Mademoiselle Bell, vous travaillez pour moi. Et, je suis le dirigeant de The Order. » Les choses étant claires, voyons un peu comment elle va réagir. Possible qu’elle parte en courant, qu’elle prône pour la cohabitation entre les espèces. Bien que j’en doute si je me fie à son comportement de ces dernières semaines. Ou qu’elle tente quelque chose contre moi, cela demeure du possible. Reste l’option qui me convient le mieux, la rallier à ma cause et lui ouvrir les portes des laboratoires qui se trouvent sous terre.



© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Kathleen M. BellThe Order
Messages : 45
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Scientifique
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 31 ans
Compétence:
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Jeu 22 Déc - 15:06




Personal Jesus
click
William Gardner et Kathleen M. Bell
<3
« Un recrutement intéressant »Assise dans le bureau du grand patron, Kathleen attendait, non sans une certaine impatience de savoir quel était le nouveau projet que William tenait à lui confier. Vu ce qu'elle avait connu dans les anciens labos, elle était sur ses gardes. Sa plus grande crainte était de devoir mettre fin à ses recherches pour satisfaire les désirs et lubies du patron. William Gardner ne lui avait pourtant pas paru comme étant le patron chouin-chouin, imposant toutes ses volontés à ses employés. La blonde l'imaginait directif, et imposant certaines décisions, mais pas n'importe quoi et certainement pas des caprices. La jeune femme sentit ses craintes diminuées en songeant à cela. Sa méfiance laissa la place à une certaine curiosité. « J'imagine bien que le gouvernement a plus de choses à gérer et doit faire attention à ses dépenses, mais la recherche devrait être une priorité. » Elle n'était pas très amen face au gouvernement américain, considérant qu'il ne mettait pas l'argent là où il fallait. Évidemment, elle n'était pas impartiale du tout. Elle le savait, mais ne comptait pas se remettre en cause pour autant. De toute façon, elle n'avait plus vraiment de questions à se poser désormais vu qu'elle avait carte blanche avec Gardner.

L'homme poursuivit ses explications notant l'impatience de Kathleen. Elle ne dirait pas le contraire. Elle savait être patiente quand il le fallait et essentiellement pour ses recherches. Dans une discussion, elle préférait aller droit au but, histoire de ne pas perdre de temps. De toute façon, cela ne semblait pas déranger William. Une chance pour la demoiselle. Fronçant les sourcils, la blonde se demandait quel pouvait bien être son étrange projet qui semblait demander un investissement de tous les instants. Autant dire que si la scientifique était intriguée, elle était également contrariée de devoir délaisser ses recherches. « Je suis ravie d'avoir des qualités qui vous parlent, mais comprenez que mes recherches sont très importantes pour moi. Si je dois réellement les mettre de côté, j'espère que votre projet en vaut la peine. » Elle aurait bien rajouté que si elle ne pouvait pas continuer à travailler comme elle l'entendait, elle partirait en claquant la porte. Elle s'abstint, se doutant que William Gardner n'était pas le genre d'homme auquel on pouvait faire ce genre de chantage.

Le bruit à la porte fit sursauter la chercheuse. Elle ne s'attendait pas à être interrompue. Le patron non plus à priori. L'homme qui entra ne fit aucun cas d'elle et c'était réciproque. William sembla contrarier par le dossier transmis mais la blonde se garda bien de faire le moindre commentaire. Elle se contentait d'attendre que la discussion reprenne. Cela ne tarda d'ailleurs pas. L'homme semblait être encore plus déterminé qu'avant l'arrivée du messager. Kathleen resta scotchée à son fauteuil alors que William lui expliquait qui il était, où elle travaillait et ce qu'il attendait désormais d'elle. Des lycans ? Des loups-garous ? Il était sérieux. Devant son visage fermé, il n'était pas permis d'en douter. Si d'autres auraient éclaté de rire ou auraient fui, la jeune femme se contenta de ramasser la photo présentant le corps mutilé. Celui qui avait ça n'y avait pas été de main morte. « Jack l'éventreur était un amateur comparé à celui qui a fait ça. Les chairs sont lacérées à certains endroits, mais déchirées ou arrachées plutôt à d'autres. L'abdomen, le ventre semblent avoir été rapidement attaqué vu le sang. Les organes ne semblent plus que partiellement présents. Pas de blessure au cou alors que c'est une zone qui peut donner une mort rapide. Visiblement, cet homme n'a pas eu la chance de mourir vite. Même après sa mort, le tueur s'est acharné. Le bras droit est en lambeaux mais il n'y a presque pas de sang. L'homme était déjà mort. » L'examen était purement médical et scientifique. Il n'y avait aucun état d'âme dans sa voix, ni de compassion. Elle parlait de l'homme comme elle parlerait de ses souris de laboratoire. « Il est difficile de déterminer, à partir de cette photo, ce qui a tué cet homme. » Elle se leva alors, rapportant la photo à son propriétaire. « Vous me dites que c'est un lycan qui a fait ça. D'accord. Prouvez-le moi et je ferais ce que vous voulez. Dans le cas contraire, je pense que ma place ne sera plus ici. » Certains la prendraient pour une folle de donner ainsi le moindre crédit aux propos de Gardner, pourtant Kath savait bien que le monde regorgeait encore d'inconnu et de mystère. Les mythes et légendes prenaient leur source dans la réalité alors pourquoi ne pas donner une chance au maître de The Order de lui prouver qu'il disait vrai.
© 2981 12289 0
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Jeu 5 Jan - 20:57






Un recrutement intéressantKathleen M. Bell



Ce qu’il y a de bien, avec les nouvelles recrues, c’est qu’elles sont toujours sceptiques au départ. C’est bien là tout l’enjeu de parvenir à les convaincre de l’utilité de mon organisation afin de les rallier à ma cause. De nouveau seul en compagnie de Kathleen, j’entreprends de l’affranchir sur la réalité de l’endroit où elle travaille depuis plusieurs mois maintenant, passant outre sa réponse sur le fait que ses recherches sont importantes pour elle. Me concernant, elles n’existent que pour servir de pare-feu aux vraies recherches menées ici. C’est donc sans surprise qu’elle me tient un discours approchant de celui de ses prédécesseurs en mon bureau. La surprise passée, voilà qu’elle étudie la photo que j’ai volontairement sortie pour lui montrer, agissant comme s’il ne s’agissait pas d’un être humain. Son professionnalisme n’est plus à démontrer, mais je le savais déjà. Je la laisse en tirer ses propres conclusions sans m’agacer le moins du monde de ces dernières. Certains sont plus difficiles que les autres à convaincre. Et, quand ils s’obstinent dans leur refus, je me charge de leur offrir un billet de retour sans destination. C’est à ce prix que je suis parvenu à conserver notre existence secrète durant toutes ces années. « Vous avez tort de penser que votre place n’est plus parmi nous. Vous n’imaginez pas à quel point ces recherches sont vitales pour l’humanité dans son ensemble. Pas plus que les facilités bien plus larges que celles qui vous ont été offertes jusqu’à maintenant dans votre travail. » À condition qu’elle sache tenir sa langue, cela va de soi. Un contrat en bonne et due forme m’assure de cela une fois mes employés ralliés à ma cause. Sa demande ne me fait même pas réagir. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai volontairement choisi de ne pas y répondre immédiatement. La faiblesse des hommes prêts à croire les contes de fées quand ils sont enfants et qui veulent tout expliquer rationnellement une fois parvenus à l’âge adulte. En cela, Kathleen ne fait pas exception. « Jack l’éventreur était un humain, le responsable de ce carnage non. Quant aux parties manquantes, elles lui ont servi de repas si je peux m’exprimer de la sorte. C’est habituel chez les lycans qui dévorent leurs victimes. La seule différence est qu’habituellement, on ne retrouve que quelques fragments d’os. J’en conclus que le massacre, ainsi que le nombre élevé de victimes, fait qu’il nous a été possible de disposer de plus d’éléments de recherche pour une fois. » Ce qui est peu dire vu qu’une partie de ces morts est en grande partie intacte, ce qui ne correspond pas au modus operandi habituel des lycans.

Si Kathleen pensait pouvoir faire pression sur moi en annonçant un possible départ, elle en est pour ses frais. Je ne suis pas homme à répondre rapidement à ce genre d’ultimatum. Surtout que c’est moi qui les pose en temps normal et qu’il n’y a aucune raison pour que cela change. À la place, je me contente de ranger soigneusement la photo parmi les autres, veillant à ce qu’elle retrouve sa place d’origine surtout. Elles ont toutes été prises suivant la chronologie des faits constatée sur place par l’équipe en charge de faire le ménage. Une fois cela fait, j’appuie sur l’interphone qui me relie à ma secrétaire. « Je ne suis présent pour personne, quelle qu’en soit la raison. » Il est rare que je ferme ainsi toute forme de communication, mais je ne souhaite pas qu’une personne non concernée puisse avoir accès au reste des informations que je m’apprête à fournir à la scientifique. Pas plus que je n’attends la réponse de ma secrétaire, elle est la mieux placée pour savoir que me contrarier est bien la dernière chose à faire. Il s’est écoulé plus de cinq minutes déjà avant que je ne me décide à aborder le point « exigé » par Kathleen. Qu’elle soit impatiente d’avoir confirmation de mes dires m’indiffère en fait. Ici, je suis le seul à donner des ordres et à ne pas en recevoir. Il faudra qu’elle s’y fasse si elle vient à travailler en étroite collaboration avec moi. « Je peux aisément vous prouver mes dires en ce qui concerne les lycans et leur dangerosité, mademoiselle Bell. Dans l’hypothèse où vous ne l’auriez pas compris par vous-même, je ne suis pas homme à perdre mon temps à inventer des histoires à dormir debout simplement pour me distraire. » Mon air grave doit suffire à lui faire comprendre que je suis des plus sérieux dans mes propos. En même temps, vu la période troublée qui nous traversons, qui ne le serait pas hormis un de ces maudits pacifistes qui clame tout haut que l’on peut vivre en harmonie avec cette engeance maudite. Et, comme chacun le sait, je tiens plus du guerrier qu’autre chose. J’enclenche une clé usb rapidement sur mon ordinateur, visionnant en accéléré les vidéos qui s’y trouvent. Ce qui j’y vois me fait crisper un bref instant la mâchoire. Je viens de comprendre pourquoi certains cadavres étaient encore intacts. En voilà une que je ne m’attendais pas vraiment à trouver sur les lieux. Et qui aurait mieux fait de rentrer sagement à la maison. Je ne visionne pas les images du bureau par contre. C’est là que le corps de ma défunte femme a été retrouvé et vu la méthode, je sais désormais qui est responsable de sa perte. Je sélectionne soigneusement le passage que je vais montrer à Kathleen. En fait, deux me semblent intéressants à faire voir à la scientifique.

Je quitte provisoirement mon siège pour plonger la pièce dans la pénombre avant de faire descendre un écran de projection du plafond. Je dispose du matériel dernier cri pour mes laboratoires, il en va de même pour mes besoins personnels. Franchement, j’aurais l’air de quoi si ce n’était pas le cas. Je ne peux me permettre de laisser penser que The Order ne dispose pas de ressources financières suffisantes. « Vous trouviez votre budget confortable jusqu’à maintenant, dites-vous bien que ce n’est qu’une goutte d’eau vis-à-vis de celui dont vous disposerez à l’avenir, mademoiselle Bell. » Sans rien ajouter de plus, je lance la première vidée qui concerne la femelle capturée dans le Montana. Sur l’écran se déroule en direct son passage de sa forme humaine à sa forme louve et inversement. C’est particulièrement instructif, surtout en ce qui concerne la durée. Nous savions déjà les lycans vulnérables durant cette phase, je dispose maintenant d’une durée réelle de référence. Ce qui est un immense progrès pour l’ensemble des chasseurs de mon organisation. « Comme vous pouvez le constater, ils peuvent prendre une apparence qui n’incite pas à la méfiance et duper tout le monde ainsi. » Je ne m’attarde pas, lançant le deuxième extrait sélectionné. Ce dernier est plus parlant sur la dangerosité des lycans. On y voit l’homme de la photo se faire agresser par ce qui semble être un humain au départ. Un mâle originaire du Moyen-Orient qui ne prend même pas la peine de changer de forme pour attaquer. Le simple fait qu’il soit capable de provoquer de tels dégâts sous cette apparence ne laisse planer aucun doute sur le fait qu’il faille éradiquer au plus vite les lycans. Seuls le changement de la couleur de ses yeux, et ses canines purement animales, démontrent que c’est un lycan. Cela, ainsi que la force et la vitesse dont il fait preuve durant le combat. Une silhouette traverse le champ de la caméra rapidement avant de disparaître de nouveau. Cette fois, j’ai la certitude de son identité. Elle ressemble trop à sa mère, ma défunte femme. Je vais pouvoir envoyer une équipe pour la récupérer, morte ou vive peu m’importe, dans le Montana. Sa simple présence sur les lieux font qu’elle a finalement choisi de revenir sur ses terres d’origine. Une fois le visionnage terminé, je coupe l’écran avant de reporter mon attention sur Kathleen. « Des commentaires ? La femelle avait été capturée alors qu’elle tentait de s’en prendre à des voyageurs égarés dans le Montana. Le mâle est l’un des membres de sa meute certainement, venu lui prêter main forte. Comme vous avez pu le constater, inutile pour eux de prendre forme d’un loup pour tuer de façon bestiale. » Je doute avoir besoin de plus pour convaincre Kathleen. Scientifique ou non, elle a eu sous les yeux les preuves réclamées.



© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Kathleen M. BellThe Order
Messages : 45
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Scientifique
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 31 ans
Compétence:
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Mer 8 Fév - 14:30




Personal Jesus
click
William Gardner et Kathleen M. Bell
<3
« Un recrutement intéressant »Kat ne s’attendait pas à autant de révélation d'un seul coup. Elle qui pensait devoir juste rendre des comptes, elle était bien loin d'imaginer ce que son patron lui montrait. Elle n'avait même jamais imaginé de telles choses. Une révélation ! Et pas n'importe laquelle, celle des lycanthropes, ceux aussi appelés loups-garous. Ceux dont les contes pour enfants étaient gavés. La chercheuse n'aurait pas imaginé que cela puisse exister. Pourtant, il y avait de nouvelles découvertes tous les jours. Elle-même faisait des recherches pour trouver un remède encore inexistant. Il y a quelques siècles, voir seulement quelques dizaines d'années, les certitudes avaient fini par voler en éclat devant l'évolution des découvertes. D'une terre plate, on était passé à une terre ronde. De nouvelles espèces animales comme végétales étaient découvertes chaque jour ou presque. Alors des loups-garous, pourquoi pas ? Toutes les légendes et les mythes provenaient d'une base de faits réels. Les lycanthropes pouvaient donc bel et bien exister et être restés cacher si longtemps s'ils en avaient la possibilité. Le comment titillait la chercheuse. En bonne scientifique, elle restait dubitative. Elle avait besoin de preuves, de vérifier, d'analyser, de toucher, d'examiner pour finalement en tirer ses propres conclusions.

Les photos rendues à l'homme, elle n'hésita pas à lui mettre marché en main. La jeune femme n'était pas stupide. Elle savait bien que si William n'avait pas envie de lui prouver quoi que ce soit, il le pouvait et la mettre à la porte. Ce n'était pas le genre d'homme à négocier, mais elle n'était pas femme à se laisser faire non plus. Évidement, il était en position de force et il la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle était une curieuse dans l'âme et avide de savoir. Il avait éveillé son intérêt. Celui-ci avait besoin d'être assouvi. S'il la virait, elle ne pourrait plus dormir, torturée par les images et les révélations qui lui avaient été faites en cet instant.

William rangea les documents avant de décréter n'être là pour personne. Voilà qui était intéressant. Comptait-il accéder à sa demande ? Kathleen ne pensait pas qu'il lui ferait des révélations aussi rapides. Cependant, elle n'allait pas s'en plaindre. Pourtant, il lui fit bien comprendre également qu'il n'était pas le genre d'homme, comme elle l'avait deviné, à obéir sur un chantage. Il le faisait parce qu'il le voulait et pas pour autre chose. « J'en prends bonne note, monsieur Gardner. Je ne devrais pas douter de vous, mais en tant que scientifique, j'ai toujours besoin de preuves. Je me base sur des faits pour mes travaux. J'émets des hypothèses que je vérifie avant de les valider ou non. N'y voyez pas malice de ma part, juste une sorte de déformation professionnelle et un caractère pas toujours facile. » Elle connaissait ses défauts. Cela lui avait coûté ses relations avec sa famille qu'elle ne voyait quasiment plus depuis des années. Elle ne s'en plaignait pas. La jeune femme se sentait investie d'une mission et rien d'autre ne comptait pour elle. Kat observa son patron vérifier des données sur son ordinateur avant de plonger la pièce dans le noir et de commencer une projection privée. Rien à voir avec un film de cinéma, quoique la vidéo aurait certainement pu rivaliser avec beaucoup de films d'horreur.

La chercheuse observa la femme se transformer. Contrairement à l'imagerie populaire, la transformation semblait longue. La vidéo se déroulait à vitesse normale selon le timing du pc. Elle consulta sa montre... 5mn... 10mn... 15mn... La transformation semblait bien difficile et même douloureuse à voir les grimaces du visage se transformant. Voyant les chairs et les muscles se déchirer après la peau, la jeune femme ne pouvait que se l'imaginer. « C'est loin d'être aussi rapide que dans les contes ou les films. Cela semble aussi douloureux pour la fille. » S'il n'y avait pas de trucage, et vu ce que Gardner avait dit, il n'allait pas s'amuser à truquer ce genre de chose à présent, cela expliquait pourquoi on n'avait jamais pu repérer des loups-garous. La femme semblait tout à fait normal avant qu'elle ne commence à changer. « Oui, elle semblait ordinaire. Très ordinaire. Une chance pour elle et probablement pour ceux de sa race. Les lycanthropes ne sont pas bien vus dans la culture populaire et cela peut se comprendre. »

La deuxième vidéo se lança et montrait cette fois un homme et celui qui n'était plus que des morceaux de viande sur les photos qu'elle avait précédemment vu. L'homme qui se jetait sur lui avait une vitesse surhumaine. Impossible pour sa victime de se défendre. En plus de sa vitesse, il disposait d'une sacré force. Les humains n'avaient aucune chance face à un pareil assassin. L'agresseur était d'autant plus inquiétant qu'il n'était pas en loup, mais sous forme purement humaine. A peine avait-elle remarqué un changement dans son regard. Elle n'était pas certaine d'ailleurs de ce qu'elle avait vu. Il lui faudrait revoir une nouvelle fois la vidéo. « Impressionnant... et inattendu. La forme humaine est passe partout à priori. L'homme, ou le mâle pour reprendre votre expression, est stupéfiant. Je ne pensais pas qu'un loup puisse disposer de cette force sous forme humaine après avoir vu la fille d'avant. Vous avez dit avoir capturé la femelle ? Où se trouve-t-elle ? Pourrais-je l'examiner ? Il y a peut-être un moyen de les détecter sous forme humaine. Vous avez parlé de meute. Ils vivent donc comme des loups classiques ? Pourquoi l'homme ne s'est-il pas transformé comme la femelle ? » Ces vidéos et ces révélations changeaient toute la donne pour Kathleen. Cela bouleversait tout son monde. C'était la plus extraordinaire découverte depuis plusieurs siècles, à n'en pas doute, et elle pouvait en faire partie à priori. Elle se tourna vers son patron. « Que voulez-vous de moi ? Quelles recherches ? Je vous suis. » Désormais, elle était prête à tout abandonner s'il lui donnait bel et bien la chance de se plonger dans des recherches de ce calibre. Aucun chercheur ne pouvait en dire autant.
© 2981 12289 0
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Ven 17 Fév - 8:40






Un recrutement intéressantKathleen M. Bell



S’il est une chose que je sais faire, c’est convaincre. Les réticences de mon invitée du moment sont rapidement balayées, sans la moindre difficulté en fait. Je peux comprendre son scepticisme, c’est une scientifique et je sais à quel point ces derniers sont les plus délicats à rallier à ma cause. Ils ont besoin de preuves, de faits tangibles, pour adhérer à mon organisation. Mademoiselle Bell ne fait pas exception. Que la photo ne suffise pas n’a donc rien de surprenant. Malgré tout, je sais avoir éveillé sa curiosité légendaire et je compte bien m’en servir. Après avoir fait savoir qu’aucune interruption ne serait tolérée, je visionne les vidéos que l’on vient de m’apporter en accéléré, choisissant deux passages particuliers et surtout instructifs. Autant pour elle que pour moi d’ailleurs, ne serait-ce qu’en ce qui concerne le temps nécessaire à un lycan pour changer de forme. Je ne mets pas de côté, pour autant, que non blessés, ces animaux doivent certainement le faire en moins de temps. Le visionnage est surprenant dans le sens où la femelle qui change d’apparence semble réellement souffrir. Une balle d’argent durant ce laps de temps pourrait peut-être stopper le processus et maintenir un individu entre les deux formes. C’est une chose qu’il va falloir expérimenter au plus vite. La seconde, par contre, ne me surprend guère. Il y a longtemps maintenant que je sais les lycans dangereux, quelle que soit leur forme. Kathleen non et, l’observant à la dérobée, je note un changement dans sa façon de se positionner. Rien de significatif, mais assez pour que je m’en rende compte. Je sais l’avoir ralliée à ma cause désormais. « Il semble que les lycans se moquent pas mal de la douleur. La leur et celle qu’ils infligent sans la moindre hésitation. » Si mademoiselle Bell connaissait mon tableau de chasse, elle comprendrait rapidement qu’ils ne sont pas les seuls à s’en moquer royalement. Et encore, elle n’est pas au courant, et ne le sera certainement jamais, de l’existence de nos centres d’entraînement. Cela doit rester la chasse gardée de mes soldats. Je la laisse tirer ses propres conclusions à l’issue du visionnage, sachant avoir déjà gagné de toute façon. Chose qui m’est rapidement confirmée quand elle reprend la parole. Sans compter que Kathleen finit par le dire ouvertement, ce qui parvient à m’arracher un demi-sourire. Et, croyez-moi, c’est une chose rare lorsque l’on me connaît bien. Je ne réponds pas immédiatement à son questionnement, ramenant la lumière naturelle dans mon bureau afin de poursuivre cette discussion dans une atmosphère qui me convient mieux. Appuyant sur un bouton de mon téléphone, je patiente à peine quelques secondes. « Que l’on me monte le matériel destiné à Kathleen Bell. » Rien de plus, mon chef de la sécurité des niveaux les plus secrets avait préparé toutes les accréditations en cas d’acceptation de la scientifique. La porte s’ouvre moins de cinq minutes plus tard sur un homme cagoulé qui dépose une petite boite sur le bureau avant de ressortir sans prononcer le moindre mot. En voilà un qui doit être content, je sais qu’il passe beaucoup de temps dans le laboratoire de la scientifique. Rohan s’est laissé charmer par cette dernière et, n’ayant pas donné d’ordre contraire, il sait que je ne m’y oppose pas.

Reportant mon attention sur Kathleen, j’attends encore un peu avant de poursuivre notre discussion. Elle va devoir apprendre à se montrer patiente à l’avenir, du moins en ce qui concerne les informations qui lui seront désormais mises à disposition. « La particularité des lycans demeure dans le fait qu’ils n’ont pas besoin de changer de forme pour se montrer dangereux et agressifs. Quant au pourquoi ce mâle n’a pas opté pour sa forme animale, c’est une excellente question. Malgré tout, je suppose qu’il devait être pressé de libérer la femelle. Quand un lycan passe à l’attaque, il ne se pose pas la question de son apparence. Vous l’avez constaté vous-même, leur force et leur rapidité sont présentes sous les deux formes. Ce qui les rend dangereux pour l’ensemble de l’humanité. » Ne sachant pas si mademoiselle Bell a remarqué la petite garce, je tais sa présence volontairement. Celle-ci n’est pas un lycan, mais bien l’une de mes « fabrications ». Et, à voir comment elle semble avoir évoluée, nos techniques d’apprentissage ont porté leurs fruits. Il ne reste plus qu’à la capturer et à l’étudier avant sa mise à mort. « Cette boite renferme tout ce dont vous aurez besoin désormais. Carte d’accréditation, badge sécurisé pour gagner votre nouveau laboratoire, ainsi que les accès à tout le matériel de recherche dont vous aurez besoin. Il va sans dire qu’en acceptant mon offre, vous disposez désormais d’un budget illimité pour vos recherches. Il reste encore une formalité à effectuer, que nous allons d’ailleurs faire sans tarder. » Quittant mon siège, j’invite la scientifique à me suivre. Une fois hors de mon bureau, j’informe ma secrétaire que je m’absente pour un moment. Cette dernière prend note sans faire le moindre commentaire, ni même afficher la moindre réaction. Gagnant l’ascenseur, j’attends que la porte se soit refermée pour dévoiler un boîtier astucieusement dissimulé pour qui en ignore l’existence. « Le complexe est bien plus vaste que vous ne pouvez l’imaginer, mademoiselle Bell. Vous ne devrez parler à personne de l’existence de l’endroit où je vous emmène, pas même à vos collègues travaillant au même niveau que vous jusqu’à maintenant. » Je ne demande pas, j’ordonne. C’est ainsi que les choses fonctionnent au sein de The Order. Nous descendons trois niveaux en dessous de la surface. Ici, les choses changent radicalement. Mademoiselle Bell sera amenée à croiser d’autres scientifiques comme elle, mais aussi soldats et chasseurs, ainsi que ceux que nous capturons pour nos recherches scientifiques. « Si vous avez des questions une fois en bas, attendez que nous soyons arrivés dans votre nouvel espace de travail pour les poser. Et, je ne doute pas que vous en aurez. » Le contraire serait surprenant de toute façon.

La porte s’ouvre sur un univers dont une large partie est entièrement stérilisée afin d’éviter toute erreur dans les résultats produits. Nous gagnons rapidement un bureau. L’homme qui nous accueille est en tenue militaire et se met aussitôt au garde-à-vous. D’un geste, je lui intime le repos. « John, voici notre dernière recrue, mademoiselle Kathleen Bell. » Me tournant vers cette dernière, je lui indique une machine non loin d’elle, posée sur une table. « Le badge ne suffit pas pour ouvrir les différentes zones. Par sécurité, toutes les entrées sont dotées d’un scanner optique. Nous allons prendre l’empreinte de votre iris pour remédier à cela et vous donner ainsi accès à l’ensemble des zones auxquelles vous pourrez accéder sans restriction. » Je laisse John procéder, c’est son domaine, pas le mien. Ce système a été mis en place suite à la perte d’un badge et à une intrusion dans nos locaux il y a un peu plus de deux ans. Le lycan n’est jamais ressorti vivant, mais la faille de sécurité a rapidement été corrigée. « Tout est ok, monsieur. » Pas très loquace comme garçon mais efficace, c’est tout ce qui m’importe. « Venez. » J’entraîne Kathleen hors du bureau, marchant tranquillement dans un long couloir où seule la lumière artificielle a droit de citer. « Nous sommes sous terre, ce qui implique que vous ne verrez jamais la lumière du jour en travaillant ici. Pour cela, il faudra profiter de vos moments de repos. Et, pour répondre à votre question, la femelle n’est plus en notre possession. Le mâle que vous avez vu sur la vidéo n’était pas seul et ils sont parvenus à libérer. Non sans laisser derrière eux une vingtaine de morts, dont la plupart étaient des scientifiques venus s’assurer des bonnes conditions de transport de la femelle pour la ramener ici en toute sécurité. Dont ma défunte femme. » Nous finissons par stopper notre progression devant une porte. J’invite, d’un geste, Kathleen à l’ouvrir. « Votre nouveau laboratoire. » Autant dire qu’il n’a rien à voir avec le précédent. Plus grand, équipé d’un matériel à la pointe de la technologie sans cesse renouveler, il lui offre des conditions de travail qui feraient pâlir bon nombre de ses collègues. Et encore, elle n’a pas visité le studio aménagé qui s’y trouve accolé et qui lui permettra, si besoin est, de dormir sur place, ainsi que de se restaurer. Tout a été pensé afin d’optimiser l’organisation du travail en ces lieux. Je laisse mademoiselle Bell découvrir lest lieux, adossé contre le mur, les bras croisés. Donnez une friandise à un enfant, même sa préférée, il ne sera jamais aussi heureux et satisfait que doit l’être la scientifique en cet instant. Presque 100 m² destinés uniquement à ses recherches, ce n’est pas tous les jours que l’on voit cela.



© Jawilsia sur Never Utopia

avatar
Kathleen M. BellThe Order
Messages : 45
Localisation : New York
Emploi/loisirs : Scientifique
Humeur : Bonne

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge: 31 ans
Compétence:
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Sam 18 Fév - 11:25




Personal Jesus
click
William Gardner et Kathleen M. Bell
<3
« Un recrutement intéressant »Là où la scientifique pensait devoir faire des pieds et des mains pour valoriser ses recherches, voilà que William la confrontait à la plus grande découverte du siècle et même du millénaire, les loups-garous. Les images et histoires des livres prenaient vies devant elle au travers de photos, puis de vidéos. Venant d'un autre que de Gardner, elle aurait certainement conservé un certain scepticisme. Mais vu son patron, le doute n'était plus possible. Les loups existaient bel et bien et pouvaient se faire passer pour n'importe quel être humain. Ce point était particulièrement inquiétant. Vu leur capacité à combattre et leur violence, Kathleen n'osait imaginer les dégâts dans une foule avec des enfants, des familles. Là, c'était déjà un carnage. Il fallait éviter pire que ça. Quoi que puisse vouloir faire William, elle comptait bien le suivre. En dehors de sa volonté d'éviter un nouveau Jackson Pollock sanguinaire, il y avait certainement beaucoup de découvertes à faire sur cette nouvelle espèce.

L'homme sembla satisfait de sa réponse et demanda à ce qu'on lui apporte le matériel destiné à la jeune femme. Elle fronça les sourcils en se demandant de quoi il pouvait bien s'agir. Très vite, elle eut sa réponse en voyant un homme débarquer et déposer une boite sur le bureau, même cagoulé, il lui semblait reconnaître Rohan. Mais elle n'en dit rien. Il était tenu au secret, comme elle, et même bien plus qu'elle au vu de ce qu'il savait alors que elle, non, voilà moins de vingt minutes. La discussion reprit après un petit moment, alors que Kathleen contemplait la boite. William laissa filtrer de nouvelles informations.La scientifique nota scrupuleusement dans sa tête toutes les informations donnés par Gardner sur les lycans. Elle reprendrait tout ça en note dès qu'elle le pourrait. Pour le moment, elle se voyait attribuer tout ce dont elle aurait besoin pour ses nouvelles recherches. « Une formalité ? » Elle ne voyait pas de quoi il parlait, mais elle le suivit. Ce fut un moment de surprise quand elle découvrit les boutons cachés de l’ascenseur. C'était comme dans les films d'espionnage mais en bien mieux. Cela ne la surprenait pas totalement, les secrets scientifiques étaient souvent des enjeux vitaux, la sécurité devait donc être la plus poussée possible. « Je ne dirais rien, n'ayez crainte. Je suis blonde, mais intelligente et pas une pie bavarde. ». Elle savait parfaitement tenir sa langue. C'était même l'inverse. Elle était plutôt froide et distante et ne parlait jamais pour ne rien dire et certainement pas pour parler sur son boulot. Elle hocha simplement la tête à ses propos, attendant de découvrir son nouvel univers.

L’ascenseur s'arrêta et elle le suivit dans les sous-sols secrets de la fondation. Entrant dans une pièce gardée, la jeune femme se prêta sans objection à l'enregistrement de sa rétine. C'était une pratique assez logique dans un tel endroit. Un badge, un code, ça pouvait se falsifier, un globe oculaire, c'était déjà bien plus difficile. L'enregistrement réalisé, Kathlenn reprit son chemin, écoutant les paroles du directeur. « Mes condoléances pour votre femme. » Son ton pouvait paraître un peu froid et la compassion n'était pas son point fort. Elle l'avait probablement perdu lors de la mort de son petit frère. Elle était plus embêtée par la disparition de la femelle. Ça aurait été trop beau d'avoir un spécimen sous la main à étudier. Elle poussa la porte, y étant invitée par William, découvrant son nouveau lieu de vie. Le paradis pour n'importe quel scientifique digne de ce nom. Elle afficha un large sourire, observant tout ce qui se trouvait autour, notant tous les appareils qu'elle pourrait utiliser. Du matériel de dernière génération, la pointe de la perfection en matière de recherche. Kath prit quelques minutes pour faire un rapide tour du propriétaire. « Je commence tout de suite. Avez-vous des cellules ? Des matières sur lesquelles travaillées ? J'imagine que j'ai eu des prédécesseurs. Il me faudra avoir accès à leurs travaux. Et dans l'idéal, il nous faudrait un sujet bien vivant, femelle ou mâle, même si une femelle pourrait être plus utile dans l'optique de produire des sujets pour une duplication. Quels sont vos ordres pour mes recherches ? Vous voulez quelque chose de particulier en dehors d'un moyen de les exterminer ? » Son côté scientifique reprenait le dessus. Ils étaient une menace autant qu'une chance. Impossible de laisser ces loups en liberté, mais il faudrait certainement en conserver quelques uns en cage pour faire perdurer l'espèce et voir ce qu'elle pourrait apporter à la science.
© 2981 12289 0
avatar
William Gardner
Messages : 30
Localisation : New-York et le monde
Emploi/loisirs : Chef de The Order
Humeur : Une autre question je vous prie ?

Feuille de personnage
Race: The Order
Âge: 47 ans
Compétence: Je suis humain moi ! Un vrai de vrai ! Seule race admise !
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  Mar 21 Fév - 12:41






Un recrutement intéressantKathleen M. Bell



Ma nouvelle recrue ne s’embarrasse pas vraiment des convenances. Ce n’est pas plus mal, il vaut mieux pour elle que sa morale ne soit pas au beau fixe vu les travaux qui lui seront demandés entre ces murs. Ici, la compassion n’a pas sa place. Les sujets d’études sont trop dangereux pour que je prenne le risque de voir l’un de mes scientifiques s’enticher de l’une de ces créatures. C’est déjà arrivé par le passé et je me souviens encore du désastre qu’il m’avait fallu gérer à cette époque. C’est d’ailleurs la raison qui m’avait poussé à envoyer ma femme, et nulle autre qu’elle, pour parvenir à récupérer un hybride à étudier et à dresser. Le résultat de ces années de recherches a été soigneusement consigné par mes soins. En attendant, je ne peux que noter l’enthousiasme de mademoiselle Bell face à son nouvel environnement. « Vous avez en effet eu des prédécesseurs et vous trouverez l’ensemble de leurs travaux soigneusement rangés dans le disque dur de votre ordinateur. Pour ce qui est des recherches proprement dites, la porte du fond donne sur la réserve de matériel, vous y trouverez de quoi faire. Le dernier a avoir occupé ce poste a malheureusement été victime de l’un de nos sujets d’étude. » Doux euphémisme pour dire qu’il s’est littéralement fait vider de son sang. Un jeune chasseur avait confondu un lycan avec un vampire. Le dit vampire avait donc profité de la situation et sa mise à mort avait valu bon nombre de pertes humaines. Cela, il ne m’est pas nécessaire d’en informer Kathleen. Je veux qu’elle se consacre uniquement sur les lycans. Sur eux seuls. « La femelle a été repérée en compagnie d’un mâle il y a quelques jours. Depuis, une équipe est sur leurs traces pour nous les ramener ici. Dès qu’ils seront en notre possession, je les ferai mettre à la vôtre afin que vous puissiez les étudier. Mais avant, vous recevrez une instruction militaire visant à garantir votre sécurité. » Je tais le fait que Rohan s’en chargera. Vu le lien entre ces deux-là, je suis certain qu’il excellera à apprendre à la jeune femme comment on se sert d’une arme pour neutraliser un lycan. « Outre le moyen le plus efficace pour les exterminer, je veux tout savoir de cette race. Il nous est vital de comprendre comment elle est apparue afin d’éviter une résurgence dans l’avenir. Sans compter que, comme vous avez pu le constater, ils savent très bien se fondre dans la masse. D’ici que nous soyons parvenus à nos fins, je crains qu’il ne s’écoule beaucoup trop de temps. » Une chose intéresse surtout le gouvernement, mon principal levier dans les discussions, c’est la capacité à guérir de ces créatures. S’il nous est possible d’isoler le gène qui le permet, nous disposerions d’une armée quasi-invincible. Ce qui limiterait les pertes en cas de guerre. La politique n’étant pas le domaine de prédilection des scientifiques, je ne vois aucune raison pour en informer mademoiselle Bell.

RIl reste un sujet sur lequel Kathleen va devoir se pencher. Sérieusement même. Reste que la principale intéressée se trouve toujours dans la nature et qu’il semblerait qu’il soit impossible de la localiser. Voilà au moins une partie de son instruction qu’elle met parfaitement en application. « Les lycans ne seront pas vos seuls sujets d’études. Vous allez avoir en charge un dossier sensible dont vous ne devrez parler à personne, hormis à moi. » Je laisse s’écouler un long silence avant de poursuivre, histoire de m’assurer que la scientifique comprenne bien l’importance de ce qui va suivre. « Il y a une vingtaine d’années, nous avons découvert que les mâles pouvaient s’accoupler avec des humaines et procréer ainsi. De cette union naissent des hybrides. À ma connaissance, peu survivent. Aucun en fait, du moins jusqu’à ce que nous en découvrions un exemplaire. Un hybride femelle qui pourrait se révéler particulièrement intéressante à étudier. » Je me dirige vers l’une des armoires que j’ouvre pour en sortir un dossier que je pose sur le bureau de Kathleen. La mention « confidentiel et réservé » ne laisse planer aucun doute quant au fait que ce dernier est d’une importance capitale pour mon organisation. Je laisse Kathleen en prendre connaissance avant de poursuivre. « Son capital génétique nous intéresse. Ce n’est pas un lycan, mais cette femelle dispose d’une grande partie de leurs capacités dont la force et la rapidité. Elle est le chaînon manquant qui nous permettrait de parvenir à éradiquer ces créatures, j’en suis certain. Ne vous fiez surtout pas à son apparence, elle tue de sang-froid, même au milieu d’une foule compacte. Si vous avez entendu parler du désastre de Billings, et des deux morts violentes qu’il y a eu, c’est une donne que vous allez devoir prendre en compte. Parce que la responsable est cette hybride. » Je tais le fait que la petite garce est issue de mon organisation et qu’elle s’en est échappée voilà presque cinq ans maintenant. « Dès qu’elle sera en notre possession, vous devrez consacrer tout votre temps et vos recherches sur ce qui fait sa différence d’avec une humaine lambda. Inutile de vous préciser qu’elle ne coopérera pas. En aucun cas, vous ne devrez approcher seule les spécimens vivants, il en va de votre sécurité. Si nous savons les lycans affaiblis par l’argent, ce qui nous permet de limiter leur réactivité, celle-ci échappe à cette caractéristique. Ce qui rend son maintien en détention beaucoup plus délicat qu’avec un lycan. Elle vous semble humaine, j’en suis persuadé. Mais, il n’en est rien. Ce n’est qu’un animal sauvage sans la moindre notion du bien et du mal. » Je passe sous silence que, si la scientifique veut l’autopsier vivante, qu’elle ne se gêne surtout pas. Rien que le nom inscrit sur la fiche me donne des envies de meurtres à son encontre, et bien plus encore : Aya Cross.

Passant outre mes propres ressentiments, je les sais néfastes à notre cause, je réfléchis rapidement à ce dont pourrait encore avoir besoin la scientifique. Ce qui me fait penser à un détail qui n’en est pas un. « Rohan Bell sera votre instructeur. Je lui dirai de se présenter à vous au plus vite afin que vous soyez formée rapidement. Il va s’en dire que vous devez vous en tenir à la version officielle qui veut que vous travailliez pour un laboratoire pharmaceutique. » Ces deux-là s’entendent déjà, cela facilitera l’apprentissage de certaines choses, dont la possibilité de devoir tuer avec une arme. Autant les scientifiques n’ont pas le moindre mal à disséquer un cadavre, autant ôter la vie pose souci à beaucoup. Dans le doute de la position de mademoiselle Bell, je fais en sorte de lui fournir une motivation supplémentaire. « Si vous avez besoin de quoi que ce soit, il y a un secrétariat au bout du couloir. Demandez, le personnel présent se chargera de vous fournir ce dont vous pourrez avoir besoin. Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter la bienvenue parmi nous et à vous laisser travailler, mademoiselle Bell. Au plaisir de voir l’avancement de vos travaux prochainement. » Je prends congé, gagnant une partie des sous-sols où peu ont accès. J’y retrouve Rohan à qui j’explique son nouveau rôle désormais. Je l’affranchis aussi du fait que je le sais proche de la scientifique et que cela n’est pas un problème. Consignes données, je prends note des derniers relevés concernant les mouvements de nos fuyards avant de regagner mon bureau. J’ai quelques coups de téléphone à passer. Ensuite, j’irai dîner avec Lizzye. Histoire de m’assurer qu’elle ne rende pas fou son garde du corps. Ce dernier sait que s’il arrive la moindre chose à ma fille, c’est un homme mort. Je quitte mon bureau assez tard, non sans une réunion particulière avec ma secrétaire. En voilà une qui a tout intérêt à se taire si elle tient un tant soi peu à sa réputation, ainsi qu’à son mariage et à ses enfants. De moi, elle ignore beaucoup de choses sauf une seule qui a toute son importance désormais dans sa vie : je fais d’elle ce que bon me semble. Qu’elle le veuille ou non d’ailleurs. J’ai été contraint trop souvent de me séparer de mes secrétaires, j’ai donc fait en sorte de m’assurer de la fidélité de cette dernière. C’est donc pleinement satisfait de ma journée que je rentre chez moi pour passer une soirée au calme en compagnie de celle qui me remplacera un jour.



© Jawilsia sur Never Utopia



HRP:
 
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé  

Un recrutement intéressant [Kathleen] - Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 08. Un TP peut finalement se révéler intéressant PV Dakota
» Conseils pour créer un personnage intéressant
» Faceploucs, ou comment rendre Facebook intéressant
» Journée d'intégration ! [Bizutage][Terminé]
» Chansons de Geste

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nova Komenco, un nouveau départ :: Là où tout est permis... ou presque :: Les amis de Nova Komenco :: Sujets pour les curieux-